dimanche 17 juin 2018

Colibrí, Barcelone


Le « Colibri » dans le Raval ou parfois appelé « Colibri Vodka & Gin » est un lieu fréquentable à toute heure. Cafés, apéritifs, tapas dans la journée et soirée, tous cocktails en soirée. Au carrefour des rues Riera Alta et Erasme Janer, un coin a priori bien sympathique avec une petite terrasse sur le trottoir.


Cet établissement eut ouvert ses portes pour la première fois en 1940. A l’origine, une taverne qui était le point de rencontre de beaucoup de musiciens, d'immigrants, d'anarchistes et de bohémiens. Puis, l'euphorie économique du XXIème siècle démarra lorsque le nom de Ciutat Vella fût lancé, l’endroit devint un point de rencontre pour des réunions et la gestion de divers projets. Au cours des années 70, quelques personnes décidèrent de sauver l’endroit, de récupérer son atmosphère et de créer une nouvelle proposition. « Colibri » devint alors un nouveau lieu où de nouvelles relations humaines plus excitantes furent établies. C’est l’intérieur qui retiendra toute notre attention avec son charme un peu des années 80 avec cet ensemble d’objets de décoration et la structure intérieure de ce bar.




Fenêtres ouvertes sur la rue, coin canapé avec quelques petites tables, des chaises de brocante de diverses couleurs, quelques anciennes enseignes ci et là, des lustres de cristaux un peu baroques, même un tabouret suspendu au plafond. Le lieu a une réelle atmosphère d’une autre époque.


Dans un autre coin un juke-box datant de 1976/77 du fabricant Gesada qui produisait les Sinfonola, un téléphone mural, des lumières douces qui donnent à l’endroit une ambiance assez différente. On peut donc s’asseoir à côté des fenêtres avec vue sur la rue ou alors dans ce coin un peu cosy, presque privé.


Un bar en marbre blanc, un encadrement métallique depuis lequel est tiré la bière, sans oublier les tapas derrière une vitrine.



On appréciera d’ailleurs les anciennes photos noir et blanc datant de la première période de cet établissement.


Etonnante également cette petite collection de motos Bultaco et Montesa, une en décoration sur le haut de la pièce.


Pour les amateurs, des cocktails comme gin/vodka tonic, spritz, mais aussi évidemment de la bière Moritz, du vermouth er une série de gins et de vodkas premium.  Ce soir bières et verres de vin blanc. Le tout accompagné de tramousses offertes, graines de lupin blanches cuites et saumurées servies dans plusieurs pays méditerranéens pendant les apéritifs.


Un bar à l’ambiance différente et au décor particulier qui se trouve être très plaisant et de plus parfait à tout moment de la journée.

samedi 16 juin 2018

Mes adresses : Mercat de Sant Antoni, Barcelone


Le marché de Sant Antoni après plusieurs années de travaux a enfin réouvert il y a quelques semaines de cela. On trouvera sur la toile un certain nombre  d’articles expliquant l’histoire de cette halle, des difficultés à rénover et évidemment de l’ouverture. Je ne vais pas répéter ce qui a déjà été écrit mais plutôt donner un avis différent de l’endroit avec une vue seulement liée à l’alimentation des produits et le choix des commerçants. Vivant non loin de ce marché, je suis évidemment un client de l’endroit mais donnerai un avis plutôt « d’un étranger » ou de quelqu’un qui est habitué à trouver des produits de qualité. A vrais dire, je trouve souvent assez quelconque ce que l’on trouve dans la plupart des marchés de Barcelone à part quelques exceptions. Certes ce qui reste le plus remarquable sont souvent les produits de la mer ou de l’océan ainsi que jambons et charcuteries. Mais question fruits et légumes, entre produits emballés sous vide, ceux qui viennent du Sud assurément plein de pesticides, ceux qui n’ont aucune saveur, c’est un peu étonnement le désert. Pareil pour viandes et volailles à quelques exceptions prêtes. D’ailleurs pour les fromages, le pain et les alcools, il faudra toujours aller dans des commerces spécifiques dans les quatre coins de Barcelone. Je ne veux pas faire de chauvinisme mais nous sommes souvent loin de ce que l’on trouve par exemple en France et en Italie, allez savoir pourquoi ! De plus la plupart des restaurateurs avec qui je parle, s’approvisionnent directement chez les producteurs, ce qui veut tout dire… Incontestablement le bâtiment a été magnifiquement été rénové, l’esplanade autour a vraiment bien été pensée.



Une fois à l’intérieur on peut s’imaginer que les commerces en place sont ceux qui étaient « temporairement » déplacé sur la Ronda. Commerces d’ailleurs qui ne m’ont franchement jamais beaucoup surpris alors que l’on n’est pas loin de la Boqueria qui propose dans certains stands une gamme de produits de bien meilleure qualité. Néanmoins pour tout ce qui est traiteur, conserves et préparations au vinaigre, on doit pouvoir trouver son bonheur.


Probablement le plus bel étalage de produits préparés, cuisinés et aussi de conserves. Sardines, anchois, morues et diverses salades.




