dimanche 1 octobre 2017

Somorrostro, Barcelone




Belle découverte dans la Barceloneta que ce « Somorrostro » qui se situe tout prêt de la placa del Poeta Bosca. De manière générale les adresses qui font partie du mouvement « Slow Food » sont souvent de qualité et proposent donc une cuisine réalisée avec des produits locaux. Somorrostro c’est tout d’abord une plage entre la jetée du Gaz et le Port Olympique et jusqu'à la moitié du 20ème siècle, il s'agissait d'un quartier de cabanes. Ça c’est pour la petite histoire. Cet établissement refait il y a environ deux ans se trouve donc au coin de la rue et une fois passé les grandes portes de bois, vous serez surement étonnés par la décoration intérieure.


Le bar juste devant vous, la cuisine et le chef derrière, une décoration plutôt assez originale avec des objets un peu disparates, un joli bouquet de fleurs sur une table à l’entrée et un jeu de lumières bien étudié. Ambiance un peu intime, plafond bas, on se sent immédiatement bien dans cet endroit.



Certes si vous n’avez pas de réservation, vous pourrez toujours manger au bar mais les tables sont bien plus confortables et surtout conviviales, donc réservation impérative.




Ce qui surprend également c’est ce mélange de décoration comme par exemple ces murs recouverts de papier peint et d’autre simplement recouverts de peinture blanche ou avec des briques. Comme il me plait souvent de le dire, un côté « shabby chic ».



Dans la salle du fond, d’autres surprises avec de vieilles portes et chaises attachées au plafond. Aussi d’anciennes gravures et photos de la Barceloneta. Un endroit donc plein de charme.


Comme précédemment écrit, « Somorrostro » fait partie de ce mouvement « Slow Food » et garantit l’utilisation de produits frais, de saison et surtout locaux. Associé à cela, le concept du « KM 0 » et le choix bio pour les ingrédients utilisés en cuisine. L’équipe travaille avec les fermiers et les pécheurs du coin et la carte est donc fréquemment adaptée en fonction de ce que l’on trouve le jour même. Carte qui est présentée sous forme d’ardoise géante et déposée à même le sol. On y trouvera une large sélection de petites assiettes à se partager, certains avec des produits de la mer, des viandes et même des plats végétariens. Des assiettes parfois classiques mais aussi un certain nombre de trouvailles du chef.


Cela sera donc un choix plutôt créatif comme par exemple cet excellent crabe « ne touche pas mes œufs ». Drôle d’appellation mais on comprendra qu’il s’agit d’une association de crabe mou ou crabe à carapace molle qui a été frit, que l’on mange en entier, accompagné de ses œufs, le tout dans un petit bouillon bien parfumé et de rondelles d’oignons rouges finement vinaigrées. C’est original et vraiment délicieux.


Ensuite, de la bonite aux pistaches et crème aigre. Une fine galette réalisée avec les fruits sec, une fine couche de crème et le poisson recouvert d’une sauce à la saveur légèrement asiatique et une julienne de courgette. A nouveau une surprenante bouchée pleine de justesse en saveur et consistance,


J’apprécierai ces huitres aux fruits de la passion. Dans leur plus simple expression à savoir sans trop de travail saucier mais juste quelques grains pour amener un peu d’acidité et le parfum du fruit exotique.


Un vrai bonheur que de trouver sur cette carte, les anémones de mer en tempura aux pommes et citron. Les anémones de mer poussent sur les rochers, à quelques centimètres sous l’eau. Elles se préparent comme ici généralement en beignets. Les uns recommandent de simplement les frire en chapelure, et de les assaisonner d’un soupçon de persil, et d’un filet de citron, d’autres préfèrent les frire dans une pâte à base de farine et d’œufs. Ici une pâte de tempura. Quelle que soit la solution, c’est une rareté toujours savoureuse qui de plus est associé à des lamelles de pommes vertes pour la fraicheur et quelques rondelles d’oignon rouge acidulé. Vraiment une très belle assiette.


Mais cela ne s’arrêtera pas là avec une assiette d’influence latino-américaine avec le ceviche de palourdes et maïs. Présentée dans la coquille, le crustacé se mange comme une moule avec une sauce légèrement acidulée et un grain de maïs croquant pour la texture.


Un peu moins séduit par les haricots longs, anchois et melon. Peut-être un peu trop secs à la base, mais le couplage avec l’anchois est judicieux, le melon amène une touche de douceur. Un plat avec une idée d’associer un produit à la base asiatique avec les saveurs de l’anchois qui lui aussi peut rappeler certaines saveurs orientales.


Impressionné par la pèche du jour, moules, courge et polenta. Le poisson est parfaitement cuit, une polenta crémeuse s’avère être un très bon et original accompagnement, la courge et les moules relèvent les saveurs.


Passage aux desserts avec des classiques mais aussi quelques créations. La crème catalane est d’une très bonne consistance.


Une création avec une tartelette au yoghourt, chutney et pastèque. Le côté aigre-doux est parfait dans cette pâte brisée, le yoghourt amène de la fraicheur en bouche.


Une très belle sélection de flacons principalement de vins naturels exposés sur une étagère métallique au-dessus du bar et de plus avec le prix affiché.


Cela sera un Pares Balta Indigena Penedes 2016 Grenache, des couleurs et aromes intenses où le fruit et la fraicheur s’affirment.


Une adresse vraiment étonnante et de qualité où l’on trouve un certain nombre de plats audacieux avec des cuissons parfaites, beaucoup de plaisir à découvrir des associations de saveurs pertinentes. Et sans oublier un cadre agréable et une ambiance décontractée.