dimanche 25 mars 2018

Petit Pau, Barcelone


En voila une autre de surprenante adresse que celle de « Petit Pau » dans le quartier de Sants qui regorge d’un certain nombre de nouvelles et très bonnes tables. Adresse un peu confidentielle qui se situe dans la rue de L’Espanya Industrial, non loin donc de la Plaça d’Osca qui vous donnera la possibilité de prendre un verre avant le repas au vu du nombre de bars. Bistro de type catalan mené par entre autres le très sympathique chef Pau Gascó qui concilie recettes locales avec modernisme dans un lieu plein de charme. Des études à l’école de cuisine de Sant Ignasi, suivi d’une série d’établissements comme El Dorado Petit de San Feliu et autres tables réputées comme Hofmann, Els Tinars, Via Veneto. Quelques voyages en Italie et en Corée du Sud, le voici pour notre plus grand bonheur de retour dans ce coin de Hostafrancs.


Seulement six tables donc une impérative réservation, une seule salle avec un coin cuisine ou Pau est le seul en cuisine a assurer.  Et croyez-moi, tout est parfaitement séquencé, pas de temps d’attente, pas de faille, presqu’une prouesse que de pouvoir non seulement cuisiner, présenter en salle les plats et ensuite même le nettoyage des plans de travail. Salle plaisante avec haut plafond, tables avec des chemins de tables noir, lumières au plafond.


Dans un coin, le chariot de pâtisserie car il faut beaucoup d’anticipation pour faire de ce repas une vraie réussite. Quelques fromages pour les amateurs dans la section inférieure.


Une cuisine donc où chaque centimètre est précieux et où seul le chef peut évoluer. Frigo, piano culinaire, hotte, lave-vaisselle, bar…on se demande comme il arrive a sortir des assiettes comme celles que nous aurons.


En salle, Gérard Aguilar, responsable de salle et qui assurera également le service. A noter que Pau parle anglais, ce qui sera pratique pour la description des assiettes.


Une carte une demi-douzaine d’entrées et la même chose pour les plats principaux. Prix un peu élevés que dans d’autres établissements et qui semblent grimper avec le succès, mais il y a des produits raffinés et l’on peut évidemment se partager les assiettes. En fait vous pourriez tout à fait prendre une entrée et un plat principal, une approche peut-être plus française de la restauration, pays que le chef apprécie énormément.

Au lieu donc de prendre des plats personnels, nous choisirons une série de plats à se partager. Certains sont un peu inspirés de la cuisine française, d’autres plus axés sur la préparation de produits locaux. Il y en aura pour toues le palais. En choisissant nos plats, nous voici offert quelques pâtes à tartiner sur du pain comme de la tapenade et une autre assez proche de la sauce romesco.


Tout commence avec une poêlée de palourdes accompagnées d’une sauce aux cèpes. Parfaitement cuites, une sauce crémeuse avec un bon goût de champignons et un peu de ciboulettes ciselée. Gourmand et comme je le disais, un peu plus français comme approche culinaire.


Retour au local avec un classique riz au fruit de mer « a banda ». Le riz reste l’élément de base et est souvent demandé. Ici « à sec » comme il se fait souvent, dans une poêle, « a banda » qui signifie « riz sur le côté » parce qu’il est cuit dans un bouillon de poisson et généralement accompagne un plat de poisson. Parfaitement réalisé avec les saveurs escomptées, il est un modèle du genre.


Un poisson avec une lotte et petits pois en ragout. Le poisson est juste snacké et encore moelleux en son centre. On trouvera un délicieux ragout de petits pois de Maresme vraiment sucrés et tendre, préparés avec un peu de jambon en fines lamelles colle il se doit.


Un abas avec des ris de veau poêlés, une onctueuse crème de topinambours et quelques pointes de sauce à base de moutarde. Un peu d’estragon ciselé sur le dessus.


Comme dessert, un classique Strudel aux pommes mais ici réalisé avec de la feuille de brick, entouré d’une crème anglaise.


Comme vin pendant ce repas, un Consulat Petit 2016, agréable rouge élaboré à partir de raisins des variétés Garnacha Negra, Samsó et Syrah, situé dans la région du Priorat, à Gratallops (Tarragone).


Un restaurant avec une âme, une formule plutôt différente que celle des autres nouveaux établissements car l’on y trouve une cuisine soignée qui oscille entre Catalogne et France, sans jamais comme c’est souvent le cas s’inspirer de l’Asie et de l’Amérique du Sud, comme c’est souvent le cas. Un chef approchable, souriant et enthousiaste, des produits de qualité et de saison, une belle adresse dans ce quartier de Sants.