vendredi 3 novembre 2017

El Chigre 1769, Barcelone




Probablement que celles et ceux qui connaissent « Llamber » sont soit déjà allé ou ont entendu parler de « El Chigre 1769 », car les propriétaires sont les mêmes. Si le premier établissement est plus chic et tendance, celui-ci est plus à classer dans le genre bar à tapas, vermouterie. Un côté plus simple mais un concept toujours à cheval entre Catalogne et Asturies.  Quand je dis vermouterie, je devrais aussi dire probablement cidrerie puisque l’on pourra aussi trouver ce breuvage à la carte. Ici aussi, produits locaux, de saison et qui respectent l’environnement. KM0 et Slowfood étant à l’ordre du jour.


Vraiment l’endroit idéal pour un déjeuner car son emplacement est central dans le barrio gotic, non loin des lieux touristiques et presqu’un peu perdu au milieu d’autres adresses de restauration loin du niveau de celle-ci. Au bas d’une ancienne bâtisse, une très jolie devanture boisée qui tout de suite inspire.



L’intérieur est vraiment plein de charme avec un côté un peu ancien, ces murs de pierres apparentes, ces objets de décoration d’un ancien temps et l’ensemble de vieilles tables et chaises en bois. Pas une vieille bodega qui aurait des décennies mais plutôt un lieu très joliment et agréablement restaurés sans aucune faute de goût.



Le bar ou comptoir est vraiment très beau avec ces jeux de lumières, les bouteilles rangées un peu partout, des bocaux d’olives et de légumes au vinaigre, des plats où sont présentés les anchois et autres tapas, puis l’impression de se trouver face à une commode avec de petits tiroirs.





Certains murs sont décorés d’ustensiles de brocante et l’ancien plafond avec un ensemble de paniers de casseroles de cuivre et de tresses d’aux qui pendent.



A droite, la cuisine avec une fenêtre en dessue de laquelle se trouve inscrits les mets du jour et à droite la pêche avec la tarification pour chaque poisson à la pièce ainsi que le nombre de personnes.



Poissons d’ailleurs visibles à droite du comptoir, déposés sur une pierre et entourés de glace. Pêche locale avec entre autres, dorades, rougets et lotte. Poissons qui seront préparés simplement à la plancha ou plutôt encore dans le fameux four à bois Josper qui reste un élément de cuisine de rêve.



Une grande table communautaire, d’autres le long des fenêtres, certaine pour quatre ou deux personnes.


Carte donc catalo-asturienne avec des snacks, des fromages, plein de tapas des deux régions et évidemment les poissons précédemment mentionnés. Tout en consultant la carte nous démarrerons avec leur excellent vermouth maison.


Comment ne pas démarrer avec la « Bomba », assurément le plat emblématique de Barceloneta qui est une « bombe de pomme de terre ». Un met qui est probablement devenu un tapas classique en Espagne mais inventé ici ; une boule de purée de pomme de terre avec généralement un peu de porc à l’intérieur, ensuite enveloppée d’œuf et de panure, plongée dans l’huile d’olive et servie avec parfois un aïoli mais théoriquement avec une sauce au piment de Cayenne. Cependant ici elle est proposée avec soit de la viande, soit du poulpe comme celle que nous avons choisie. De petite taille mais vraiment excellente et fidèle à ce qu’elle doit être.


Un autre classique avec un fantastique pain à la tomate. Proposé partout mais rarement bon. Ici le pain de coca est fabuleux, la tomate gouteuse le tout parfaitement assaisonné.


Aujourd’hui dans les plats du jour, d’exceptionnels artichauts, de petites tailles, juste cuits sur la braise et sans friture. Sur lesquels nous trouveront une pointe d’aïoli. Simple mais fabuleux.


Assiette plutôt originale et sophistiquée dans son genre que les « patatinas » avec du fromage de Cabrales et un praliné de noisettes sur le dessus. Loin de ce que l’on connait des « patatas bravas » et bien plus sophistiqué.  Sous formes de petites croquettes avec au-dessus une délicieuse sauce à base de ce fromage bleu très rustique du nord de l'Espagne, d’Asturies. Il peut présenter, selon la saison et les producteurs, une grande variabilité de goûts. Il peut être très corsé en goût, parfois piquant. Même très jeune, il est rarement doux. Il est plutôt considéré comme un fromage fort mais s’harmonise parfaitement en crème sur le dessus de ces « patatinas ».


Le riz du jour est ici une merveille. Probablement l’un des trois meilleurs riz que j’ai pu manger à Barcelone. Cuit évidemment au Josper, un fond de sauce absolument parfait, un riz avec une consistance idéale avec un peu d’huile aux herbes en dessus. Mais aussi les accompagnements de fruits de mer n’ont pas comme la plupart du temps été massacrés au four mais sont cuits indépendamment à la plancha. Crevette, poisson, palourdes cuites à la minute.




Puis une belle découverte avec les « tortos » au maïs fumé, avec de l’agneau bio des Pyrénées. Spécialité des Asturies, espèce de galettes frites, les « tortos » traditionnels sont ronds et plats. Pour plus de sophistication, ils peuvent être coupés au carré avec un couteau à pizzas mais ici ils sont légers et soufflés. On l’ouvrira et le farcira de cet excellent ragoût d’agneau en sauce bien parfumé.





En dessert, un riz au lait au menu du jour qui s’avéra être légèrement trop sucré et cuit. Mais tout de même dans l’esprit de celui du « Llamber », à savoir non loin de la saveur d’une crème Catalane.


Avec ce repas nous choisirons une magnifique bouteille de Principia  Mathematica 2016 élaboré avec le cépage xarel·lo, un vin très soyeux en bouche de Catalogne.


Vraiment une très belle adresse avec un cadre absolument envoutant, une cuisine simple à première vue mais tout de même assez sophistiquée au vu de la qualité des produits, des cuissons parfaites et surtout de la saveur des plats.