dimanche 1 mai 2016

Ceviche, Londres




J’avais beaucoup apprécié à l’époque « Andina »situé dans le quartier de Shoreditch, un billet où je décrivais l’histoire de Martin Morales, propriétaire de cet établissement. « Ceviche » dans Soho est donc le premier de ses établissements que je ne connaissais pas encore, situé dans la très animée Frith Street. Etablissement qui d’ailleurs a donné son nom à un très beau livre de cuisine.


Une entrée qui donne directement sur un bar où l’on peut également diner et l’accueil prêt de celui-ci. Au vu du bruit et de la foule, réservation plus que recommandée. Un bar où l’on peut aussi seulement consommer des boissons mais qui en début de soirée sera plutôt difficile d’accès. Un choix de cocktail qui à première vue à l’air plutôt tentant surtout en observant le barman en train de servir ceux-ci.



Un couloir plutôt étroit vous amènera ensuite dans la salle principale. Décor avec carrelage blanc mural, bouteilles d’alcools un peu partout.


Une salle vraiment très bruyante où l’on aura de la peine de s’entendre mais c’est aussi ce qui peut faire son charme si l’on recherche un lieu avec beaucoup d’atmosphère. Murs blanc, gravures colorées, tables en bois, Au fond de grandes tables pour sorties de groupes.




Dans un coin une série de photos d’époque. Une lumière plutôt tamisée qui selon moi rendra un peu difficile la lecture de la carte et de vraiment voire son assiette.


Comme nous l’indique le garçon, « Ceviche » ne fait pas partie d’une chaine d’établissement mais se concentre sur la mer comme « Andina » se concentre sur les mets de la montagne, même si les deux établissements proposent des ceviche. Comment ne pas démarrer avec un fabuleux « Pisco Sour » à base de Pisco 1615 Quebranta, citron vert, sirop de sucre, blanc d’œuf battu et Chuncho péruvien amer. Un pisco absolument parfait comme rarement servi.


Comme on peut accompagner les cocktails de bouchées nous choisirons les « Croquetas Coquetas » à base de fèves, de menthe noire des Andes, une sauce au yoghourt et rocoto, feta et coriandre. La sauce rocoto est probablement la plus populaire au Pérou et est utilisée un peu partout. Réalisée avec des piments Rocoto très fruités mais aussi fort que le Habanero, elle est composée d’huile, de citrons verts, coriandre et persil. Les croquettes sont parfaites dans leur genre.


Une délicieuse « Ensalada de Quinoa », quinoa blanc, tomate, avocat, haricots beurre qui sont de gros haricots blancs, coriandre, citron vert, vinaigrette au piment limo une autre variété très piquante de piment péruvien qui possède un bel arôme fruité et qui également ressemble au Habanero. Très joliment dressée et pleine de saveurs.


Premier ceviche avec le « Don Ceviche », loup de mer, lait de tigre au piment amarillo, piment limo, patates douces et oignons rouges. Le lait de tigre est un savoureux cocktail qui vient, entre autres, sublimer les ceviches avec son parfum inimitable. Ici avec un piment cultivé dans les Andes, la préparation est parfaite et démontre une fois encore la multitude de recettes qui existent.



Autre ceviche le « Tiradito Pucusana », avec de fines tranches de poisson cobia qui est une espèce tropicale, bergamote, lait de tigre au piment amarillo, graines de chia qui viennent d'une plante de la famille de la menthe originaire du Mexique-Guatemala. et jeune concombre. Autre recette tout aussi délicieuse ici avec ces graines et un poisson coupé différemment.


Ensuite le« Pupazzo », poulpe grillé, chorizo, chichimuri de coriandre, haricots beurre et épinard majado. Peut-être un peu moins intéressant dans le jeu de saveurs.


Les excellentes « Cordero Norteno », qui sont des côtelettes d’agneau dans une marinade de piment panca possèdant une saveur fruitée et légèrement boisée qui rappelle celle du piment du Nouveau-Mexique, purée jaune épicée, sauce Nortena à base de tomates, jus de citron, piment et ail. L’agneau est cuit à la perfection.


Et pour terminer l’« Anticucho de Corrazon », des morceaux de bœuf tendres marinés avec du piment panca, du maïs de type choclo et une crème de piment rocoto. Deux brochettes avec cette sauce en accompagnement. Peut-être moins intéressant que le plat précédent.


En dessert, le « Pituca Nikei », panacotta au gingembre, lait de coco. Ananas caramélisé et sauce roquito. Un dessert plutôt bon mais pas mémorable non plus.


Avec ce repas un vin d’Amérique du sud, un Terra Andina Reserva 2014 Chili, un pinot noir plutôt élégant de la vallée Leyda.


Un lieu parfait pour une soirée avec de l’ambiance en plein Soho, plus pour le côté festif que de passer un moment de découverte gastronomique. La cuisine est savoureuse, les produits sont frais, le service sympathique.