mardi 22 novembre 2016

Chilli Fagara, Hong Kong




N’étant pas un grand amateur de cuisine cantonaise ou de Hong Kong pour leur côté un peu fade, c’est souvent du côté de l’ouest que je lorgne en cherchant des cuisines plus épicées comme évidemment celle du Sichuan. Première table de mon périple ici à Hong Kong chez « Chili Fagara » situé à Central non loin de Soho. Une petite ruelle en pente et me voici face à une façade recouverte de catelles vertes, un sigle illuminé qui pourrait représenter des piments et leur chaleur, quelques panneaux du guide Michelin qui sont des récompenses des dernières années.


Un charmant intérieur plutôt petit avec un éclairage assez doux, des couleurs lorgnant sur le rouge avec quelques objets de décoration ci et là. Au fond un comptoir avec un mur de catelles blanches. Un lieu assez calme et avec du charme qui diffère un peu des grandes salles de restaurants que l’on trouve souvent en ville.






Commande d’une bière chinoise avant de regarder la carte et un peu une surprise de se la voir servie non pas dans un verre mais un bol, quelques cacahouètes pour patienter.


La carte de ce restaurant du Sichuan est extrêmement variée et incontestablement l’une des plus riche qu’il m’ait été donné de voir. La teneur en piment de chaque plat est indiquée avec un signe bien clair ; 1, 2, ou 3 piments. On y trouvera plusieurs sections avec la première appelée « Ma » » qui correspond à des plats où l’on utilise le poivre du Sichuan. Une baie très particulière qui en réalité n’a pas beaucoup de ressemblance avec un poivre traditionnel et qui d’ailleurs donne le nom à l’établissement « Fagara », orgasme qui résonne, quelque chose dans ce sens car ce poivre titille d’une certaine manière la langue avec une certaine acidité sur le final. La seconde section « La » propose des plats principalement avec comme ingrédient principal du piment su Sichuan. Dernière section appelés « Tang » avec des plats que l’on pourrait qualifier ici de plus « fades » ou alors moins épicés.

Je commencerai avec de tendres morceaux de poulet recouverts de brisures de cacahouètes, coriandre fraiche et oignons verts dans une sauce épaisse à base de piments. La volaille arrive donc recouverte de cette sauce très parfumée et pas si forte que l’on pourrait se l’imaginer. On déguste le poulet et entourant le morceau de cette préparation. C’est authentique et délicieux.


Un très surprenant plat principal avec de brulantes tranches d’aloyau de bœuf qui mijotent dans le piment et poivre du Sichuan, servis dans un intense bouillon épicé au piment, nouilles de pommes de terre, pousses de soja, poireaux chinois et clous de girofle. Déjà la portion est énorme car en Chine ou Hong Kong les plats principaux sont souvent pour deux personnes. Le bol est rempli de ces piments secs et il faut évidemment ne se servir que de la viande et des pâtes avec un peu de bouillon avec un peu de coriandre fraiche. On laissera évidement les piments de côté ainsi qu’une majorité de ce bouillon certes forts mais tout de même pas aussi terrible qu’il en a l’air. Pour avoir été au Sichuan je peux garantir de la parfaite authenticité de ce plat qui est tout de même une expérience et probablement pas au goût de tout le monde.



Un légume en accompagnement avec des légumes sautés avec de l’ail, oignons verts et gingembre. Légume sauté de la famille des épinards tout à fait classiquement préparé.


Une très bonne adresse qui est ici une institution pour découvrir une cuisine de cette région moins fréquente mais qui demande à ce que l’on apprécie les plats plutôt assez forts en saveurs.