mercredi 4 juillet 2018

Lluritu, Barcelone


Comme le disent les anglo-saxons, voici le « hidden gem », l’adresse que l’on préférerait ne pas trop divulguer et qui se trouve être une perle rare. Celles et ceux qui connaissent bien Barcelone savent que de trouver un établissement de fruits de mer de qualité n’est pas si simple que cela. Certes on voit des étals dans les marchés, des tables qui proposent ce type de produit mais souvent on peu douter de la réelle qualité, fraicheur et même suspecter du congelé. Bien entendu il existe des établissements grandement réputés mais les prix sont souvent assez stratosphériques.


Eh bien voici « Lluritu » qui n’a surement rien à envier à ces établissements luxueux et chers mais qui a évidemment ses particularités. En haut de Gracia, aussi loin de la mer que possible… eh bien c’est comme si on s’y croyait, la vue en moins. Une rue étroite à sens unique, Une entrée devant laquelle on pourrait passer sans même s’apercevoir qu’il s’agit d’un restaurant.


L’intérieur est assez particulier car à prime abord on se demande s’il s’agit d’un restaurant, d’une cantine, d’un magasin de poissons ou d’un bar. En fait c’est un peu tout à la fois et se trouve être un lieu très contemporain dans un style assez neutre et un peu froid. De la faïence blanche, des carreaux traditionnels sur le sol, un bar en marbre avec toujours ces carreaux blancs carrés fonctionnels derrière celui-ci. Une sensation d’utilitaire, comme si le personnel, pourrait arroser tous les murs et les tables au jet après le service si nécessaire. En fait ce qui rend l’endroit très convivial, c’est la foule, l’ambiance, le côté complètement inattendu du lieu. Réservation indispensable au risque d’attendre longtemps, très longtemps…


Ce qui est aussi assez particulier c’est de trouver ce menu affiché un peu comme dans un « diner » américain. Une « planche murale » illuminée avec la listes des produits et leur prix. Pas de plats mais juste le nom du produit, des fruits de mer ainsi que les quelques tapas pour accompagner un apéritif. Ce panneau a presque quelque chose d’un peu irréel.


Mais cela n’est pas tout… La cuisine, si on peut appeler cela ainsi…Je ne sais pas s’il y a 4 mètres carrés en tout ! On dirait un guichet comme dans une gare,  voir un salon pour fumeurs.. ! Mais rassurez-vous, cela suit, l’unique cuisinier est à son affaire et cette « cuisine » est parfaitement structurée. En fait la majorité des plats sont faits à la seconde et de plus à la plancha. Donc finalement pas besoin de grand-chose à part « le produit ». Pile d’assiettes sur un minuscule comptoir, la plancha, la hotte aspirante et voila. Un chiringuito en pleine ville ! Un aide pour le dressage des assiettes.




Au fond, quelques tables dans un espace assez contigu, table de marbre, lumières industrielles, bruit, ambiance comme on les aime et exclusivement locale. Les serveurs sont étonnements habillés de manière plutôt classique avec ces jaquettes blanches d’antan.



La carte, si on peut appeler carte…est plutôt comme l’on peut s’y attendre, une liste des produits de la mer disponibles. Une liste un peu comme un tableau Excel avec, le nom, le type de préparation (Froid-Grill-Carpaccio-Sauté-Braise), les ingrédients utilisés, l’origine du produit, le prix d’une portion ou demi-portion. Une approche singulière mais tout à fait appropriée, car ici c’est le produit avant tout ! Et après lecture, on s’aperçoit qu’il y a en plus des plats originaux.


Par exemple, cette fantastique salade d’anguille fumée accompagnée de tomates, de sel, poivre et huile. Anguilles du Delta de l’Ebre, finement hachée, déposée sur une couronne de tomates en découpées et petits dés, huile d’olive de qualité, assaisonnement parfait. L’association du fumé avec le fruit est prodigieuse.


Le pain a la tomate est lui aussi très bon, tomate frotté légèrement, huile d’olive et un peu de sel.


D’excellentes zamburina grillées, bacon ibérique, oignon et huile, pêchées à Vigo en Galice. Sorte de petite Saint-Jacques ou plutôt pétoncles. Rapidement saisie à la plancha donc encore moelleuses.


Des coques à la plancha, toujours de Galice et d’une parfaite fraicheur, d’une belle taille et surtout charnues.


De la seiche grillée, ail et persil, de méditerranée. Tendre, on appréciera à nouveau le goût un peu de braise et la tendreté du produit. Accompagné de pois mangetout.


Une très belle découverte avec le poulpe séché, braise, huile et poivre, de Denia. Poulpe au style traditionnel : séché au soleil et puis grillé avec de l’huile d’olive et du sel. Cela a une texture un peu différente, plus boisée et au goût plus puissant.



Les couteaux ici sont très charnus et avec une saveur nettement plus suave que d’autres couteaux. Un petit côté un peu sucré en bouche. Juste cuit à la plancha avec un peu de sel.


Choix de vin simple et limité mais ce sera sur recommendation du serveur, un Vora La Mar Barcelona, cépage Xarelo, notes florales et citriques, une pointe salée. Parfait pour ce type de repas.


Il est peu probable que cette carte soit improvisée malgré ce qu’indique un petit texte sur le menu : « marisqueria insouciante ou décontractée… ». Comme je l’ai déjà mentionné, une offre simple mais fantastique : des produits qui viennent directement de l’océan ou de la mer, la plupart du temps des petites choses dans les coquilles, cuisinés soit à la plancha (grill plat) ou à la braise (grill), sel et huile d'olive et voila. Des assiettes blanches et épaisse avec le seul nom de LLURITU en rouge vif imprimé sur le bord. Le plus incroyable restaurant de fruits de mer….en pleine ville…