lundi 31 octobre 2016

Somtum Der, New York




J’avais prévu lors de mon prochain voyage en Thaïlande de m’arrêter à Bangkok et de diner chez « Somtum Der ». Il semblerait que depuis quelques années, cet établissement a fait des petits dont celui de New York dans l’East Village. Une table a priori très intéressante car spécialisée dans la cuisine du nord du pays appelée Isan, dans le même créneau que le réputé « Pok Pok Ny » de Brooklyn.

Situé dans Alphabet City en raison du nom des avenues A, B, C, D dans lesquelles je me baladais dans les années 80 et qui à l’époque était un quartier populaire, alternatif et parfois même un peu risqué. Aujourd’hui tout a bien changé et vous ne risquerez strictement rien. Cette période du Bowery un jeu déjanté et de ce quartier un peu miséreux a disparu. L’extérieur est assez anodin, quelques vélos devant une barrière, quelques marches et vous voilà à l’intérieur.


L’intérieur est plutôt très simple, murs de lambris de bois, tables communautaires, certaines individuelles et tout ceci face à un comptoir. Devant la baie vitrée, on peut consommer également ou attendre si vous n’avez pas de réservation. De manière générale, il faut toujours réserver à New York, la plupart des établissements ont des systèmes de réservation en ligne. Comme nous sommes dans la période d’Halloween, même une table Thaïlandaise se prêtera au jeu.





Certaines personnes préféreront rester face au comptoir mais l’espace étant plutôt restreint, une table sera vraiment la bienvenue. Ici le public est plutôt jeune, peut-être même parfois estudiantin, les prix sont vraiment d’ailleurs très corrects.



Le mot « Isan » est dérivé du sanskrit et signifie « direction nord-est »., décrit le plateau du nord-est de la Thaïlande qui côtoie la rivière du Mékong. Une région non loin du Laos et du Cambodge, connue pour une population très ancrées dans les traditions familiales et une culture tout à fait particulière sans oublier ses coutumes vestimentaires. La carte est plutôt inhabituelle pour l’Europe ou le continent américain car chaque plat a sa photo. Une initiative qui en Asie est peut-être appréciée, mais le rendu photographique ne donnera aucunement une idée de ce que sont les saveurs des plats. On commandera donc une série de plats que l’on peut se partager et recommander selon sa faim. A noter qu’il s’agit de cuisine Isan et que nous ne trouverez pas de plats en sauce type currys, mais plutôt des salades et des grillades en plus de riz et pâtes.

Evidement pour accompagner ce repas une incontournable Singha toujours aussi agréable.


Pour commencer, un « Larb Tod », du porc haché épicé et cuit dans la friture. Un snack parfait pour l’apéritif, qui est donc une viande hachée dans laquelle on a ajouté de l’oignon, de la coriandre, de la menthe, du jus de citron, de la sauce de poisson et de l’échalote. Probablement un peu de farine ou de maïzena. Le tout est confectionné en boule et passé dans l’huile. Ici en anneaux, un peu de citron vert, des cacahouètes sur le côté, des échalotes et du piment. C’est très bon et fidèle à ce que cela doit être.


Puis un « Nue Dad Dieo », du bœuf séché au soleil et frit. On trempe les morceaux dans une sauce pimentée plutôt parfumée. La viande est caramélisée et vraiment délicieuse.



Ensuite un « Khao Moo/Nue Thod Kratiam Prik Thai », du bœuf frit avec de l’ail et du riz au jasmin. Plat traditionnel avec le riz au centre sur lequel se trouve un œuf frit, quelques concombres, un peu de sauce pimentée dans un petit bol. La viande est sautée dans une sauce un peu caramélisée. C’est plutôt simple mais bien exécuté.


Nous continuons avec « Moo Rong Hai Der + Khao Ji », du porc de mariné et grillé selon une recette spéciale de la maison. Le porc est très simplement préparé mais sera relevé par la sauce sur le côté qui amènera un peu plus de saveur au plat. Et quelques quenelles de riz gluant. Plat simple mais aussi gourmand.


Un « Pad Thai Mun Poo » réalisé avec non pas du crabe comme prévu mais de la volaille. Délicieux Pad Thai avec une sauce vraiment succulente. On ajoute au dernier moment les pousses de soja, on arrose de citron vert. C’est bon, frais et toujours aussi authentique.


La cuisine de « Somtum Der » n’est pas d’une grande sophistication mais plutôt ce que je qualifierais de campagnarde. C’est une cuisine vraiment authentique, réalisée sans concession, pas d’américanisme heureusement. Tout est frais, préparé au dernier moment, gourmand et l’on passera ici un très sympathique moment.