samedi 4 juin 2016

Roscioli, Rome



Seconde visite dans la même semaine chez « Roscioli », incontestablement la table pour apprécier une fantastique cuisine italienne de haute facture, certes traditionnelle mais tellement parfaite que d’y retourner n’est que du plaisir. Le lieu avec des produits comme dans peu d’endroits et avec une ambiance d’épicerie qui ne peut que réjouir.

Une table de plus ouverte le lundi à déjeuner ce qui est plutôt fort appréciable. Confirmation qu’en dehors des heures des repas, il s’agit d’une épicerie car aucune table n’est visible de l’extérieur.


Retour vers 12 :30 à l’heure officielle d’ouverture du service et l’établissement est encore presque vide mais ne tardera pas quelques minutes plus tard de se remplir.



Presque la même table que le premier soir avec une vue plongeante sur les vitrines frigorifiées où sont exposés fromages et charcuteries.


Service de l’excellente sélection de pain qui restera mémorable et nous voici en pleine lecture de la carte.


En préambule nous voici aujourd’hui offert un excellent petit fromage frais recouvert d’un peu d’huile d’olive parfumée et de poivre noir frais qui assurément doit être de Malaisie comme le propose la carte sur certaines assiettes.


Nous choisirons cette fois-ci une autre « burrata » qui est associée à un fabuleux tartare de scampi subtilement assaisonnée de zeste de citron. Le jeu de texture et de goût est magnifique.


Comme la première fois la Burrata des Pouilles avec des tomates cerise séchées, poivre noir de Malaisie. Une telle assiette étant tellement délicieuse avec ces tomates sucrées, moelleuses et pas trop huileuses, la fabuleuse burrata, qu’il devient impensable de ne pas la choisir.


Nous essaierons les raviolis farcis à la ricotta et épinards. Confectionnés à la main, avec une émulsion de « tonda iblea », de l’huile d’olive extra-vierge de qualité exceptionnelle ä la couleur verte avec des reflets dorés et quelques morceaux de morue cuite à basse température. La pâte est d’une très belle finesse, la farce gouteuse et assaisonnée comme on peut l’espérer, l’association avec le poisson idéale. Des raviolis simplement parfaits ce qui vraiment plutôt rare dans beaucoup d’établissements.


Un légume avec les magnifiques artichauts poêlés et accompagnée d’un peu de ruccola, de pignons grillés et d’un filet d’huile d’olive.


Et le plat de pâte surement le plus célèbre au monde…les spaghetti carbonara. Un plat finalement souvent méconnu car peu de personnes en connaissent la réelle recette et souvent il ne s’agit que d’une piètre interprétation soit au restaurant soit chez soi. Ni crème, ni lardons… Un grand classique de Rome et qui a fait le tour du monde. C'est un « plat minute », de tous les jours et populaire avec uniquement quatre ingrédients : les pâtes, le guanciale ici artisanale, les œufs et le fromage pecorino romano. Et c’est tout ! De bonnes pâtes de blé dur qui tiennent la cuisson, les ingrédients précités avec des œufs de chez Paolo Parisi et du poivre noir. Je répète….c’est tout ! Et évidement ici excellent.



Avec ce repas une Syrah 2012 Stefano Amerighi. Une très grande Syrah de Toscane absolument fabuleuse.


Au risque de me répéter, « Roscioli »…c’est de l’or dans la cuisine italienne et les produits…On y vient…on y revient…et l’on recommence…