jeudi 5 mai 2016

Duck & Rice, Londres




Alan Yau m’a toujours impressionné avec ses ouvertures de tables asiatiques qui les unes après les autres se sont avérées être de remarquables réussites ; Hakkasan, les chaines Wagamama, Busaba Eathai, le délicieux Yauatcha et depuis peu de temps « Duck & Rice » à quelques mètres du dernier en plein Soho. Toujours d’intelligents concepts, des cuisines la plupart du temps chinoises, des ambiances et décors comme nulle part ailleurs.

« Duck & Rice » ne déroge pas à la règle et en plus avec un nouveau concept…Comment créer un pub chinois, moitié « on va boire des bières » et « mangeons quelque chose de sophistiqué »….Il fallait vraiment y penser !

Une fois arrivé dans le lieu, ne vous attendez pas a trouver une devanture « chinoise comme dans le quartier Chinois », mais plutôt un lieu étrangement moderne avec une paroi de vitraux et un intérieur qui me ferait un peu penser à l’une des maisons de Gaudi de Barcelone, le Palais Güell toutes proportions gardées.


Le rez de chaussé est un vrai pub avec son comptoir et ses distributeurs de bière à la pression ; une salle qui associe divers matériaux entre bois, pierre et cuivre avec une lumière générale plutôt assez douce et bleutée,


Au centre, deux cuves de cuivre dans lesquelles sont stocké la bière de la maison qui s’avère être une Pilsner Urquell. Bière tchèque parmi d’autres.


Un escalier en colimaçon métallique vous amènera au premier au premier niveau où vous pourrez vous installer à l’une des tables pour un repas qualifié ici de chinois gastropub, encore une idée plutôt intéressante. Une salle elle aussi décorée avec beaucoup d’idées, quelques références asiatiques avec ces murs comme de la porcelaine chinoise, quelques structures métalliques, des tables recouvertes d’une dalle de pierre ressemblant à des feuilles d’arbres, des fauteuils ou sièges de cuir rappelant un peu le confort britannique. Sans être renversant, cela reste un décor plutôt original et agréable.



Vous trouverez également des foyers ou un feu crépite, à nouveau un peu surprenant pour un tel endroit.


Dans une partie de cette salle, le comptoir où se préparent les boissons et où la vaisselle est rangée.



Une autre surprise sera avec cette série de tables qui donnent sur la rue et depuis lesquelles on peut observer à travers les vitraux l’activité piétonnière. Dressage minimal avec bol, cuillère, baguettes et sauces standards pimentées. La carte est semblable à un certain nombre de lieux asiatiques car on coche avec un crayon les plats qui nous intéresse. Des plats vapeurs, au four, frits et un ensemble de plats plus consistants seront proposés. A priori plutôt une cuisine rapide mais soignée.


Comme nous sommes dans un pub nous prendrons cette délicieuse bière maison de Tchéquie, la Pilsner Urquell.


Quelques entrées mais qui qui arriveront un peu tout en même temps et assez rapidement avec tout d’abord des raviolis aux légumes du Sichuan. Vraiment excellents, une pâte fine, une farce gouteuse et une sauce bien relevée au piment mais sans être trop forte.


Des brioches fourrées avec de la « chasse » qui s’avèrent elles aussi être parfaites. Une pâte brisée avec un peu de sésame et à l’intérieur une farce plutôt douce et parfumée avec un ménage de viande et de sauce à la saveur typique des plats asiatique. Difficile d’en identifier les éléments mais c’est délicieux.


Les rouleaux de canard sont eux aussi fabuleux et ressemblent à ceux du Hakkasan. Probablement que la recette est identique. Un incontournable des tables de Alan Yau.



Là où l’on restera vraiment déçu c’est avec les calamars sel et poivre. Frits avec une couche de friture trop importante et basiquement mélangés avec oignons et lamelles de piment. Un plat que l’in pourrait presque trouver n’importe où dans un établissement chinois qui saurait cuisiner.


Les feuilles de laitue farcies sont correctes mais le mélange manque un peu de finesse. Mélange difficile à identifier,


La déception vient du Canard et riz qui est d’ailleurs le nom de l’établissement. Ici aussi c’est franchement très basique. Un bol de riz parfumé, quelques lamelles de canard enrobées de sauce type Hoisin et de plus tiède, servi avec de grosses tranches de concombre. Un plat un peu « street food », sans aucune finesse, pas franchement mauvais mais ni très bon non plus. On s’attendrait quand même à quelque chose de mieux cuisiné.


Certes le concept est différent et le lieu agréable, mais la cuisine reste irrégulière. Les entrées furent nettement meilleures que les plats principaux. Nous sommes bien loin des adresses précédemment mentionnées et même si cela reste un gastropub chinois, cela pourrait un peu « mieux faire ».