vendredi 6 janvier 2017

The Bombay Bicycle Club, Le Cap



Un de ces endroits qui ne peut pas laisser indifférent c’est ce « Bombay Bicycle Club » dans le quartier de Gardens. Un restaurant mais aussi un bar avec une terrasse sur cette rue où l’on trouve un certain nombre d’établissements le plus souvent assez mode. Rien que le nom laisse présager quelque chose d’un peu différent et pour être différent, c’est plutôt assez réussi.


Une devanture qui a l’air d’être composée d’un assemblage de types de fenêtres différentes qui se pourrait bien être de la récupération. Des guirlandes de fleurs comme en Inde, quelques peintures sur des planches murales de couleur rouge et l’inscription de l’établissement sous formes de lettres attachées par des tuyaux. On consomme sur le trottoir mais c’est l’intérieur qui vaut son pesant d’or.


Un restaurant sur plusieurs niveaux comme un dédale, une décoration d’un kitsch inégalé avec une collection de pièces plutôt uniques dans leur genre. Rien ne va ensemble mais c’est bien le but car l’harmonie finale est bien là. D’horribles vases en pseudo métal avec des fleurs en plastique, un énorme cœur rose au plafond.


Une paroi où il est bien difficile d’identifier ce qui s’y trouve comme des tableaux, des gravures, des lumières, des bougies. Le tout a un réel charme, complété par un service lui aussi déguisé avec guirlandes autour de la tête.




Le bar est somptueux avec son alignement de bouteilles, ses couleurs exotiques, ses objtes déposés ci et là toujours aussi mystérieux.




Dans la salle, une table est même suspendue au plafond avec des cordes, il fallait y penser…


Plafond lui aussi surchargé avec des têtes de requins, un lit avec une tête de tigre.



Venus simplement pour prendre un verre, la carte des cocktails est plutôt vaste. Un Mojito Fireball, mojito classique avec, du citron vert frais, soda et menthe fraiche. Mais ici un rhum épicé Bombay Heat. Et un autre Mojito, le Cranberry Tequila, à base d’Olmeca et de jus de canneberges. S’il y a une critique à faire sur ces cocktails, c’est que le citron vert n’existe pas car remplacé par ce mix que je n’aime pas du tout appelé « Rose’s Lime Juice ». Un Mojito c’est avec du citron vert frais, un point c’est tout. De plus le tout était trop sucré.


Néanmoins il faut venir ici pour le côté farfelu et bohème, l’atmosphère musicale, l’ambiance décontractée et décalée.