jeudi 15 septembre 2016

Domingo's, Loreto




Autre établissement ouvert en cette saison à Loreto, « Domingo’s ». Situé en entrée de ville, l’endroit pourrait un peu ressembler à un « saloon ». Palmiers, cactus, roue de char sur le devant du bâtiment et un panneau qui indique que nous sommes dans un « Steakhouse et/ou seafood ».



L’intérieur est d’une incroyable obscurité et il faudra un peu de temps pour s’acclimater à cette pénombre afin de pouvoir apprécier ce qui existe dans cette salle de restaurant. Une décoration bien mexicaine avec chapeaux sur les murs, une reconstitution de maison traditionnelle avec des toits réalisés avec du bois mort et une série de tables sans particularités. Comme fond de musique, Vincente Fernandes le roi de la musique « Ranchera », acteur, producteur de film et chanteur qui enregistra plus de 50 albums. Probablement l’un des plus populaires chanteurs mexicains.


Dans un coin une exposition de vins de Mexico mais qui s’avère être plus une sélection d’Amérique du sud.



Première déception avec la Margarita qui est beaucoup trop sucrée et qui sans aucun doute provient de ce que l’on appelle les « Margarita Mix », bouteilles du commerce déjà préparées.


La sauce « pico de Gallo » est aqueuse, les tomates de la préparation sont molles.


La carte propose des viandes comme on peut s’y attendre ainsi que quelques produits de la mer.

Nous nous partagerons pour commencer une salade « Carne  Arrachera ». Une jolie salade mixte avec laitue, chou rouge, carottes râpées, tomates, et tranches de pain grillées. Sur le dessus, de l’onglet coupé en tranche qui a mariné dans une sauce bien parfumée. Une agréable salade.


Les « Domingo’s Baked Clams », sont les fameux « chocolates » au four avec un beurre au piment chipotle, ail et recouvert de fromage. Il faut vraiment apprécier le gras car cela dégouline de tous les côtés et le coquillage a presque disparu dans cette espère d’amalgame fromageux.


Le loup de mer grillé est plutôt bon, entouré de légumes sans trop de saveur et de riz.


Mon « Porterhouse » qui est une découpe américaine est un peu sans saveur, accompagné d’une pomme de terre au four et de crème aigre. Bon…prendre une viande ici qui a surement dû voyager de je ne sais où et assurément congelée, je ne peux que m’en prendre à moi-même.


Avec ce repas une bouteille de vin Argentin Finca Las Moras que j’ai dû demander à être mis dans un seau à glace car a première gorgée, on aurait dit du vin chaud…


Un lieu plus que quelconque qui ne me laissera aucun souvenir, à part peut-être la musique de Vincente…