lundi 22 juillet 2019

Kasarap, Barcelone


Avec environ 10000 Philippins à Barcelone, il est un peu étonnant que de ne trouver que très peu de restaurants de cette nationalité et qui devraient s’approcher de moins d’une dizaine, alors que pour une population Péruvienne du même nombre, nous ne sommes pas loin d’une soixantaine d’établissements. Certes cette cuisine péruvienne est très en vogue depuis un certain nombre d’années, amplifiées par les médias sociaux et « listes », alors que presque personne n’a entendu parler de la cuisine Philippines et probablement parce que celle-ci n’est peut-être pas aussi originale que celles des pays asiatiques voisins. Néanmoins, cela n’explique pas complètement pourquoi les quelques rares « cantines Philippines » ne sont qu’à peine visibles et que fréquentées par les gens de ce pays. Maintenant, voici un changement bienvenu avec de bonnes idées que ce « Kasarap » situé dans le quartier où généralement se trouvent les tables de qualité.


Comme d’autres populations immigrées avant elle, cette cuisine commencerait à susciter un intérêt croissant, un peu comme par le passé les cuisines indiennes, thaïlandaises, vietnamiennes et coréennes. Il s’agit d’une cuisine simple, ne coûtant pas les yeux de la tête, qui est surement sous-estimée, mais qui a beaucoup à offrir. Certains plats sont faits à partir de mets que nous n’avons pas franchement l’habitude de consommer, comme les oreilles, le foie, les bajoues et la langue de porc. Mais attention, la cuisine philippine ne se résume pas à cela. C’est un peu la fusion de trois traditions culinaires : chinoise, malaise et espagnole ... et de nombreuses recettes philippines ont des touches aigres et amères.


Entreprise familiale et propriété par Rutshell et Arianna, ces derniers ont optés pour un concept de cuisine Philippine de qualité dans un cadre accueillant et original, ce qui est loin d’être le cas pour les autres établissements de Barcelone servant cette cuisine.




Une salle avec un haut plafond de tôle ou on devrait dire toit en métal, représentant les toits des maisons Philippines typiques.  Des chaises colorées, une décoration de bon ton pour nous faire croire quelques instants que nous sommes dans le pays. Et même dans un coin, une fenêtre qui voudrait ressembler à une échoppe de rue dans le pays.


Une carte plutôt variée avec un certain nombres de plats à des prix vraiment très sages, ce qui est une excellente approche. 


Pour commencer des « Lumpiang Sariwa » ou rouleaux frais est un plat de légumes philippin composé de différents légumes type chou, carotte, patate douce et d’une pâte un peu moelleuse (non frite) garnie d’une sauce sucrée et de cacahuètes concassées. La pâte est généralement composée de farine, œufs, lait et huile. La sauce est un mélange de sauce soja, sucre brun, ail, sel puis les cacahouètes sur le dessus. A vrai dire cela ressemblerait un èeu plus à une crêpe qu’un rouleau de printemps. Léger, frais, très agréable pour démarrer un repas.


Un plat nommé « Barbecue » qui sont des brochettes de porc marinée de style philippin. Gril ou brochettes de viande (principalement de porc ou de poulet) marinées dans un mélange d'ail, de sauce soja sucrée, grillé, plongé dans la marinade et servi ensuite, avec une sauce de vinaigre de soja ou une sauce un peu caramélisée. C’est un peu la version malaise ou indonésienne du « satay ».


Ensuite les plus classiques « Lumpiang Shanghai », rouleaux frit à base de viande. La garniture de base est composée de viande de porc hachée, d'oignons émincés, de carottes et d'assaisonnements tels que le sel et le poivre noir moulu.  Le « Lumpiang Shanghai » est leur propre version philippine du rouleau de printemps. Quelle est la différence, vous pourriez demander? Eh bien, la principale différence est qu’il contient plus de viande que de légumes, contrairement aux autres types de lumpia ou de nems. Traditionnellement, le porc haché est utilisé comme ingrédient principal. Mais vous pouvez aussi utiliser du bœuf ou du porc mélangé et du bœuf ou même du poulet. Il est très rare ou très rare que vous assistiez à une célébration, une fête (Fiesta) ou une fête aux Philippines sans que les « Lumpiang Shanghai » ne soient servis. 


Puis la spécialité de la maison, le « Kalderatang Kasarap ». Un plat de Luzon souvent à base de morceaux de porc, de bœuf ou de chèvre avec de la pâte de tomate ou de la sauce tomate relevée, auquel s’ajoute l’extension du foie. « Calderata », qui vient du mot « caldera » signifie chaudron, est un autre exemple des nombreuses influences espagnoles dans la cuisine philippine. Bien que semblable à l’afritada et au machado dans la préparation et l'utilisation de tomates, pommes de terre, carottes et poivrons, ce ragoût ici de veau (ou peut-être bœuf) comprend également du fromage à tartiner à base de foie et du fromage râpé pour épaissir la sauce et des piments forts pour ajouter des épices. Bien entendu, l’établissement peut avoir sa propre recette. Une estouffade de viande tout à fait gouteuse.


Le tout accompagné de riz blanc type parfumé et oignons frits sur le dessus.


Amusant et sympathique dessert que le gâteau au fromage et à l'ube . L’ube (prononcer ou-beh), également connu scientifiquement sous le nom de dioscorea alata, ou simplement igname pourpre, est une espèce d’igname, un légume racine. L’ube varie en couleur du violet vif au mauve, mais certaines variétés sont en fait blanches. En raison de sa saveur plutôt douce, l’ube est souvent utilisé dans des recettes sucrées.


Indéniablement le concept est réussi et remporte une franc succès. Un cadre différent, un accueil exemplaire, une cuisine à découvrir qui change agréablement d’autres cuisines asiatiques, des prix amicaux, bravo !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire