dimanche 12 février 2017

Le Vieux Fournil, Cruseilles




Retour dans ce charmant endroit de Cruseilles a quelques kilomètres de la frontière Suisse où l’on trouve une délicieuse auberge de village qui se donne beaucoup de peine. Je ne reviendrais pas sur le décor qui est presque détonnant dans la région et vraiment superbe. Un accueil toujours aussi charmant dans cet endroit presqu’un peu caché de la route principale.


J’adore ce style bistrot de bon goût dans la salle arrière avec sa décoration qui est vraiment étudiée et ou chaque objet a sa raison d’être. Tout est en harmonie visuellement, flirtant entre tons noir, gris et rouge. C’est juste parfait.



Et un clin d’œil sur l’une des étagères avec les vins du moment qui sont toujours très bien sélectionnés.


La carte est évidement sur un support papier mais toujours également inscrite sur une grande ardoise murale. Quelques changements bienvenus depuis la dernière fois tout à fait bienvenus.


Pour commencer de belles tranches de foie gras maison.  Cuisson et consistance parfaite, assaisonnement étudiée, il est vraiment délicieux. Cela semble évident, eh bien non…Souvent servi médiocrement, ici vraiment parfait.


Une salade en entrée baptisée « La terre et la mer » composée de salade de base du marché, du foie gras maison sur des toasts, de magret de canard, de carpaccio de saumon, de gambas et Saint-Jacques poêlées. On peut douter de l’équilibre de ces saveurs mais tout est parfaitement associé.


En plats principaux, tout d’abord une très bonne blanquette de veau revisitée. Il s’agit en fait d’une excellente blanquette recouverte sur un bol de pâte feuilletée un peu dans l’esprit de la soupe VDG de Paul Bocuse.



Elle est accompagnée sur le côté d’un très bon gratin de pommes de terre.


Autre plat avec un tartare de bœuf Charolais, accompagné de frites et d’une petite salade bien fraiche. Sur le dessus une chips recouverte de sésame.



Et une entrecôte d’Angus Aberdeen avec une sauce aux morilles. Viande tendre, sauce gouteuse le tout accompagné d’une salade mêlée.


Avec ce repas un excellent Mas Laval Les Pampres de l’Heraut, avec de beaux tannins et un final assez subtil en bouche.


A nouveau le « Vieux Fournil » fait mouche avec sa cuisine de bistrot où l’on privilégie la qualité du produit avant de folles inventions. Des classiques mais vraiment bien cuisinés qui deviennent presque rares ces jours -ci. Un très chouette bistrot qui est une valeur vraiment sure et que je revisiterai sans aucune hésitation.