jeudi 29 mars 2018

Malamén, Barcelone


Situé dans le quartier de Poble Sec et précisément dans l’animée carrer de Blai que se trouve cette table appelée « Malamén ». A vrais dire, c’est l’une des rues plutôt touristiques de Barcelone où les bars se côtoient, certains n’inspirant guère avec des pintxos un peu bas de gamme. Mais ce restaurant est l’une des exceptions avec à l’origine un Vénézuélien, Humberto, en cuisine un chef Suédois David Elfstrand et un troisième au nom de Daniel qui vient de Navarre. Pas vraiment un extérieur tape à l’œil car l’on pourrait passer devant sans vraiment y faire attention.


L’intérieur est assez particulier et ne ressemble vraiment à aucun autre endroit. Pas vraiment une bodega, pas vraiment un bar, encore que cette structure en longueur pourrait au contraire laisser supposer que justement il ne s’agit que d’un débit de boissons. Une paroi complètement garnie de bouteilles d’alcools et de vin, une série de chaises hautes face à elles et une table longue dans le prolongement de ce comptoir. Quelques boiseries, des lampes sans trop de style, une autre série de tables hautes le long du mur gauche qui a un miroir sur toute sa longueur. Une décoration vraiment indéfinissable qui me fait dire qu’il n’y pas vraiment de style particulier. Cependant l’endroit reste cosy et très agréable pour un diner.




La cuisine ici est définitivement catalane mais aussi avec d’autres plats de différentes régions d’Espagne.  Aucune influence fusion, mais non plus pas une cuisine complètement traditionnelle. Pas non plus visiblement d’influence des pays d’origine du chef et propriétaire malgré ce qui se dit. Plutôt une cuisine de saison avec des ingrédients locaux comme sur le concept du KM0 et de belles combinaisons sur cette intéressante carte.

Par exemple la délicieuse morcilla de Burgos avec sa marmelade de grenade et sauce au chocolat. Boudon ou saucisse à base de sang de porc et de riz typique de la cuisine de Burgos. Aux ingrédients susmentionnés sont ajoutés l'oignon, le saindoux, le sel, le poivre, le paprika, l'origan et d'autres épices. La tradition orale dit qu'elle devrait être "fade, grasse et épicée". Quelle excellente idée que l’associer tout d’abord à cette sauce chocolatée comme un « mole » mexicain et d’y ajouter quelques grenades confites. C’est vraiment une très belle assiette et les amateurs de ce boudin se régaleront.


Autre entrée plus rustique avec les pommes de terre « Malamén », mojo rouge, sauce chichimurri fumée, aïoli. Pommes rissolées que l’on trempe dans l’une des sauces. Le mojo est une sauce des iles Canaries, celle-ci préparée avec des poivrons rouges. La sauce chichimurri probablement est inspirée par l’origine de l’un des propriétaires, à base de persil, ail, origan, vinaigre et huile d’olive. Et le classique aïoli.



Une première très belles assiette principale avec un calamar farci, fruits de mer poêlés et tempura de salicornes. Moelleux, une farce à base de fruits de mer, une onctueuse sauce à base d’encre de seiche et cette surprenante manière de préparer le salicorne en y amenant une touche croustillante.


Autre très joli plat avec le riz onctueux aux pétoncles, safran, cava et épinards sauvages. Préparé comme un risotto, celui-ci est cuit avec précision, bien parfumé au safran avec une arrière touche vineuse. Sur le dessus les pétoncles parfaitement snackées et les épinards en réalités passés à la friture pour un côté un peu croustillant.


Comme vin une bouteille de Viern Vega Aixala, d’origine DO Conca de Barberà, assez toasté en bouche et légèrement fumé.


Voici un repas plutôt inattendu, presque original avec des ingrédients de qualité locaux, des recettes un peu revisitées, des cuissons précises et surtout beaucoup de gourmandise. Une belle adresse à ajouter dans son carnet d’adresses de Poble Sec.