mardi 1 novembre 2016

Marta, New York




Indéniablement la cuisine italienne se taille une grosse part du gâteau et même certains établissements américains ne se privent pas d’inclure ci et là des ingrédients de ce pays. Je ne sais pas si « Marta » se considère comme étant une table italienne mais en tout cas sa carte ne prête à aucune confusion. En consultant son site, on peut y trouver une référence à une pizzeria mais nous sommes quand même loin de la pizzeria traditionnelle de quartier. « Marta » se trouve dans le magnifique « The Redbury Hotel » situé dans la 29ème .  Un très beau bâtiment de Manhattan et spécifiquement NoMad avec de grandes fenêtres au travers desquelles l’on peut apercevoir le somptueux intérieur.




Une fois à l’intérieur on ne peut que rester impressionné par ce chic tellement New-Yorkais et cette ambiance complètement « S ** in the City ». Réception fleurie, clientèle aisée et habillée, ambiance presqu’un peu irréelle.



Une très grande et belle salle avec un assez grand nombre de tables dont certaines sur une mezzanine et au centre deux énormes fours à bois pour les pizze.


 
Des banquettes en longueurs, un service stylé, une ambiance très animée font de cet endroit un lieu plutôt assez unique et inhabituel pour une soi-disant pizzeria. Comme quoi un peu de farine et d’eau peut aussi satisfaire une clientèle huppée du moment que le décor soit la.


C’est avec plaisir que l’on observera l’armée de pizzaiolo et certaines personnes choisiront même de diner sur ce mur de marbre qui entoure l’espace de cuisine de pour l’étalage de la pâte et les mises dans les fours. Les pizze sont conçues sur cette structure de marbre avec les ingrédients au centre de la pièce.



Dans un autre coin, le toujours très chic bar pour celles et ceux qui patientent au cas ou vous n’auriez pas réservé de table.


C’est par chance que nous pourrons diner sur cette mezzanine accessible par un escalier non loin du service des boissons, vins et alcools.


Le point de vue sur la salle est vraiment splendide et rend vraiment hommage à l’établissement qui a su faire de cet endroit un lieu vraiment très mode et contemporain.



La carte n’est pas très grande et propose des entrées suivies de quelques plats principaux cuits semblerait-il au feu de bois mais l’essentiel sont donc comme on peut se l’imaginer les pizze.

En entrée, l’« Anatra » qui consiste de canard confit, des haricots Coco Nano, du bacon au poivre noir et des navets. Ce sont des haricots toscans au léger gout de noix et qui sont préparés un peu dans le style d’un cassoulet ou ce type de plat bien roboratifs.


Encore des « Suppli Al Telefono » qui sont des croquettes de risotto à la tomate et mozzarella. Classiques, plaisantes, bien dorées et gourmandes.


Les pizze ici ne ressemblent pas forcement à d’autres que j’ai mangé à New-York. Cette ville est réputée pour la qualité de celles-ci et propose souvent ce quel l’on appelle la « Napolitaine ». A Naples elles seront cuites au feu de bois avec un centre encore moelleux alors qu’à New-York elles seront croustillantes de bout en bout. On appelle d’ailleurs ces dernières « Napolitaine-New-Yorkaise ». La Sicilienne propose elle une pâte d’au moins un centimètre si pas plus. Ici chez « Marta » la pâte est extrêmement fines et j’imagine que l’on pourra la qualifier de « Napolitaine-New-Yorkaise ». D’autres styles existent comme par exemple la « New Brooklyn » et la « California/Flatbread ».

Une pizza « stracciatella ». Stracciatella maison qui est un fromage type burrata, basilic, tomate et huile d’olive. Le fromage fait la rès grande différence car est magnifique. La pâte est très croustillante, pour moi pas loin d’un « flatbread »


Une pizza « Macellaio » à base de soppressata, guanciale, saucisse de porc, mozarella, tomate et grana panado. La soppressata est un salami typique de la Calabre, Basilicate et des Pouilles, généralement piquant. Le guanciale est la base des spaghetti carbonara et s'agit d'un morceau de viande non fumée issue des joues ou des bajoues du cochon. S’il y a un réel reproche à faire c’est que c’est beaucoup trop salé.


Un seul dessert avec une tarte aux amandes et concord. Il s’agit d’un raisin de table bleu foncé bon pour la consommation fraiche, pour le jus et la gelée. Il est cultivé dans l’est des Etats-Unis. On trouvera dans cette tarte de la confiture de raisin, une crème réalisés avec du fromage crémeux, de la crème d’amande, une pâte à base de seigle. Sur le côté une glace au raisin concord. Un joli dessert très bien réalisé.


J’oubliais, avec ce repas une rafraichissante bière locale Jack’s Abby House lager de Framingham dans le Massachussetts de 5.2 %.


« Marta » c’est le lieu où l’on se rencontre, où l’on découvre le New-York plutôt chic et où l’on vient manger ne cuisine italienne plutôt bien réalisée dans un lieu vraiment très moderne et très joliment décoré. Les pizze ici sont plus proches de quelque chose comme un pain plat. Les bords rappelleraient un peu des grissini.