vendredi 13 septembre 2013

Corlulu Ali Pasa Medresesi, Istamboul



Voici un de mes endroits préférés à Istamboul que l’on pourrait presque qualifier de caché et de relativement peu connu par les touristes.  Un endroit où le temps s’est arrêté et où il fait bon de rester quelques heures afin d’observer tout ce qui se passe en buvant dans un café,  une boisson locale mais surtout fumer le nargilé.

Situé dans la rue principale de Sultanhamet où passe le tram, vous ne pourrez pas découvrir cet endroit plein de magie et de poésie sans en connaitre l’adresse ou plutôt le nom et l’apparence extérieure.


Pas d’enseigne mais une porte de bois, une arcade de pierre, des grilles au travers desquelles vous découvrirez des pierres tombales. 

Sur le haut de la porte des inscriptions arabes sur un fond vert et jaune. Sur le coté une minuscule plaque indiquant Corlulu Ali Pasa Medresesi qu’il faut vraiment bien trouver.  Le plus surprenant est que si vous recherchez des photos de cet endroit sur la toile,  vous observerez que par le passé il y a eu plusieurs enseignes de tailles différentes clairement identifiant l’endroit mais que celles-ci ont disparues. J’imagine que l’interdiction en cours de fumer le nargilé en Turquie (comme de boire du raki…) y est pour pas mal de chose…

Franchissez cette porte, lorgnez à travers les grilles du couloir ces pierres tombales un peu désordonnées de ce cimetière musulman et vous voila arrivé dans un lieu des plus étonnant qui a 300 ans d’âge, construit en 1709 pour un certain Ali Pasa de la ville de Corlu.

 


Un peu plus loin sur la droite,  des poêles à charbons avec des casseroles de braises et une cours qui ressemble un peu à un conte des milles et une nuit. 


Selon de vagues souvenir je me rapppele que la première fois il s’agissait d’une école coranique (medredesi) avec quelques tables pour boire le thé et où j’avais acheté à l’époque ma pipe a eau, mais maintenant le lieu se prête au rassemblement des Turques, des habitués venus fumer ce nargilé en buvant toujours un thé, un café ou un jus de fruits frais.

Une cours comme dans une mosquée, des tapis sur les murs, des banquettes avec des tables basses et un va et vient incessant de serveurs amenant les nargilé ou des braises pour raviver la combustion du tabac. 





Le plus beau sera également de contempler la multitude de lampes aux couleurs variées et les coupoles d’un coté de la cour avec des dessins de fleurs. 


Asseyez-vous a une banquette de préférence sur le coté gauche chez Ali Pasa et commandez un nargilé. Aller saluer mon ami Faruk qui sera là tout souriant un peu comme un pacha avec un sourir qui en dit long. Son magasin vendant tout l’attirail pour le fumeur avertit ainsi que ces lampes au charme certain.


Passez une heure ou deux….buvez dans n’importe quel ordre un thé, une eau gazeuse au citron pressé, un fabuleux café turc.




Choisissez de préférence un nargilé que je qualifierai "de classique" tel qu'à la pomme car certains ont vraiment un goût chimique.


 
Et observez autours de vous les autres fumeurs qui comme vous passent un délicieux moment.


Cet endroit est un lieu de resourcement, un lieu hors du temps et de l’agitation de la ville, un lieu fabuleux, authentique et insolite où l’on vient et revient en espérant qu’il ne changera jamais…