jeudi 29 janvier 2015

Chez Henri, Genève



C’est grâce au net que j’ai découvert cette nouvelle adresse dans le quartier des Pâquis. Un concept vraiment très tentant qui s’il existe dans les grandes capitales ou au bord de l’océan, reste quelque chose de probablement inédit à Genève ; un bar à huitres. C’est donc en parcourant le site internet de cet établissement que je me suis tout d’abord dis… « Enfin voilà un site original et rigolo….qui donne tout de suite l’envie d’y aller.. ».  La plupart du temps, les pages du net sont tristes et ne déclenchent aucune émotion chez les internautes… Allez y faire un tour… C’est vraiment bien fait !

« Chez Henri » se trouve à la rue Plantamour non loin du Kempinski, non seulement un bar à huitres mais aussi un bar à vin. Mais le plus surprenant est que l’entrée se fait par un restaurant a Burgers…qui s’est forgé une assez-belle réputation à Genève, le « The Hamburger Foundation ». Ne soyez-donc pas surpris que cela soit la même adresse. A la base du « food trucking » qui s’est aussi sédentarisé a quelques mètres du lac.


« Le Henri » en question est un ostréiculteur dans le Morbihan, plus précisément basé à Carnac. Il s’agit de l’ « Ets Gouzer et Fils », un chantier ostréicole qui appartient à Henri Gouzer et qui est en fait l’oncle de l’un des propriétaires du « The Hamburger Foundation » ; Marc Gouzer. Un envoi régulier et voici les huitres servies pour le plus grand bonheur de la clientèle.

Mais ce n’est pas tout… A cela l’on peut associer une belle sélection d’alcools avec évidement du vin mais aussi de la bière, des whiskies et même du saké, servis par Leslie Glen qui est la sommelière de l’établissement et qui par le passé eu travaillé entre autre au restaurant gastronomique « Raphaël Vionnet » à Thonon-les bains.

C’est donc une fois traversé le premier établissement que vous découvrirez au fond une porte presque dérobée sur laquelle est inscrit « Chez Henri ».


Une première pièce avec des bourriches dans les frigos et ensuite le lieu-dit.


Dans une salle en longueur avec des murs de catelles blanches comme un hangar breton que vous trouverez des tables hautes recouvertes de cuivre et  des tabourets. Sur ces murs, des lampes ou appliques hublot ovales.



Vous pourrez également vous installer au bar ou plutôt comptoir sur lequel se trouve de la glace pilée et les huitres. 



Cela sera Philippe Gaillard ostréiculteur de Carnac et écailler qui s’occupera de vous. Une personne extrêmement aimable et prête à partager avec vous son savoir, sa connaissance du monde ostréicole et également son parcours. 


Plusieurs catégories d’huitres de Bretagne ; l’Armoricaine plus communément appelée  Belon  qui est plutôt plate au goût de noisette, la Pousse-en-Clair plus un produit d’exception avec une grande finesse gustative, charnue et sucrée. Et ensuite les Gavrinis qui sont aussi des huitres plates et qualifiée de « bombes gastronomiques » avec leur délicate et suave saveur iodée et sucrée, provenant de l’île de Gavrinis dans le golfe du Morbihan.


 

Pour celles et ceux qui ne mangent pas d’huitres, il existera la possibilité de déguster des sardines de Galicie  de chez « Lago Paganini » qui est une marque choisie. 


Un plat de dégustation de trois huitres à 19 CHF ou alors des huitres à la pièce selon les envies (de 3 à 5 CHF pièce). Ma préférée ce soir fut la Pousse-en-Clair vraiment charnue et gouteuse.


Une très belle sélection de crus au verre mais aussi des flacons. Nous avons pris une bouteille de chez Chapoutier, Marius de 2013 produit à partir du cépage Vermentino avec une attaque ample, fuitée et grasse qui vaut moins de 5 Euros à l’achat sur sites internet et vendue 55 CHF (cherchez la « grosse erreur »...). 


Certes on ne ressort pas d’ici avec une addition légère (plus de 100 CHF avec une bouteille et 12 huitres) mais l’endroit est vraiment plein de charme, la qualité des produits est exemplaire, l’ambiance très différente de la plupart des bars de la ville.