samedi 17 septembre 2016

Los Olivos, Loreto




Suite aux expériences pas très concluantes des jours précédents, nous voici décidés d’aller à la « Mision », l’un des plus élégants hôtels de Loreto situé sur le « Malecon », avenue qui longe le bord de mer. Pas un édifice historique comme le nom le laisserait supposer mais une structure plutôt massive sans charme particulier. Une fois passé devant la réception vous atteindrez la salle de restaurant appelée « Los Olivos » en montant une série d’escaliers.


Un premier étage un peu stérile avec murs et sol en marbre, une structure vraiment classique d’hôtel qui se range dans la catégorie luxe, un ensemble de tables espacées, une ambiance un peu froide.  Les tables sont pas franchement attirantes, l’endroit n’a pas beaucoup de charme.



Mais il y a une terrasse et l’on demande pour y manger, la température est haute mais supportable pour un repas le soir, de plus la vue sur la mer de Cortez est des plus belle, surtout quelques instants plus tard avec la lune qui se reflète sur l’eau.



La carte n’est pas bien grande et le choix sans surprise, cependant on peut s’attendre à quelque chose de plus soigné qu’ailleurs et à des produits probablement de qualité.

La margarita ici est parfaite et le dosage idéal, préparée comme il se doit avec des citrons verts frais.


En entrée nous nous partageons le rio de nachos mexicain, avec du guacamole, du pico de gallo, et de la sauce molcajete à base de tomates rôties et piments Serrano verts. Toutes les préparations sont fraiches et de qualité.





Le trio de ceviche, à base de poisson, crevettes et Saint-Jacques dont chaque préparation est mélangée à diverses sauces à base de jus de citron et de piment.


Moins enthousiaste pour la préparation de crevettes à base d’une sauce un peu douceâtre qui pourrait rappeler une sorte de ketchup.


Très bonne par contre pour les Saint-Jacques, à base d’ananas et de citron vert.


Classique mais parfaite pour le poisson blanc.


En mets principaux, les « tacos des rues », servis avec du pico de gallo, de la crème aigre et du guacamole, avec comme viande de l’arrachera qui est de l’onglet de bœuf. Bonne tortillas de maïs, viande tendre. On peut simplement regretter qu’il s’agît des mêmes accompagnements que pour l’entrée et que la crème aigre ne semble pas exister ce soir.


Pour moi, la viande rôtie, marinée dans du jus d’orange et épices, servie avec des haricots pinto, du riz, des sauces mexicaines et du guacamole. Une viande de porc bien parfumée qui a longtemps cuit que l’on mange avec des tortillas. Ici aussi les accompagnements restent les mêmes avec en plus ananas et des haricots pinto. Leur aspect attractif, beige tacheté de marron se transforme au cours de la cuisson en un rose foncé. « Pinto », veut dire « coloré » en Espagnol, ce qui leur a donné leur nom. Ils ont une saveur délicieuse et peuvent accompagner un grand nombre de mets comme ici. Un peu de fromage coulant sur le dessus.


Un service de qualité, une cuisine bien préparée sans être bouleversante, mais des produits frais et une belle soirée avec une belle vue sur la mer de Cortez.