mercredi 25 décembre 2013

Phil's Sliders, Berkeley



Ma fille faisant des études a Berkeley c’est la que nous avons passés notre journée dans cette ville estudiantine et en même temps totalement hippie et hipster. Tout étudiant connait des adresses a priori sympathiques et souvent bon-marché, c’est en plein centre que nous sommes allés au Phil's Sliders proposant un concept de hamburger assez original et absolument parfaits. Je ne suis pas un grand amateur de « burgers » mais des comme ceux-ci j’en demanderais presque tous les jours….ce n’est pas peu dire.


La devanture est plutôt banale et n’attire pas vraiment l’œil du passant et probablement seuls les locaux savent qu’ici on y mange quelque chose de très différent de la plupart des autres établissements dans cette catégorie.

Une salle en longueur entre fast-food et cafétéria avec un certain charme. Une paroi de briques, des chaises métalliques et quelques tables.
 

C’est au fond que l’on passe sa commande comme dans n’importe quel fast-food. Quelque chose tout de suite frappe l’œil, c’est cette histoire de la jeunesse de ce Phil qui semble être le propriétaire et qui échange un brin de vie avec tout le monde… 

 
Le concept ici est très particulier. Les hamburgers sont tout petits et se commandent en série. Un, deux, trois…Chacun selon son envie.  Des combos existent permettant d’inclure deux hamburgers avec des pommes de terre et selon son envie une bière ou un shake ou une boisson type soda. Ces hamburgers sont appelés « sliders » en raison de leur taille.


Que cela soit le Phil’s ou le Portobello, les deux sont réalisés avec du bœuf nourri à l’herbe, du cheddar, de la laitue bio, dans un « bun » frais au sésame.

On vous demande la cuisson et c’est parti…

Étonnement les deux que j’ai reçus n’étaient pas préparés de la même manière que les deeux autres. Un au fromage bleu, le second avec des lamelles de courge frites et un troisième plutôt épicé avec des piments. Le pain est neutre en goût et l’on identifie la fraicheur immédiatement, la viande est goûteuse et pas grasse, le dosage de sauce est équilibré. C’est vraiment le « burger » fin et réalisé avec des produits bios de qualité.

  

Les pommes de terre sont elles aussi vraiment délicieuse. Non pas de simples frites mais des cubes frits qui ressembleraient avec des morceaux de röstis passés à la friture.


Le cole-slaw au pavot est lui-aussi magnifique car sans mayonnaise et presqu'original.


 Avec ce plateau de qualité, une bière locale ambrée à la pression et tout ce repas pour 12 USD.
 

Sur le coté, possibilité de se servir des sauces pimentées ou ketchup que l’on trouve partout. 


Le plus surprenant est aussi ce mur de craie où l’on peut inscrire ce qui nous passe par la tête… J’ai surpris sur le vif un vieux monsieur dessiner une formule mathématique… qui me laissa un peu pantois.



Une référence au journal  international de thermodynamique… Berkeley est un endroit fascinant et l’on y trouve des hamburgers absolument délicieux.