dimanche 1 décembre 2013

Ban Chiang, Bangkok



Ban Chiang ne fait pas partie des grandes tables gastronomiques de Bangkok mais est normalement une valeur sure même si le lieu est fréquenté par un certain nombre de touristes. Un restaurant qui date depuis une vingtaine d’années, qui se trouve dans une très agréable ancienne maison en bois non loin de la station BTS Surasak.


Une fois arrivé en bas de la station, prenez la direction de l’Holiday Inn puis dans la premiière a droite et vous verrez à 100 mètres à gauche l’enseigne du restaurant. Situé dans la verdure, cette maison blanche depuis l’extérieure semble avoir été bâtie il a probablement une centaine d’années.


Des plantes savamment rangées dans des pots, une impression de fraicheur se dégage de l’ensemble sachant que vous êtes entre un certain nombre de grands immeubles. La terrasse ce midi ne semble pas ouvertes puisque nous sommes invités à passer à l’intérieur mais endroit devrait être plutôt être très agréable dans les soirées pas trop chaudes.


L’intérieur à réellement du charmes avec ces différents niveaux. 


Une très jolie collection de tableaux sur les murs égaye l’endroit où l’on peut contempler certaines décorations royales ainsi que des antiquités. Des fleurs dans la plupart des pièces, des ventilateurs au plafond, un jeu de lumière plutôt doux. L’endroit est plutôt joli mais sans être non plus extraordinaire.




Une fois passé à table et commandé « nos Singha », nous choisirons quelques plats tenant compte que c’est notre premier repas thaïlandais à Bangkok et que les plats sont plutôt très classiques sur le papier.


Pour commencer un poulet haché sauté enveloppé de feuilles de chou Kale chinois. Sans aucun doute le meilleur plat de la série qui viendra. Le poulet est traditionnellement asuté avec de l’ail et de la sauce soja. On y retrouve un peu de poivre vert frais et sur le côté une coupelle avec des noix de cajou, citron vert et échalottes.


Sur une petite assiette des feuilles vertes avec de la glace pilée. Il s’agit de ce chou dont je n’avais jamais vu les feuilles auparavant. 


La manipulation consiste donc à rouler dans une feuille un peu du tout et de manger cela comme un cigare. C’est frais et très plaisant en bouche.


La salade de mangue verte épicée aux crevettes séchées est plutôt bonne mais n’a rien de franchement extraordinaire. Une franche odeur de crevettes mais cela s’arrête la.


La salade de bœuf grillé épicée n’est franchement pas terrible. La viande est plutôt coriace, des tomates en quartiers un peu insignifiantes et le tout manque vraiment de finesse.


Les calamars sautés au basilic et piment sont loin d’être ce que j’ai pu manger de mieux. Le basilic est trop mou, aurait du être croustillant et la sauce n’a pas de saveur particulière. C’est vraiment cuisiné de manière trop banale.


Le plus décevant sera le curry rouge au poulet et pousses de bambou. Déjà il n’y a presque pas de poulet mais principalement du bambou. La sauce est trop liquide et sucrée. Un curry absolument insignifiant que l’on réalisera probablement mieux chez soi.


Vous aurez clairement compris qu’il ne faut surtout pas venir ici pour une cuisine raffinée et même de qualité. Ce n’est pas réellement mauvais mais plus qu’insignifiant. On pourrait tolérer cela (et encore) en Europe mais à Bangkok c’est plus que dommage sachant que l’endroit est vraiment agréable. Venir surtout pour le décor et l’atmosphère mais pas réellement pour une expérience gastronomique thaïlandaise.