mardi 21 juillet 2015

Grand Boulevard, Istamboul



Ce ne sont pas les cafés qui manquent dans le quartier de Beyoğlu mais pas tous sont dirons-nous « locaux », à savoir un côté nous rappelant que nous sommes en Turquie tout de même. De plus en plus on peut observer une certaine forme d’uniformisation même au niveau de ce type d’établissements. Souvent on se demanderait si l’on est à Amsterdam, Barcelone ou ailleurs. C’est donc dans un coin plutôt dissimulé que le « Café Grand Boulevard » se situe. Et justement non pas dans un boulevard mais une ruelle qui s’élargit pour former une placette entre Istiklal et Meşrutiyet Cd.


On peut donc y accéder par les deux rues mais il est facile de manquer celui-ci car de loin cela ressemblerait plus à une rue passante qu’autre chose.  Un endroit qui repose de cette rue que souvent l’on déteste… Istiklal.




Ce qui est plutôt surprenant c’est que l’on a un peu l’impression de se trouver dans une cours pavée qui serait un peu un « concentré » de l’atmosphère stambouliote avec son ambiance décontractée, ses divers petits magasins tout autour vendant des chapeaux de la fin du 19ème ou alors de la lingerie un peu « flashy », et encore une ancienne librairie. On joue dans cette cour au backgammon, on fume le nargile, certaines personnes ne font que de passer, d’autres font leur shopping.

Un café où se retrouvent des étudiants pour prendre un thé, de jeunes femmes très sophistiquées qui discutent, quelques touristes arrivés par hasard. Et tout ce petit monde assis plutôt à même le sol sur de classiques petits tabourets et face à des tables basses en bois.

Un endroit parfait pour sortir du brouhaha de Istiklal et  de prendre un jus frais, thé ou une de leurs infusions naturelles à la sauge, au tilleul, au fenouil ou ce qu’il y a à ce moment. Egalement l’opportunité de fumer un nargile dans un lieu plus authentique que les bars du voisinage.