jeudi 3 octobre 2013

Le Labo, Genève


Une nouvelle table dans le vieux Carouge se présentant comme un « laboratoire culinaire » ayant récemment attiré mon attention, nous nous sommes décidés ce soir d’y aller faire une visite pour découvrir l’endroit. Situé sur la place du marché, ce restaurant a été créé si je me rappelle bien sur la base d’un ancien pub. 


Une salle avec un mur de pierres apparentes, des tables un peu en rangées face à un bar avec quelques effets lumineux. Rien de bien étonnant mais la rénovation est plutôt bien faite. 




Premier étonnement….un écran plat sur l’une des parois avec un match de foot… Nous ne sommes pas venus pour faire une soirée sportive mais pour apprécier un repas entre amis. Tout de suite c’est un peu un agacement sachant que certaines personnes vont se retrouver face à cet écran allumé toute la soirée…mais surtout en voyant que l’équipe en salle guette furtivement régulièrement le score…. Je veux bien cela à « l’ancien centre sportif italien » que tout le monde connait mais pas dans un tel établissement.




L’accueil est plutôt froid et indifférent puis quelques minutes après on nous propose un appéritif que nous déclinons car nous préférons prendre du vin. Pas de carte de vin car « ils n’ont pas eu le temps » d’en produire une. Il faudra éventuellement s’approcher de l’ardoise sur l’un des cotés de la salle pour identifier les prix ou demander ce que sont les tarifs.


La carte présentée est à première vue courte et sommaire, ne présentant rien de vraiment innovant mais pour autant que le tout soit bien préparé on choisira ce qui nous semblera le plus intéressant. Vous trouverez, quatres entrées, quatre pâtes/riz et quatres plats principaux.

En guise de bienvenue, quelques bruschettas et quatres boules de mozarella. Le pain est plutôt sec et les boules semblent tout droit sorties d’un emballage de supermarché... Nous restons à ce moment la un peu étonné de cette situation.



Comme entrée pour moi des noix Saint-jacques, émulsion truffe et petits légumes. Les noix sont beaucoup trop cuites, les légumes sont mous et ont également étés surcuits ; dans le fond de l’assiette beaucoup de trop de liquide et le goût de truffe inexistant.



Pour d’autres, le tartare de loup de mer, gingembre et coriandre. Une entrée correcte mais néamoins un peu grasse. L’apprêtement vraiment manque de finesse.




Les calamarettis grillés et mesclun, eux étaient un peu caoutchouteux.



Puis arrivent les plats principaux avec pour certaines personnes de spaghettis aux vongoles et courgettes. Arrive un plat de pâtes assez classique mais beacoup trop salé.



Pour d’autres, des paccheri, tomates cerise, rucola, pignons, grana. Une assiette avec des pâtes parfaitement cuites mais la sauce se fait plutôt rare ; quelques tomates cerises que l’on découvre sous ces pâtes ; une poignée de rucola sur le dessus, quelques pignons et quelques tranches de fromage. Le style de plat que tout le monde peu préparer chez soi sans aucune difficulté. C’est presque insipide et pas vraiment cuisiné. Pour 28 francs, cela frise un peu la plaisanterie. On pourrait quand même s’attendre a quelque chose d’un peu plus soigné et de créatif. 



Alors que le nombre de restaurants italiens à Carouge est plutôt élevé et de qualité, nous sortirons de cet établissement avec une très grande déception et penserons que dans le quartier à quelques mètres existent des établissements nettement supérieurs. En tout cas, je n’ai pas vu de « laboratoire de cuisine gourmande ». 80 francs par personne pour un tel repas est exagéré et j’espère que cet établissement va plus que se ressaisir.