vendredi 23 mars 2018

Bistrot Levante, Barcelone


Avec un nom pareil, je m’imaginais arriver dans un restaurant plutôt libanais, eh bien non…pas tout à fait.   Le Levant au Proche-Orient désigne la région côtière de la Méditerranée orientale entre la Syrie, au nord, et l'Egypte, au sud, et fut, dès les origines de la civilisation, le lieu de rencontre de nombreux peuples et cultures. On peut donc aujourd’hui élargir cette région en incluant, Syrie, Liban, Jordanie, Israël, Palestine et une partie du sud de la Turquie. Le « Bistrot Levante » est donc un lieu où l’on pourra trouver ce type de cuisine.  

Mais pas dans l’approche classique en associant une série de plats des différents pays ou région mais plutôt un s’inspirant des concepts d’un chef très réputé en Grande-Bretagne, Yotam Ottolenghi. Pour celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de ce chef, de ses restaurants et de ses fantastiques livres de cuisine, c’est quelqu’un de fortement inspirés des traditions culinaires du Moyen-Orient revisitées avec beaucoup de modernité. Chef de génie, Yotam Ottolenghi possède plusieurs restaurants à Londres mais ses recettes rayonnent à travers le monde pour en faire un auteur star à plusieurs millions d’exemplaires, icône notamment de la cuisine végétarienne. Bon ça c’est pour décrire le contexte car nous ne sommes pas chez ce chef mais dans un nouvel établissement de l’ancien quartier juif de Barcelone appelé El Call.


Un lieu plutôt inattendu car l’aspect extérieur et bien entendu intérieur est absolument de toute beauté, inhabituel en tout cas pour Barcelone. Pensé et créé par Emiliano Armani qui se trouvait être là ce soir-la, un architecte italien de Milan qui également étudia à Barcelone et à Londres, intéressé par l’urbanisme, l’habitat contemporain et la cuisine. En cuisine, le chef américain Nick Hosea. Depuis l’extérieur, l’espace semble être magnifique.


A droite en entrant, un bar avec quelques chaises hautes face à la grande vitre, sur le comptoir les vins au verre.


Dans la salle de gauche, un magnifique décor avec des lumières basses, de petites tables en marbre avec des fleurs, mais surtout un ensemble de plantes vertes qui donnent l’impression d’être dans une serre. On appréciera aussi les grandes baies vitrées qui permettent d’avoir une vue sur la place Manuel Ribé et la rue médiévale de Sant Domènec del Call.





Dans un coin, au milieu des plantes, les pâtisseries du jour qui sont nous dirons sous-traitées chez « The Cakeman Bakery », cuisinés par Hayden Colledge que l’on retrouve dans plusieurs établissements et dans quelques marchés comme le Palo Alto Market.




Ici on vient souvent pour les brunchs les weekends mais le soir l’ambiance sera plus intime. La carte n’est pas très grande mais la sélection des assiettes est variée. Comme précédemment indiqué, des mets avec des influences diverses, pas de recettes complètement asssociées à un pays particulier, mais une inspiration moyen-orientale, teintée de créativité. Certains pourraient qualifier de « mezzé », mais je dirais plutôt petites assiettes à se partager. Et en se concertant pour notre choix, quelques très bonnes olives pour patienter.


Pour commencer, un plat qui finalement n’est pas toujours excellent mais ici vraiment parfait et original. Un houmous, kumquat, sumac, pain pita. Bien crémeux comme il se doit, avec sur le dessus de fines lamelles de l’agrume pour une touche entre douce et un peu d’amertume. Un peu de cette épice citronnée que l’on appelle sumac, un peu d’huile d’olive, le tout accompagné d’excellente pitas recouvertes d’un peu d’huile d’olive et de zaatar, épice dont les bases sont le thym, l’origan et des graines de sésame.



Très légères et gourmande assiette de carottes rôties épicées, grenade, yoghourt et kumquat. Des carottes tranchées de deux manières, certaines sont des carottes pourpres, également des pignons et quelques feuilles de menthe, En dessous, un yoghourt travaillé avec de l’aneth. C’est à nouveau très explosif en bouche comme sont ces plats du moyen-orient.


Une viande avec de très bonnes boulettes de veau, courge butternut, crème tahiné. On appréciera la finesse de du hachis de viande, la sauce en dessous avec ce mélange de crème de sésame et de courge. Sur le dessus de la fraicheur avec quelques lamelles de concombre, du cresson, des feuilles de céleri, le tout un peu travaillé comme une petite salade.


D’excellentes côtes d’agneau qui ont légèrement panées, quelques fins haricots verts et un yoghourt avec un peu de menthe. Le fond de sauce est vraiment très fin.


Pour les desserts, on pourra regretter que cela soit réalisé à l’extérieur mais surtout que cela ne soit pas vraiment des desserts complètement en harmonie avec le reste du repas. Pas que ces cakes ne soient pas bons, mais selon moi plus orienté pour l’après-midi ou des brunchs. Je préférerais des desserts dans un esprit semblable aux plats précédents. Vu que c’est encore un peu une période de lancement, il y a fort à parier que cela pourrait changer, en tout cas c’est ce qui nous a été relaté. Un gateau aux pommes bien ménager. Rien à redire pour ce que c’est mais pas dans le ton de la soirée.


Un cake au chocolat, à la rose et pistache, plutôt sympathique visuellement mais pas de saveur particulière.


Comme vin, un très agréable Torremilanos Crianza 2014 Ribera del Duero avec une belle attaque et un passage en bouche soyeux.


Très belle découverte donc que ce « Bistrot Levante ».  En tout cas le soir une cuisine très fraiche, légère et délicate. Une bonne utilisation des produits et des épices du moyen-orient. Beaucoup de légèreté et de saveurs dans les assiettes. On espère que l’évolution fera que la carte sera enrichie de nouvelles assiettes, de dessert dans un même esprit. Le lieu, l’ambiance, le décor sont vraiment superbe, un vrai coup de cœur.