jeudi 21 septembre 2017

Bodega Monumental, Barcelone




Le simple mot de « Bodega » peut vraisemblablement faire un peu rêver en Espagne car l’on s’imagine a prime abord à un endroit séculaire, authentique, plein de charme, peut-être parfois un peu vétuste et où l’on boit et mange de manière traditionnelle. Eh bien sur les recommandations d’une personne locale, me voilà parti pour la « Bodega Monumental » dans le quartier de Sants, non loin de la place d’Espagne. A priori loin de la vieille ville et des flots de touristes, donc un lieu normalement prometteur. L’extérieur présente bien et se veut plutôt rassurant.


Ce qui est tout d’abord un peu surprenant en entrant c’est que l’endroit est quasiment vide. Théoriquement un bar à cette heure-là se devrait d’être rempli, allez savoir pourquoi. La décoration a première vue semble être traditionnelle mais je ne sais pourquoi manque d’authenticité. Cela peut paraitre étrange mais on dirait un décor de Bodega…dans une Bodega.


Un bar à tapas des plus classiques avec des raviers à olives et anchois. La salle à manger se trouvant au fond avec un décor même si hispanique, me semble un peu aguiche l’œil, c’est un peu trop propret dans le sens ou un décorateur a dû passer par là en alignant scrupuleusement bouteilles et boites de conserves, mais bon, passons. La clientèle est ce soit exclusivement étrangère.





Certes l’établissement a vu de belles heures au des nombreuses photos du passé témoignant des visites de stars ou autres célébrités.




Arrive une serveuse qui visiblement ne comprend pas grand-chose, incapable de conseiller quoi que ce soit et qui nous prend pour des touristes qui évidemment ne comprennent rien à la cuisine locale. Une carte plastifiée, ce que je déteste dans toutes les langues. Une cuisine traditionnelle, c’est bien d’ailleurs pour cela que nous sommes venus, jusque-là rien de surprenant.

On prendra pour commencer tout simplement des croquettes à bas de champignon et foie gras ainsi que des petites bouchées de boudin parfumée à l’orange. Ceci se commande à la pièce et arrive sur un plat rectangulaire. Je ne me rappelle pas d’avoir mangé d’aussi mauvaises croquettes depuis bien longtemps. Fermes, une farce au goût pas très net, une utilisation de beaucoup de farine, brefs pas bonnes. Même pas sûr qu’elles soient faites ici. Le boudin lui est enfermé dans une feuille de brique, cela a passé à la friture, en prenant le tout dans la bouche c’est une vraie giclée de graisse en bouche.


La bomba se laisse manger, ni bonne, ni mauvaise, les sauces dessus me semblent plus qu’industrielles.


Les tripes aux pois chiches sont, elles par contre assez correctes, tendres, une sauce à base de tomates pois-chiches et chorizo.


Ce fût surtout le plat de riz qui nous incita à venir ici sur la recommandation. Cela ne sera pas une paella mais le riz cuit à la casserole en terre. Une déprime totale avec ce riz de piètre qualité qui nage dans une espèce de soupe. Bon je sais très bien que c’est un riz comme l’on dit ici « mouillé », avec une sauce plus importante que les classiques plats de riz noir et paella, mais pas dans cette proportion ! Le pire, c’est le goût de cette sauce farineuse qui probablement a été épaissie, ce goût de fumet industriel épouvantable. Quelques pauvres tranches de calamar et de probable porc. Ce n’est vraiment pas bon.


Le choix de vin est d’une incroyable tristesse avec sa carte plastifiée et quasi remplie de références de vins de masse. Ici un riesling de la maison Torrès beaucoup trop doux.


Que dire de plus… eh bien pas grand-chose…