mercredi 2 août 2017

Can Boneta, Barcelone




Quel plaisir que de découvrir à chaque fois de nouveaux établissements en fonction de l’endroit où l’on se trouve à Barcelone. Cette fois-ci c’est « Can Boneta » qui ne fait pas vraiment partie des circuits touristiques bien que pas très loin de la place de Catalogne. Les guides font souvent référence aux mêmes endroits sans trop d’imagination et il est bon d’aller à la découverte de lieux qui sont plutôt référencés par ce que l’on appelle les locaux.

 
Dans ce petit restaurant de l’Eixample, c’est le chef Joan Boneta qui se réjouit d’offrir de petites assiettes à ses hôtes. Une honnête cuisine préparée avec de bons produits et surtout de la passion. Un chef et également son frère qui tous deux ont une forte ressemblance, vous en conviendrez. Deux personnes qui à l’origine n’étaient pas dans la restauration ; Joan était un architecte, un amoureux de la cuisine et quelqu’un d’influencé par sa mère au demeurant une excellente cuisinière. Après une formation dans une école de cuisine professionnelle, il ouvre ce restaurant avec son frère Toni qui lui tient la salle.



Un lieu vraiment très charmant dont la réputation commença à se faire principalement grâce aux locaux et maintenant quelques touristes bien informés. Une salle en longueur avec une décoration qui me plait bien. Tables en marbre et chaises de bistrots, objets de la vie rurale sur les murs avec peut-être entre autres des scourtins. Ustensiles de cuisines en bois et serviettes ou tabliers sur les murs blancs. Cela pourrait ressembler à une simple cave mais avec un message direct qui consiste à signaler que dans nous sommes dans un lieu presque familial et campagnard.






Joan même s’il ne parle rien d’autre que sa langue maternelle, n’hésitera pas de passer de table en table, d’échanger quelques mots, de s’inquiéter de la satisfaction du client ou tout bonnement saluer.



A l’arrière, le coin cuisine où tout se prépare dans un espace plutôt réduit mais avec beaucoup de savoir-faire. Quatre personnes en tout et pour tout, les deux frères, un serveur et un cuisinier additionnel.


Une carte avec une cuisine de marché servie en diverses portions appelées « platos, platillos y platito », assiettes, plats et bols. Cuisine Catalane mais aussi d’autres provinces et parfois quelques inspirations autres.
 
Le plat grandement recommandable c’est le poulpe sur une crème de pommes de terre avec du bacon croustillant et paprika. Une probable inspiration galicienne puisque l’on retrouve les mêmes ingrédients que le poulpe à la Galicienne mais travaillé de manière différente. C’est absolument délicieux mais je vous préviens que ce n’est pas si léger car cette crème d’une grande onctuosité est surement travaillée avec beurre ou huile, le poulpe est tendre, poêlé dans de l’huile avec les tous petits morceaux de bacon et le goût légèrement fumé du paprika. Servi en bol, ce plat est d’une très grande gourmandise.


Le pain de coca à la tomate m’a grandement surpris car servi partout mais souvent très quelconque en raison de la piètre qualité des produits comme pain et tomates peu mures. Ici le pain est très bon, les tomates parfumées et il y a aussi un assaisonnement avec sel et une touche d’ail.


Autre très surprenante et inattendue assiette avec les raviolis de crevettes rouges aux cèpes confits dans une sauce vinaigrée et pistaches. Ne vous attendez pas a de traditionnels raviolis de pâtes à l’italienne mais plutôt à une ingénieuse structure à base de crevettes découpées comme dans un carpaccio, disposées en rond avec une base et une couverture au milieu de laquelle se trouve un hachis de champignons subtilement assaisonné. Quelques brisures de pistache pout le côté texture, quelques brindilles de différentes herbes telles que de la coriandre, ciboulette et une sauce à base d’huile d’olive. Très belle association de saveurs, beaucoup de fraicheur et d’originalité.


Un plat vraiment gouteux que l’agneau désossé en sauce au porto et pommes de terre noisette. Une cuisson longue avec thym et romarin qui rend la viande très moelleuse, une reconstitution comme une sorte de chartreuse, une fine sauce douce et parfumée à base de ce vin et ces quelques pommes de terre qui semblent venir presque d’une autre génération. Si vous appréciez la cuisine du terroir, vous ne serez que probablement comblés.


En dessert, chocolat, huile d’olive et sel. Des associations que l’on trouve en Catalogne dans certains établissements mais travaillés de manière différente. Ici une glace vanille avec un coulis chocolat-noisette, une touche d’huile et quelques flocons de sel.


Avec ce repas un Priorat Genium 2012, vin à base de Grenache, Carignan, Merlot et Syrah. Un vin de couleur intense, avec beaucoup de fruits rouges frais tout mûr, avec les traits caractéristiques des minéraux de la région.


Voici une table vraiment très sympathique et finalement plutôt assez originale puisque l’on a l’impression de se retrouver chez des particuliers. Une cuisine parfaitement préparée, des plats parfois traditionnels mais aussi quelques très bonnes idées. On sent qu’il y a beaucoup de passion dans cet endroit et que chaque client est plus un hôte qu’une simple personne de passage. Une très belle adresse gourmande et authentique dans Barcelone.