lundi 12 mai 2014

Café de Grancy, Lausanne



Parti pour un spectacle à Lausanne ce dimanche soir et celui-ci démarrant à 20 :00, je me demandais ce que je pourrais bien trouver d’ouvert et où l’on peut rapidement se sustenter en tout début de soirée.  Un appel au Café de Grancy que je ne connaissais pas et l’aimable personne qui me répond au téléphone me confirme qu’à partir de 18 :30 les cuisines sont ouvertes et que je suis même le bienvenu plus tôt pour déjà faire mon choix… Une bien sympathique approche que celle de proposer cette formule « pour des gens pressés »…

C’est donc arrivé à destination que nous découvrons un joli bâtiment avec sur le devant une terrasse déjà fréquentée par une clientèle à la recherche de quelques rayons de soleil malgré la fraicheur de cette journée.



Une fois à l’intérieur on est tout de suite surpris par le côté très chaleureux de l’endroit. Une grande salle d’une autre époque qui a la particularité de proposer un coin lecture, bar, cocktails. Un endroit fréquenté par des familles avec poussette ou des personnes qui bénéficient probablement de l’internet ouvert avec leur ordinateur.


 


Le restant de cette salle ressemble à un café comme le nom le dit mais reconvertit entre restaurant et brasserie, utilisant du mobilier d’époque comme tables et chaises qui probablement datent de plusieurs dizaines d’années. 




Tout au fond la cuisine ouverte avec son comptoir de bistrot tout à fait classique.

Des lumières tamisées pour une ambiance somme toute assez familiale et bon enfant. Détail amusant, toutes les chaises portent le nom d’un personnage de fil ou alors le nom d’une star « locale »…


Premier plongeon dans la carte et c’est vraiment une excellente surprise ! Des plats aux noms prometteurs, des assiettes qui ont l’air d’être soignées et gourmandes. Des menus en 3 assiettes ou plus qui proposent les plats de la carte.

Pour commencer nous prendrons une bouteille d’Ibericos 2009 Crianza, à base de tempranillo. Un vin à la couleur de cerise avec un nez intense de fruits noirs, des notes épicées comme du cacao et de la noix de muscade. Fin en bouche mais cela reste néanmoins un vin espagnol  en entrée de gamme.


Une entrée avec une saladine de magret de canard fumé au vinaigre balsamique, foie gras au poivre de Tasmanie. Un beau mélange de salade très fraiche avec un magret finement tranché et un excellent foie gras de canard qui est la spécialité de la maison vendu aussi à la demande. Visuellement ce poivre à une apparence fripée qui offre diverses odeurs, du clou de girofle au genièvre en passant par la myrte et le thé. Ce foie gras est délicieux avec une note légèrement boisée.


Pour moi un tartare de veau au gingembre et combawa, mesclun de salade, pousse d’oignons et pain grillé. La viande coupée au couteau est agréablement mais trop timidement parfumée avec le gingembre et combawa qui est un agrume proche du citron vert mais dont l’écorce est beaucoup plus parfumée. Le mesclun est de qualité bien apprêté avec sa vinaigrette maison ; deux tranches de pain grillées avec un peu de pesto.


 
Deux jolies entrées tout à fait plaisantes.

En plat central un tartare de bœuf à l’huile d’olive, basilic et oignons nouveaux, mesclun de salade, vinaigrette au pesto et pain grillé. L’assaisonnement sur la viande coupée au couteau est vraiment parfait ; les accompagnements sont similaires à ceux des deux précédentes entrées. Un des meilleurs tartares que j’aie mangé dans un bistrot récemment.

 


Pour moi un suprême de poulet fermier aux chanterelles, asperges et ail des ours, risotto au parmesan, légumes croquants. La volaille est de très bonne qualité car moelleuse et juteuse, la sauce est plutôt fine avec ces tronçons d’asperges et chanterelles ; les légumes tels que courgettes t brocolis sont cuits à la seconde. Quelques feuilles de basilic pour apporter une touche estivale au tout. Un excellent plat de bistrot.



Le risotto réalisé avec du riz carnaroli du nord de l’Italie est préparé avec un grain encore légèrement croquant et sur le dessus du parmesan frais râpé.


Pour terminer un seul dessert avec un crumble de rhubarbe au poivre Tilfda, glace au gingembre. Le crumble est délicieux avec ce poivre d’origine du Népal qui présente certaines similitudes avec celui du Sichouan.


Un très sympathique et agréable repas dans un lieu vraiment hors du commun en tout cas en ce qui me concerne car ce genre d’établissement à un peu disparu de Genève. Un service jeune et souriant, une cuisine du marché avec de bons produits et une certaine recherche. Une belle découverte !