dimanche 13 novembre 2016

Momofuku Noodle Bar, New York




Le nom de « Momofuku » est parfaitement connu des amateurs de cuisine asiatique d’une nouvelle génération, cependant il ne faut pas penser que tous les établissements de David Chang proposent la même chose car avant tout c’est un concept. A new York mais aussi Sydney, Toronto et Washington. Ici nous parlerons du « Momofuku Noodle Bar » qui fut le premier établissement de David Chang ouvert en 2004, spécialisé dans les ramen et les buns, qui aujourd’hui a une offre probablement plus variée.

Un endroit toujours à la mode depuis de nombreuses années, avec une clientèle sur les coups de midi s’empressent pout essayer de s’asseoir. Pas une devanture très voyante mais ici, on connait…donc pas de grande enseigner extérieure mais une simple baie vitrée à travers laquelle on voit l’ensemble de cette salle en longueur.


Un endroit plutôt assez aseptisé, long bar avec tabourets, tables communautaires ; le tout en bois. Entre un style asiatique et scandinave. Certains pourraient trouver cela assez ressemblant avec n’importe quel fast-food...je ne les contredirai pas.





Arrivé sur le coup de midi, c’est vraiment le moment car une demi-heure plus tard vous probablement devrez attendre une demi-heure, si pas plus. Assis si possible à l’une de tables ou alors manger derrière le bar en observant la cuisine.



Ici les plats sont plutôt assez inhabituels, certains avec des saveurs fortes et on peut dire qu’il y a un style vraiment particulier. Par exemple des nouilles épicées froides qui seront une belle découverte. Certains adorent ces plats, d’autres pas du tout…Question sûrement de goût et d’appréciation de ce concept moderne et peut-être volontairement un peu ambigu. La carte est journalière avec quelques spécialités du jour autrement des bols de pâtes, des buns et de petits plats.

Cela sera pour commencer un bun au « brisket », raifort, oignons rouges au vinaigre, concombre. Le « brisket » est plutôt bien connu des BBQ américain et ici retravaillé d’une manière asiatique. La viande est fondante, bien entremêlée, placée dans le bun qui est ce pain vapeur chinois, avec en dessous une crème de ce raifort et les « pickles » au-dessus. C’est plutôt réussi ce mélange de cuisine américaine et asiatique.


Un ramen momofuku, avec de la poitrine de porc, de l’épaule de porc, un œuf poché. Les pâtes sont bien cuites, le bouillon savoureux, de l’oignon vert finement ciselé, le porc bien rôti. C’est un bon ramen mais selon le convive un peu monotone en saveur à la longue.


Très bel et intéressant que ce plat, un bol de nouilles épicées froides, avec de la saucisse du Sichuan, du basilic thaï, des noix de cashew. A première vue on se demande où sont les nouilles puisque les noix recouvrent le tout.


Une fois que l’on mélange ces nouilles tièdes, on découvre une sauce à base d’épinard qui donne une teinte verte aux pâtes. Les noix de cajou sont caramélisées amenant au tout une certaine douceur en bouche en complément de la texture croquante. Les saucisses de Sichuan contiennent également un peu de piment rouge en poudre et de la poudre de poivre de Sichuan qui attribuent aux saucisses une saveur particulière. Le tout fonctionne plutôt très bien entre pimenté, sucré, salé et fumé.



La réputation reste des plus justifiée. Pas les « nouilles de monsieur tout le monde », un peu de créativité avec des recettes innovantes ou plus classiquse selon son choix dans une ambiance un peu branchée, plus pour un repas rapide surement aux heures du déjeuner.