jeudi 1 février 2018

Robadora, Barcelone


Une adresse que j’apprécie beaucoup dans le quartier du Raval c’est celle de « Robadora ». Pas que j’y sois allé de nombreuses fois mais ma première visite m’avait laissé d’excellents souvenirs. Situé dans un endroit plutôt assez inattendu car la rue Robador est plutôt connue pour autre chose, a proximité de la Filmoteca et au centre d’un quartier où les tables les plus branchées apparaissent de mois en mois. Mais ce qui me plait le plus chez « Robadora », c’est principalement l’ambiance, la cuisine et le décor qui a quelque « de plus » que dans beaucoup d’autres endroits. Un peu épicerie, un peu marchand de vin et même un peu marché de victuailles ou même garage. Lieu informel mais malgré tout sacrément bien géré par Jordina Sangra qui est une des militantes du renouveau du quartier, présidente de plusieurs associations et propriétaire, responsable de plusieurs établissements de restauration dans ce Raval.

Ce soir c’est une soirée un peu spéciale puisqu’il s’agit de la soirée du Nouvel-an ! Selon moi un endroit idéal pour passer une soirée sans trop se retrouver dans un lieu où tout est exagéré et où la soirée est d’un prix exorbitant. Certes un menu imposé à 85 euros, incluant vins et cava.  Les clients arrivent selon leur désir, à l’heure qu’ils souhaitent, ce qui est plutôt très plaisant, cette très jolie salle est toujours aussi accueillante.


Passage à table, en attendant de démarrer le repas, une bouteille de cava Blue fin Gran reserva brut à l’étrange design mais qui s’avère être excellent.


Un menu donc imposé mais tout à fait alléchant avec pour commencer des huitres en sauce ceviche. Probable même recette qu’à ma première visite mais toujours aussi plaisant avec cette sauce légèrement acidulée et pimentée. L’huitre est particulièrement bonne et charnue.



Certes la cuisine de « Robadora » flirte parfois avec le « fusion » mais jusqu’à present avec toujours assez de succès. Comme par exemple ce carpaccio de magret de canard avec ses baies rouges. Le canard est tendre et juste snacké. Deux sauces dont l’un proche d’un fond de viande et l’autre plus douce à base de fruits rouges. Sur le dessus fraise, framboise et mure. Finalement pas si décalé que cela puisque le magret est souvent servi avec des fruits.


Un poisson avec un médaillon de lotte avec une gelée citronnée et asperge fraiche. N’oublions pas que nous trouvons ici fruits et légumes que l’on considère hors saison plus au nord mais presque habituel dans les marchés de la ville. Le poisson est bien cuit, les petites purées de légumes agréables, le tout fonctionne bien.


En plat principal, du filet de bœuf accompagné de champignons de saison sauvage et d’un beurre café de Paris. Viande parfaitement cuite et tendre, bon fond de sauce et jolie poêlée de champignons. Peut-être un peu de trop de beurre sur le dessus, beurre d’ailleurs étonnement manié avec du foie gras qui est tout de même différent d’un traditionnel « Paris ».


Petit trou normand avec un rafraichissant sorbet mojito au cava avec sa menthe en feuille sur le dessus.


A vrai dire, j’ai dû manquer l’hémisphère de tiramisu avec une sauce au chocolat blanc, minuit arrivant, distribution de confettis et autres gadgets de fêtes, tout le monde s’embrasse et se jeta les quelques serpentins reçus. N’oublions pas les raisins du nouvel-an et la flute de Cava.




J’avais mentionné que le vin était inclut dans le prix du menu mais nous avons choisi une autre bouteille qui s’avéra être fantastique, un exceptionnel Priorat Ferrer Bobet Vinyes Velles 2014.


Soirée absolument réussie avec une belle prestation culinaire pour un tel événement, jamais une impression d’être tombé dans une vulgaire fête ou un repas imposé et sans passion. Tout fût parfaitement équilibré entre un service attentif, une ambiance légère, un cadre original et des assiettes de circonstance. Encore une très agréable soirée chez « Robadora » même dans un contexte différent d’autres soirées.