Salade de morue, petits flancs de poissons, poivrons rouges à l’huile.


Un stand avec diverses sortes d’olives, préparations dans l’huile ou le vinaigre, sans oublier des conserves.




Des jambons à la découpe.


Un sympathique stand d’œufs et avec une belle sélection dont meme des œufs d’autruche et d’emeux, de canards et d’oies.



Légumes secs mais cuits pour des préparations chez soi. Pois chiches, haricots blancs divers dont des Santa Pau, lentilles, mais aussi des fritures telles que des croquettes.


Le rayon des poissons est lui bien achalandé avec moules, palourdes, clovisses, calamars, crevettes, des Chamelea gallina espèce de mollusque bivalve comestible, des petits poulpes de plage, du colin, du maquereau, de la lotte.



Anchois et sardines.


Des sardines conservées dans le sel.


Un stand de primeur ou tout est plutôt bien rangé avec des champignons. Quelques salades types mâche, mesclun et roquette.



Des asperges de Navarre, pas franchement faciles à trouver, même en la saison.


Tomates…plus belles que bonnes…Plutôt déroutant d’ailleurs pour les avoir goutées.


Ail et piments séchés.


Escargots de catalogne.


De l’« Empanada Casolana » une tourte maison qui probablement contient du thon, de la tomate, des olives et des poivrons.


Sur les côtés des allées où l’on vend des vêtements, un singulier manque d’établissements où l’on peut se restaurer. Quand on voit ce que l’on trouve à la Boqueria, le Ninot et bien d’autres marchés, on se demande pourquoi il n’y a qu’un seul établissement. Voila…une jolie rénovation mais pour des produits un peu plus sélectionnés, on restera malheureusement sur sa faim…


jeudi 14 juin 2018

El Bosc de Les Fades, Barcelone


Je sais que ce lieu est assez connu et non pas nouveau mais je n’avais eu la chance d’y aller. En réalité si vous n’en connaissez ni l’adresse ni l’existence, il y a fort à parier que vous serez passé d’innombrables fois car l’entrée se trouve sur la Rambla ! Et cet endroit est absolument incroyable, mérite impérativement une visite même si l’on a envie de garder cela pour soi. Mais comme je l’ai déjà dit, le lieu est connu est n’est plus complètement un secret. Ce bar est si particulier, car il fait parti du musée de cire qui se situe juste en face, dans la petite impasse : Passatge de la Banca. Une vue sur ce musée, une rue un peu déserte, rien qui ne laisse vraiment supposer qu’il y ait un bar au fond de cette ruelle.


Sur le prolongement à droite, une allée a moitié couverte, quelques bacs à plantes et seulement un panneau, mais cela n’évoque toujours pas grand-chose.


Une porte de bois, un menu dans une vitrine, on peut finalement s’imaginer qu’il y ait bien un établissement ici.


S’il y a bien une chose à laquelle on ne s’attend pas en entrant dans ce bar, c’est de tomber dans un film de Walt Disney, le monde féerique de Peter Pan et de la fée clochette ! Pourtant, le nom, bien que catalan, devrait mettre la puce à l’oreille, car il signifie littéralement « Le bois des fées ».  Une impression de se trouver à ciel ouvert dans une forêt avec quelques lampes ci et là.



Le décor est est ici d’une réussite exceptionnelle car l’on on est plongé dans la forêt, au milieu d’arbres avec des visages, de ruisseaux et de sources d’eau, de grottes, de tables en tronc d’arbre et de rochers saillants.



L’obscurité environnante ne laisse place qu’à de petites lanternes nous plongeant dans des souvenirs d’enfance de ces films que tout le monde à adoré. Peter Pan mais aussi la Belle au Bois Dormant. À tout moment l’on se demande si l’on rêve ou non !



Parcourez le bar pour dénicher ses recoins comme par exemple cette pièce, chambre un peu du début du siècle d’une maison bourgeoise avec tables et chaises, rideaux et objets insolites.



Et c’est dans un coin que vous trouverez le bar où l’on viendra passer commande avant de s’asseoir autour de l’un de ces faux arbres.


Comptoir avec aussi quelques gateaux ou même des petits tapas en fonction des heures. Une belle carte de cocktail plutôt classiques comme mojito, daiquiri, margarita, pina colada et plus encore. 



Il faudra mentionner que leurs cocktails sont particulièrement soignés, bien arrosés et que leur barman semble être particulièrement concentrées sur la manière de les préparer, ce qui n’est pas partout le cas.


Une excellente Margarita avec du jus de citron vert frais, de la tequila et du triple sec.


Un autre cocktail, une Caipirinha avec presque les mêmes ingrédients mais comme alcool de la Cachaca.


Un endroit un peu ésotérique, un compte de fées, presque une attraction mais néanmoins un superbe bar qui va devenir l’un de mes points de chute. Les cocktails sont bons, les prix raisonnables, l’espace assez grand pour ne pas se retrouver les uns sur les autres sauf en période ultra-touristique, le volume sonore agréable.