jeudi 5 avril 2018

Mes adresses: Forn Mistral, Barcelone


Pas franchement évident que de trouver du bon pain dans Barcelone et la plupart des bonnes boulangeries sont évidemment réparties aux quatre coins de la ville. Dans le quartier de Sant Antoni, celle qui est probablement la plus sophistiquée sera le « Forn Mistral » sur la ronda.


On trouvera ici du « pa de pagès », sorte de pain traditionnel de la cuisine catalane. Fabriqué de manière artisanale et cuit dans un four unique réfractaire. Sa teneur en graisse est inférieure à celle du pain commun. La croûte est également plus épaisse et donc sa conservation est de plusieurs jours. Sa forme est ronde et est généralement commercialisée en 250 grammes, un demi-kilo ou deux kilos. On l’utilise parfois pour préparer des tranches de pain avec de la tomate. Des pains aux graines de lin et pavot, des multicéréales. Certains au chocolat et orange.


Egalement du « pa de xeixa», variété de blé ancien appartenant aux îles Baléares. Un blé rustique très digestif, avec une saveur intense et avec un indice allergénique presque inexistant pour être plus faible en gluten que beaucoup d'autres. On peut trouver de références à cette céréale dans les fables et dans la culture populaire, un signe de l'importance qu'elle avait pour la vie quotidienne des gens. Au cours du XXe siècle, il est tombé en désuétude, peut-être en raison de la faible production puisque les grains sont de petite taille. Aujourd'hui, sa culture est limitée, même si ces dernières années elle a beaucoup récupéré grâce aux petits agriculteurs écologiques. Du pain sans levain, avec du lin et graines de courges.




C’est ici que Andreu Bertran obtint une récompense pour le concours « Pa Més Saludable », organisé par le club Richemont et son pain « Pandreu », confectionné avec de l’épeautre, du seigle, des fruits secs et de la levure. Et bien d’autres pains assez sophistiqués.


Dans un autre coin, des pains médiévaux, orientaux, et une série de pains à trancher souvent complets.


On fera la file car évidemment c’est une boulangerie fortement courtisée et de qualité. Le service est assuré par une série de dames recouvertes de chapeaux rouges.



On trouvera aussi des pâtisseries, des gateaux et des pièces salées. Par exemple des bras du gitan.



Petits pains aux olives, aux graines de courge et bien sur le fameux pain de Coca, un pain espagnol qui ressemble à la focaccia italienne, préparé à base de farine, d'eau et d'huile d'olive. Il peut se manger nature ou être servi chaud trempées dans une soupe à la tomate.


Traditionnellement, il sert de base pour une garniture salée comme des tomates, de l'ail, du chorizo, des anchois.

N’oublions pas les bunyols, initialement introduits en Catalogne par les juifs sépharades au Moyen Âge, mangé pendant le Carême. Il existe deux types de ces boules de pâte frites savoureuses: les bunyols de l'Empordà et les beignets de Vent. Les Bunyols de l'Empordà se caractérisent par un trou moins arrondi au milieu. Les Bunyols de Vent, en revanche, ont une forme ronde et ne sont généralement pas remplis, bien qu'ils puissent être achetés avec de la crème ou du chocolat au milieu.


En vitrine, des ensaïmada qui est un produit pâtissier de Majorque. C'est une cuisine commune mangée dans la plupart des anciens territoires castillans en Amérique latine et aux Philippines. Celle de Majorque est faite avec de la farine, de l'eau, du sucre, des oeufs, de la pâte mère et une sorte de graisse de porc. Le nom de ensaïmada vient du mot catalan saïm, qui signifie «lard de porc» (du mot arabe shahim, qui signifie «gras»).


Aussi de la coca de forner, gâteau très populaire en Catalogne, c'est aussi une recette traditionnelle et très représentative du festival de San Juan. Plus précisément, le gâteau gâteau de ce boulanger est fait avec des pignons de pin.



Une boulangerie très riche en sorte de pains qui propose des produits biologiques, des réalisations avec diverses céréales, des pâtisseries locales et des gateaux fidèles à ce que sont les anciennes recettes catalanes.