samedi 12 octobre 2013

Bij Den Boer, Bruxelles



J’apprécie d’avoir au moins une fois par séjour un traditionel dîner belge dans un endroit un peu populaire, de préférence une brasserie. Ayant repéré près de Sainte Catherine un tel établissement c’est avec une certaine réjouissance que je me suis trouvé face au Bij Den Boer avec sa facade de couleur pétante bleue.



L’intérieur est plus celui d’une brasserie à l’ancienne et ce soir comme probablement tous les autres soirs, c’est complet. Ceci devant probablement signifier que l’on se précipite ici pour la qualité de la table mais les apparences sont malgré tout souvent trompeuses.

Le sol est en dalles bicolores, du mobilier rustiques, des tables et chaises de bistrot, une ambiance plutôt survoltée et l’on voit que le service ne chôme pas. Le nombre de personnes recherchant une table n’ayant pas de réservation est conséquent et nombreux ceux qui se voient immédiatemment repartir.




La carte propose une cuisine maritime avec évidement les grands classiques, des fruits de mer et des poissons. M’est apporté immédiatement une corbeille de pain avec un pot de pâte a tartiner contenant entre autre du thon. Bon…le pain lui est visiblement industriel et à la limite du sec.


J’observe au loin « le remplissage » de mayonaise de certains bols qui se fait avec une pompe style distributeur… Tout de même un peu inquiétant. Je veux bien croire que les restaurateurs achètent certains leur mayo en « vrac », mais ce n’est pas très délicat et me fait un peu penser aux distributeurs de ketchup des fast food…Passons…

Pour commencer une tomate aux crevettes grises. Pas possible de faire plus classique en entrée belge. En ce qui me concerne, je considère ces crevettes comme étant d’une grande délicatesse et absolument incomparable à n’importe quelle autre sorte. Ces crevettes grises ou « crevettes de la mer du Nord » diffèrent des autres espèces, non seulement par leur couleur et par leur taille, mais aussi clairement par leur goût plus prononcé que la crevette rose tropicale. Ici impeccables mais la tomate est sans goût. Accompagné d’une petite salade, de quelques tranches de concombre et de cette mayonnaise un peu fadasse.



En plat principal….ce seront les moules à la crème et à l’ail. De Zélande, assurément les meilleures… Quelle déception, elles auront un problème de surcuisson. Un grand nombre de coquilles vides, certaines un peu trop orangées qui signifie que cela a trop trainé en cuisine. La sauce est selon moi un peu rapidement faite ; ajout de crème dans le liquide rendu. Clairement il y a moules…et moules… Rien de comparable avec « le fameux établissement » réputé d’un des coins de la rue des Bouchers ou la sauce est préparée en deux temps (non pas Chez Léon..).


La seconde grande déception…les frites ! Un comble… Huileuses, et un peu caoutchouteuses… Cela me laisse pantois de savoir qu’en Belgique on peut aussi mal préparer ce plat. Il est clair que la cuisine est débordée et qu’au niveau préparation des mets cela ne suit pas du tout.


Heureusement que j’ai pu oublier tout cela dans une bouteille de vinde de Gascogne d’Alain Brumont réalisé à partir de cépage Gros Manseng – Sauvignon en 2012.


Endroit pour touristes (il y a des « locaux »…)? Trop de monde ? Pas de maitrise en cuisine ? On vit sur sa réputation…et cela marche… ? Probablement un peu de tout cela.