vendredi 24 février 2017

Buvette Au Creux du Feu, Broc



Si vous vous demandez ce qu’est un authentique et excellent repas Suisse, ne pensez pas à quelconque gastronomie qui sans aucun doute sera inspirée par les pays voisins mais par un réel et traditionnel repas autour des produits du pays tels que fromages et charcuteries. De préférence en Gruyère où vous trouverez, meringues et crème double, le gruyère, les charcuteries de la borne, le vacherin fribourgeois AOP, la cuchaule, la moutarde de Bénichon, le vin cuit et j’en passe. Je dirai que cette région concentre ce qui se fait de mieux dans le pays.


Et c’est justement non loin de Broc que se trouve cet endroit si bien caché où l’on pourra apprécier ces produits, préparés ici de manière absolument parfaite. « La Buvette Au Creux du Feu » est tout de même bien plus qu’une buvette.  Plutôt un chalet d’alpage que l’on trouve au milieu des champs sur la route du Motélon que l’on emprunte en sortant de Broc direction Charmey. Quelques kilomètres de petites routes sinueuses et au milieu d’une prairie, cette maison avec une série de voiture qui en dit long.


Parking le du chemin boueux, voitures principalement locales ou des cantons avoisinants, une adresse pas comme les autres car pas de fléchage particulier pour arriver à destination. On se doit de connaitre l’endroit et si ce n’est pas le cas, c’est surement le bouche à oreille. Murs blancs, toit en bardeau, une entrée par un cabanon en bois.


Un intérieur comme je les adore, vieux chalet authentique avec poutres, mezzanine et comme décoration, quelques objets comme des outils d’armaillis et des meubles paysans.


A l’entrée, l’accueil charmant avec un coin bar. Sachez qu’il vaut mieux réserver car l’établissement est plein mais il faut aussi savoir que la restauration est de 10 :30 à 23 :00 non-stop, signifiant qu’en arrivant en dehors des heures de midi vous pourriez tenter votre chance mais néanmoins je vous encourage à téléphoner au préalable.


Au centre de ce chalet, une vaste cheminée borne qui signifie en forme de pyramide tronquée, dans laquelle on suspend certains produits de la boucherie pour les faire fumer. Aujourd’hui une casserole et des pommes de terre.



Passage sur la mezzanine sous le toit avec vue sur la salle à manger et ses cloches au plafond. L’ambiance est familiale, le service efficace et souriant. La chambre de l’armailli fait petite salle à droite de l’entrée. Il paraitrait que les vaches se trouvent l’été dans les pâturages en face de la Dent de Broc, sommet des Préalpes fribourgeoises.




La carte est évidement et heureusement orientée uniquement sur des plats locaux ou alors même une choucroute. Les grands classiques tels que soupe du chalet, croute au fromage, macaronis du chalet mais aujourd’hui c’est évidemment la fondue que nous sommes venus apprécier. Des moitié-moitié, celles exclusivement au vacherin préparées à l’eau, tiède et une aux cornes d’abondance. Servies en version 200 ou 250 gr en fonction de sa faim et a des prix vraiment amicaux, ou je devrais dire honnêtes. Certains endroits ne se gênent pas de servir 180 gr pour le prix de celles à 250 gr.

Pour commencer une excellente « assiette apéro » avec une belle sélection de charcuterie comme jambon, lard, saucisson, viandes séchées. Quelques cornichons et oignons au vinaigre, le tout accompagné de pain campagnard.


La fondue moitié-moitié est une vraie merveille. Pas trop salée ni alcoolisée, gouteuse et gourmande. Difficile de faire mieux avec une telle qualité de fromages


Au dessert, impossible de ne pas prendre les délicieuses meringues, double crème de rigueur. Certes pas bon pour la ligne…mais une fois n’est pas coutume !


Et encore l’exceptionnelle tarte au «vin cuit » qui ici a la particularité d’être réalisée avec une très bonne pâte feuilletée et la préparation a été enrichie de crème ce qui rend la texture encore plus gourmande et moelleuse. Meilleure que j’ai mangée !


Les cafés avec les traditionnels petits pots de chocolat avec de la crème fouettée.


Et tant qu’on y est… des « abricotine » pour compléter le repas.


Une bouteille de Johannisberg Feuergold des Fils de Maye pour le repas, agréable avec les charcuteries mais peut-être un peu trop fruitée avec la fondue, mais cela reste un détail.


Incontestablement le « repas traditionnel fribourgeois » absolument sans faille dans un endroit des plus charmant en pleine campagne. Un magnifique endroit en Gruyère si pas le plus authentique et le plus sincère.