vendredi 23 mai 2014

Max, Amsterdam



Dernière soirée à Amsterdam et de plus un dimanche, jour qui n’est pas des plus simple pour trouver une table correcte ou qui soit ouverte. C’est donc après quelques recherches que nous nous étions dit que nous n’avions pas encore mangé Indonésien alors que cela devrait être presque être une institution lorsque l’on vient aux Pays-Bas.

Certes ce n’est pas à Amsterdam que l’on trouve les meilleurs indonésiens excepté Blauw mais plutôt à la Haye où se trouvent un certain nombre d’ambassades et de consulats. Néanmoins nous nous sommes dits que de découvrir « Max » ne pourrait que confirmer si la table ci-dessus reste la seule de la ville avec ce niveau de qualité ou ce nouvel établissement vaut la peine également.

Premier avantage, il n’y a pas besoin de se déplacer en taxi car « Max » se trouve non loin du Jordaan, le quartier actuellement branché et « bobo » d’Amsterdam, entre le Keizergracht et le Herengracht.

Vous ne trouverez pas de littérature abondante sur cet établissement qui semble être plutôt nouveau.
Dans une maison classique avec une grande baie vitrée vous trouverez « Max ».  Une terrasse qui a pignon sur rue et qui juxtapose un autre établissement.


L’intérieur est  plutôt charmant et moderne avec une alternance de couleurs vives allant du rose à l’orange avec des jeux de lumières derrière une rangée décorative de bouteilles de vin.






Des tables plutôt serrées au rez-de-chaussée mais aussi une mezzanine où l’on peut également manger.

En fond de salle, le bar à côté duquel nous serons assis. Une salle vraiment agréable pour un repas qui se devrait être indonésien.

D’après ce que je dois comprendre, ce « Max » est le patron est justement est indonésien. Il propose une carte avec deux angles ; des plats plutôt européens et une carte indonésienne avec le célèbre rijsttafel qui est servi en trois séries de plats à 35 euros. Ceci permet donc d’avoir une clientèle j’imagine plus variée et ne pas trop avoir l’appellation de « restaurant indonésien ». Pourquoi pas…

Nous prendrons évidement cette « table de riz » qui reste un concept néerlandais avant tout et démarrerons avec les satays de poulet javanais de Max sur une salade croustillante. Généralement les satays arrivent en brochettes avec la sauce aux cacahouètes soit dessus soit dans un bol ; ici le tout est dressé différemment. Les morceaux de poulets sont enlevés de la brochette et entourés d’une sauce aux cacahouètes absolument divine ; le tout est déposé sur un mélange de légumes frais comme des pousses de soja, des pois mange-tout,  mais aussi un achard légèrement vinaigré à base de carottes et de poivrons rouges. Un peu d’oignons frits et de cacahouètes broyées sur le dessus. Probablement les meilleurs satays que j’aie pu manger.


Second service avec un plateau regroupant un certain nombre de plats comme le veut la tradition du rijsttafel. L’apparence est plus que tentante et nous aurons la chance de goûter les plats suivants.


D’excellentes  aubergines en salade dans un curry avec des herbes du jardin.


Un achard de légumes bien dosé dans le vinaigre et encore croquant à base de chou-fleur, carotte, concombre et poivrons rouges.


Des haricots verts serpents avec une sauce plutôt pimentée.


Des œufs dans une sauce de lait de coco et curry. Un grand classique indonésien parfaitement exécuté.


Un filet de loup de mer cuit dans une feuille de bananier avec une sauce épicée à la citronnelle.


Le Bang Bang rendang, un curry de bœuf indonésien à base de lait de coco, citronnelle, oignons rouges, piments, ail, gingembre et plein d’autres épices. A nouveau un plat fidèle a ce que j’ai pu goûter en Indonésie.


Un poulet dans une sauce au soja douce.


Un riz blanc mais préparé à l’indonésienne avec sur le dessus de fines lamelles d’oignons fanes et des oignons frits.


En dessert, le Spekkoek, un  gâteau indonésien en couche fines épicées avec une glace au lait de coco et la seconde à la mangue. Peut-être que le morceau de gâteau est superflus et n’amène pas grand-chose.



Avec ce repas un cabernet sauvignon reserve, Don David Torino d’argentine. Un vin avec de la mâche et en même temps doux, de belles structures tanniques avec des arômes de fruits murs et de cacao. Un vin élevé à 1700 m d’altitude, donc un climat plutôt frais.


Une belle découverte chez ce « Max » car la cuisine est plutôt fidèle à ce que l’on trouve dans le pays. Souvent la cuisine indonésienne aux Pays-Bas est adaptée aux goûts locaux et se trouve être trop sucrée. Ici c’est très bien exécuté et est hautement recommandable si vous souhaitez essayer cette cuisine dans ce que j’appellerais « le centre ». Une belle découverte !