mardi 14 février 2017

Cera 23, Barcelone



On ne peut pas dire que Barcelone est dépourvue de très belles tables et de plus dans une palette de pris très abordable. C’est dans le quartier du Raval que commence à se trouver quelques pépites qui propose une cuisine inventive et de saison. C’est aussi ici que viennent ouvrir certains établissements réputés, de seconds restaurants qui viennent compléter l’offre gastronomique de ce quartier probablement en pleine gentrification. Petit à petit, de nouveaux bars, de nouvelles tables apparaissent dans ce côté très coloré et animé. Dans une petite rue et presqu’un peu dissimulé, voici « Cera 23 » comme le nom de la rue et le numéro de l’établissement. Vous ne pourrez manquer l’entrée plutôt assez illuminée dans cette rue finalement assez peu illuminée et peut-être pas aussi engageante qu’on le souhaiterait.


Une entrée avec le bar directement sur la droite car très souvent les restaurants de Barcelone dans certains quartiers sont plutôt en longueur. On y prendra un verre ou non et même si on le souhaite dîner au comptoir.



Un décor assez hétéroclite avec bois, pierre, briques blanches, béton, pas un style vraiment défini mais l’ensemble est très agréable et l’ambiance décontractée.

Une première petite salle avec une série de tables surélevées assez modernes et également après un petit couloir, une seconde salle plus classique où l’on peut s’asseoir de manière plus conventionnelle. Salle avec un côté la cuisine ouverte et de l’autre les tables alignées le long d’un mur en pierre.




La cuisine de « Cera 23 » peut-être qualifiée de fusion méditerranéenne. On passe élégamment de plats que l’on se partage plutôt hispaniques à d’autres probablement italiens ou même d’autres régions. Une carte composée d’une série de très belles suggestions que l’on découvrira en plusieurs fois tellement chaque assiette nous surprendra et appellera une suivante. Mais avant même de passer la commande nous voilà amené une bouchée pour commencer ce repas. Une chips de banane plantain avec un crème fromagère et des oignons au vinaigre. Cela surprend, c’est visuellement réussi et laisse présager une belle suite.


Au lieu de nommer le plat ceviche, ici il sera nommé ceraviche, composé à la minute, d’une grande fraicheur et accompagné de chips de yuca, ajoutant ainsi un côté croustillant. Une marinade citronnée et équilibrée, parfait pour une première assiette.


On continuera avec un carpaccio de presa iberica qui est du filet de porc ibérique. Il y a surement certains qui seront effarés de penser que l’on puisse manger du porc cru mais La presa est située à l'avant du lomo et est de forme ovale. Il s'agit d'un morceau très rouge avec une belle proportion de graisse infiltrée qui est recherchée pour son moelleux. Sa graisse insaturée, lui donne son goût de noisette inimitable. De plus c'est l'une des parties les plus savoureuses du porc ibérique et aussi la plus couteuse. La presa est un produit idéal pour les grillades à la plancha mais ici comme l’indique l’intitulé, servie en carpaccio. On trouvera sur le dessus des amandes broyées et une mayonnaise montée au kimchi qui est un mets traditionnel coréen composé de piments et de légumes. J’imagine que c’est le jus qui a été utilisé pour la sauce. On trouvera aussi un peu de ciboulette émincée. C’est vraiment délicieux et peut rivaliser avec n’importe quel carpaccio de bœuf.


Autre très belle assiette que ce plat galicien appelé Lacon, qui est du jambon galicien confit servi avec des pommes de terre elle aussi confites, des feuilles de blettes rouges et de amandes broyées. Cela sera notre dernière entrée avant de passer aux plats principaux que nous nous partagerons également.


Je ne peux m’empêcher de prendre un plat plus traditionnel mais qui néanmoins aura un peu repensé. Le volcan de riz… Volcan de riz noir donc à l’encre de seiche avec des fruits de mer, du parmesan et une sauce au safran. Ce riz est une vraie gourmandise avec une sauce merveilleuse. On retrouvera le classique aïoli au safran sur le dessus et un peu de bonite séchée japonaise. Ce poisson est séché puis râpé en copeaux (katsuobushi). Un riz vraiment parfait.


Autre plat que l’on se remémorera longtemps, les ravioles de foie gras à la sauce aux amandes crémeuse et confiture de coings. La pâte est fine et maison, une farce avec un morceau de foie et cette incroyable sauce d’une énorme gourmandise, un peu douce mais complètement suave. Un plat entre Espagne et Italie exceptionnel.


Au vu du plaisir du précédent plat nous nous laisserons séduire par une assiette aussi dans le même esprit, avec des tagliatelles fraiches aux shiitake, crevettes à l’orange et « chistorra ». La pâte est cuite al dente, les crevettes justes saisies avec une fine sauce parfumée, cette est « chistorra » en castillan est une charcuterie espagnole crue de couleur rouge, originaire de l'Aragon. A nouveau une assiette fantastique mélangeant les saveurs des deux pays précités.


Un dessert avec une magnifique crème catalane traditionnelle avec quelques fraises. Encore un peu molle comme je l’apprécie.


Et une surprenante mousse au mojito de mures, légère, un peu acidulée, rafraichissante.


Pendant le repas pour commencer quelques bulles avec un excellent Cava Rabetllat i Vidal réalisé avec des cépages Xarel-lo et Macabeo.


Suivi d’un vin rouge, un Petit Sao 2014, Costers Del Segre, rouge intense avec des reflets pourpres. Du fruits rouge et noir soulignant les mûres, les fraises et les cerises Une bouche soyeuse, épicé et équilibrée avec des tanins souples.


Quelle belle adresse que ce « Cera 23 », une surprenante cuisine d’une très grande gourmandise qui a su concilier le traditionnel avec le nouveau, l’Espagne avec l’Italie mais jamais sans aucun plagiat. Des assiettes toujours très équilibrées avec beaucoup de réflexion derrière. Une très belle adresse dans le Raval.