samedi 11 juin 2016

Mott 32, Hong Kong



Se restaurer à Hong Kong ou plutôt « Central » peut s’avérer parfois être une expérience plus européenne que vraiment très asiatique. Nombreux sont les établissements qui attirent une population d'expatriés où les prix sont adaptés à la clientèle et le coefficient multiplicateur de dix (oui 10..) par rapport aux gargottes ou restaurants communautaires, simples où ce que l’on trouve parfois dans son assiette équivaut bien ce qui est proposé dans la première catégorie. Maintenant il est clair que si vous recherchez un lieu esthétique, un service occidental, une carte de vin riche, un décor soigné, un endroit pour réellement passer une agréable soirée, cela sera probablement ce type d’endroit que vous apprécierez. Et cette catégorie de restaurants existe également pour une cuisine chinoise.



« Mott 32 » semble être un nouvel arrivé dans la série des tables Hong Kongaises branchées où l’on sert dans un décor contemporain une cuisine soignée. Comme pour plusieurs autres adresses, pas toujours évident de trouver l’entrée et dans ce cas bien précis, il s’agit d’une banque ! Pourquoi pas… Une montée d’escalier pour arriver dans le hall de cette banque (heureusement qu’il y a un sigle à l’extérieur) et une réception sur la droite.



La banques est évidement fermée et l’entrée un peu étrange se trouve à gauche.

La réception du restaurant en haut mais il faudra prendre ensuite un escalator puis descendre une rampe car l’établissement se trouve au sous-sol.


Un jeu de lumières plutôt sombre dans les escaliers et vous voici dans la salle du « Mott 32 ». Un décor qui me rappellerait assez le Hakkasan de Londres parmi d’autres tables de cette catégorie avec un décor asiatique soigné, une structure bien pensée entre bar, petites salles individuelles ou salle principale. Un côté un peu pénombre mais on s’y fait à la longue.


Certaines parties de cette salle sont joliment décorées de porcelaines sur les murs.



A gauche un bar avec une cave à vin.




Dans un des coins de la salle, il sera intéressant d’aller observer les cuisines et les chefs devant le four.




Certains préparant les volailles laquées.

La carte est plutôt assez originale et utilise certains produits hispaniques, japonais ou australiens pour ces recettes de Hong Kong, comme par exemple le porc ibérique, le Wagyu, le Kobe et le black Angus. De là à se demander si ces choix sont justifiés ou plutôt un phénomène de mode car accompagné des saveurs généralement puissantes asiatiques, pas sûr que l’on apprécie vraiment la différence.

Le soir une sélection de dim sum avec d’excellents dumplings avec à l’intérieur une soupe de Shanghai au porc ibérique, pimentée et acidulée. Probablement le meilleur plat sachant que la pâte est fine, l’intérieur est délicieusement coulant et parfumé. Quelque chose de très original.


Un choix avec des brocolis sautés au wok, racine Gingko, tofu et dates rouges. Le tofu se présente un peu comme des omelettes frites, déposées sur les légumes avec une sauce aux saveurs assez classiques.


Les haricots verts sautés, porc haché, piments du Sichouan sont très savoureux et bien assaisonnés.


Le poulet élevé en plein air, piments secs, poivre du Sichouan qui est une recette souvent trop forte est parfaitement cuisinée même si cela ne sera pas au goût de tout le monde. Volaille croustillante au milieu des épices de cette région et tronçons de jeunes pousses d’oignons.


 Les nouilles aux œufs croustillantes, champignons bambou, champignons, et légumes verts seront un peu une déception car les associations pas trop convaincantes. Plutôt un plat visuel et ludique que quelque chose de vraiment gourmand. Les pâtes en fait sont sèches, déposées sur une assiette avec sur le dessus quelques légumes de la famille des brocolis. A côté une marmite avec un mélange un peu gluant don ces champignon de la famille des Phallacées. Ce champignon comestible parfois appelé "champignon de bambou" se trouve dans les forêts d'Asie du Sud, d'Afrique, d'Amérique et d'Australie. Il possède une étonnante jupe de dentelle qui lui permet d'attirer l'attention des mouches et insectes susceptibles de l'aider à disperser ses spores. Il est également utilisé comme ici dans la haute cuisine chinoise. Mélangés a d’autres champignons plus courants comme les noirs, le tout dans une sauce un peu sans finesse.



On verse ensuite cette sauce sur ces pâtes un peu sèches. Pas franchement convaincu par ce plat.


Avec ce repas une étonnante bière que la Gambler’s Gold, une brasserie de Hong Kong. Une pale ale vraiment très bien brassée.



Une clientèle majoritairement occidentale dans un très joli lieux chic ; un endroit qui séduira plus d’une personne avec un service de qualité, des tarifs alignés aux prix européens et une cuisine de qualité mais qui n’est pas non plus exceptionnelle.