samedi 11 août 2018

Colella, Barcelone


Je n’avais jamais réalisé jusqu’il y a peu de temps le nombre de personnes qui viennent d’Italie et qui se trouvent à Barcelone. Cela explique pourquoi la cuisine de ce pays est plus ou moins bien représentée et le nombre d’établissements croissant. Aujourd’hui c’est cette nouvelle table du nom du chef que nous allons visiter, « Colella ». Non pas une table vraiment italienne mais plutôt le croisement entre la cuisine Espagnole, Catalane et Italienne. Ceci expliquant le terme « méditerranéen » sur l’enseigne frontale du restaurant.


Aux fourneaux, Roberto Colella déjà connu en ville puisque pendant plusieurs années il était chef au « Meneghina ». Un chef napolitain assez créatif, doté d'une vaste expérience malgré sa jeunesse et qui donc vient d’ouvrir son nouvel établissement. Un concept de cuisine un peu comme « Due Spaghi », une cuisine méditerranéenne basée sur Naples et d’autres régions de la cuisine italienne, en la combinant avec ses expériences du monde entier. On peut donc s’imaginer que cet endroit oscille entre trattoria et table bistronomique.         


Un extérieur récemment rénové, quelques plantes vertes, de grandes fenêtres et le nom du lieu. L’intérieur est clair, aéré, dans un style contemporain.


Simples tables en bois, quelques chaises qui pourraient nous faire rappeler l’école, cela pourrait tout de même être un peu moins stérile. Heureusement qu’il y a quelques jolis bouquets de fleurs mais cela manque cruellement par exemple d’un tableau de belle taille sur le mur principale. Un détail, mais cela pourrait rendre le lieu bien plus convivial. On pensera que cela viendra.



Face à l’entrée, la cuisine ouverte sur une partie de la salle, avec Roberto et son équipe.





La carte plutôt courte, ce qui n’est pas un problème en so propose une série de plats avec effectivement un certain nombre de pâtes maison, des assiettes avec des ingrédients italiens, mais dans l’ensemble on retrouve finalement très peu de références à la Catalogne ou au pourtour méditerranéen. Par exemple ces « Bravas » d’aubergines. Rien de surprenant mais elle sont parfaitement frites, sans aucune trace de graisse, bien moelleuse en son centre et que l’on peut tremper dans un aïoli. Pas la première fois que l’on trouve cela à Barcelone mais c’est bien fait.


Premier plat de pâtes avec des Paccheri farcies au foie gras, oignons caramélisés et épinards. Grosses pâtes courtes en forme de tube, elles sont traditionnellement originaires de Naples comme le chef et généralement réalisées avec de la semoule de blé dur. Légèrement dorées et croustillantes car probablement cuites au four puis disposées sur l’assiette avec cette farce et sur lesquelles se trouve un pesto d’épinard. Plat sensiblement fort italien d’ailleurs.


Un joli poisson avec un délicieux filet de merlu accompagné d’une salade de fèves et de pecorino romano. Un morceau de poisson parfaitement cuit, ces quelques tendres fèves sur le dessus et cette sauce qui probablement elle aussi est préparée avec la même fève. Le fromage amène un petit côté piquant fort agréable.


Second plat de pâtes avec des Raviolone farcies de saucisse, « cime de rapa » et confiture d’ail confit. Un détail, pas sur que cela soit ce type de pâtes car cela ressemble plus selon moi a des tortellinis d’une certaine taille, mais de toute manière la pâte reste la même. Bonne farce, le goût de l’ail n’est pas aussi prononcé que je l’aurais espéré. Un plat italien classique sans de réel reproche.


Les Gnocchis de pommes de terre et courge, sauge et bacon à basse température sont parfait en texture, la sauce gouteuse, à nouveau un plat très italien. Probablement que notre choix s’est plus porté vers des assiettes de la botte que d’Espagne.


Un choix de vin limité mais un très bon Gomez Cruzado Rioja 2016 Vendimia Seleccionada, un vin rouge avec des notes grillées et des saveurs de fruits mûrs.


Pour revenir a au début de ce que je disais, nous avons découvert une cuisine plus dans un style trattoria, finalement assez simple, dans un genre « comfort food », avec du goût et de la gourmandise, mais j’aurais préféré un peu plus d’audace, un peu plus de référence aux produits locaux qui sont cruellement absents dans les énoncés des plats. Je sais que le chef est italien mais l’offre aurait pu etre un peu plus élaborée. Cela reste tout de même une bonne cuisine parfaitement exécutée et maitrisée dans les cuissons.