jeudi 22 février 2018

Bodega Carol, Barcelone


Rien de plus fantastique que de partager un moment de tous les jours dans une bodega de quartier bien à l’écart des flots de touristes.  Celle-ci se trouvant dans le quartier d’El Clot et son nom est « Bodega Carol » au coin d’une rue.


Dans la vitrine, des objets un peu style brocante avec de vieux disques, des siphons a eau, on n’est pas vraiment sûr de comprendre à quoi correspondent cette exposition d’objets mais on peut s’imaginer qu’ils ont une signification pour les propriétaires.


L’intérieur un peu vétuste a tout son charme, surtout avec cette gigantesque collection de porte-clés suspendue sur un mur de couleur rosâtre. Une salle en longueur, une machine à sous adossée au bar, des tonneaux, des néons au plafond et une atmosphère comme l’on aime avec du brouhaha, comme on peut l’espérer dans une bodega. Un endroit d’une grande authenticité, avec beaucoup de caractère et qui est une superbe alternative à tous ces endroits plus centraux et parfois guindés. Une clientèle principalement du quartier ou quelques personnes qui connaissent l’adresse car il y a peu de chance d’arriver ici par hasard.





On fera la fille, passera sa commande et attendra d’être servi autour de l’unes des petites étagères où l’on pose son verre et ses assiettes, ou encore derrière l’un des tonneaux à même le sol.



En jetant un œil sur le tableau noir, on pourra y trouver la liste des tapas, mets du jour. Des boulettes, des tripes, du boudin, des charcuteries diverses, es fromages, différentes croquettes, la plupart des propositions assez différentes d’autres établissements étant réalisées avec du porc de qualité.


Ici on prend principalement de la bière mais le vermouth est aussi de rigueur, généreusement servi avec une tranche d’orange et une olive comme il se doit.


Un des mets de choix que tour le monde semble choisir c’est la Torrezno de Soria, région dans le nord de l’Espagne, Castille et Leon. A première vue on dirait un simple morceau de porc frit mais encore faut-il savoir comment obtenir une croute aussi croustillante. Deux possibilités, soit choisir un morceau que l’on fait mariner, soit acheter du porc précuit. Du lard salé avec une peau qui doit être sèche, découpée en tranche de 1,5 cm et ensuite l’on passe le tout à la friture. Dans la poêle, il faudra positionner la peau vers le bas et laisser tout d’abord cuire une vingtaine de minutes dans l’huile, ensuite dix minutes additionnelles a plus grande chaleur. Il y a d’autres techniques avec le porc précuit ou encore au four. Le résultat est vraiment inattendu, certes croustillant et étonnement moins gras que l’on pourrait se l’imaginer.


Les anchois au vinaigre sont particulièrement bons.


Les Papas Carol du nom de la patronne sont elles aussi particulières et ne correspondent à rien de ce que l’on peut manger ailleurs à Barcelone. Il s’agit de chips sur lesquelles l’on trouvera une sorte de pancetta rapidement poêlée et fondante, le tout recouvert de paprika.


Une découverte avec un plat appelé Carcamusas, spécialité de Tolède à base de porc, de légumes de saison cuits dans une sauce à base de tomate et de laurier. Plat servi comme ici traditionnellement dans un petit plat de terre cuite, réalisé avec des petits pois. C’est gourmand et délicieux.


Une bodega qui vaut vraiment le déplacement pour vivre un moment très différent, déguster d’excellentes cochonailles, apprécier l’ambiance si authentique et se réjouir qu’il existe encore des lieux comme celui-ci.