mardi 28 octobre 2014

Maria Jimenez, Cabo San Lucas



Il y a peu de chance que vous soyez impressionnés par les tables autour de la « marina » de « Cabos San Lucas » et mieux vaut se diriger dans le vieux quartier qui n’est qu’a quelques minutes à pied. Un certain nombre de tables touristiques mais aussi une perle au nom de « Maria Jimenez ». Si vous êtes à la recherche d’une cuisine mexicaine authentique et originale, sans aucun doute voici l’endroit.

A quelques rues du complexe « Puerto Paraiso Mall », vous trouverez un petit établissement très coloré. Une « palapa », toit de paille, pas trop d’indication qu’il s’agit d’un restaurant mais ne vous inquiétez pas…vous trouverez…

 « Doña Maria Jimenez » est la sœur de « Edith Jimenez » qui possède un autre restaurant très réputé et sophistiqué depuis des dizaines d’années appelé « Edith's » mais dans une gamme de prix plutôt très élevée. Une table sur « Playa El Medano» qui parait-il est somptueuse mais qui joue dans un autre registre de clientèle. Je ne pourrais pas vous dire si le type de cuisine est identique mais toujours est-il que les évaluations sur la toile sont souvent plus élogieuses pour Maria.

Ces deux sœurs sont nées à Jalapa une petite ville dans les montagnes de l’état de Guerrero au sud du Mexique. Elles furent formées par leur mère « Maria Morales » qui leur enseigna la cuisine de cet état en leur apprenant comment utiliser les ingrédients et rendre chaque plat encore plus savoureux que le précédent. Edith elle semble posséder une série de restaurants (« The Office on the Beach »  et la « Cervecería Rámuri » que j’ai également visité (billet ici). Pourquoi « Maria Jimenez » est-elle indépendante et ne possède pas d’empire… je n’en sais strictement rien…

Une petite maison illuminée au coin d’une rue qui semble avoir légèrement souffert extérieurement de l’ouragan « Odile » mais intérieurement tout semble être en parfaite condition. Un intérieur à l’éclairage plutôt doux ; des lumières colorées conférant une ambiance intime, des murs de pierres, un toit de paille. L’impression générale étant que nous sommes plus chez un particulier qu’un grand restaurant.



Comme dans beaucoup d’endroits, des musiciens passent de table en table pour fredonner quelques airs mexicains, ce qui crée une ambiance tout à fait sympathique.  


Au fond, une cuisine ouverte où l’on peut venir guetter l’équipe au dressage des plats.



 « Doña Maria » propose une cuisine seulement réalisée avec des produits frais et une très belle sélection de mets. Avant d’être présenté la carte, nous recevrons en guise de bienvenue, une « Sopes » qui sont en fait une famille de plats, plutôt variés et  souvent servis comme hors-d’œuvre, très répandus au Mexique mais peu connus en dehors des communautés Mexicaines. Le nom de cet hors-d’œuvre peut varier en fonction de de la région, avec des noms tels que: « Tlacoyos », « Huaraches », « Pellizcadas », « Picaditas » , « Garnachas », « Salbutes »  pour ne mentionner que ceux-là. 

Plusieurs de ces recettes nous viennent des Aztèques ou des autres peuples précolombiens du Mexique, et sont exécutées aujourd'hui de façon presque inchangée depuis la nuit des temps! Bien entendu, chaque type de « Sope » a sa propre personnalité mais tous débutent avec la même base: une pâte de farine de maïs. Ici servi ave de la tomate, du fromage et des haricots noir. Tout de suite le ton est donné ; fraicheur et délicatesse. La vaisselle est colorée et parfaitement dans le ton de l’établissement.


Comme dans tous les excellents endroits, on nous apporte une série de « salsa ». Au Mexique, c'est un fait une petite salade-condiment extrêmement fraîche et addictive, qui est apportée sur la table dès le début de repas, à grignoter avec des « tostadas » en attendant la suite ou bien en accompagnement de plats. Souvent réalisée avec des concombres, tomates, oignons et coriandre. Le tout est haché menu, relevé de sel, piment et citron vert. C'est frais, parfumé et rafraîchissant. Mais il existe plusieurs versions telles que la « salsa verde» réalisée avec des « tomatillos ». C’est une sauce verte, acide et pimentée, très appréciée au Mexique. Cette sauce est réalisée avec des tomates vertes, crues ou cuites. Ce que l'on appelle « tomatillos », ne sont pas des tomates récoltées avant maturité, mais une variété de physalis. Un fruit, d'un beau vert vif qui est emprisonné dans des feuilles parcheminées qu'il faut bien entendu retirer avant d’être cuisiné. On y ajoute du piment « Serrano », de l‘oignon, de l’ail, de la coriandre fraiche, du citron vert, sel et poivre.


Autre sauce avec une  « salsa roja » délicieusement épicée et piquante, qui elle a été réalisée avec du piment « Serrano » et des tomates.


Nous commencerons avec une fabuleuse « Margarita » parfaitement dosée et pas trop sucrée. J’écrivais dans un autre billet qu’il y a diverses qualités de « Margarita » ; celle-ci est juste parfaite !


Comme la carte est riche en mets nous aurons de la peine de faire une sélection car tout est vraiment tentant. Nous choisirons une « quesadilla » aux épinards qui est quelque chose que je n’avais jamais mangé auparavant. Les « quesadilla » sont des tortillas de blé qui sont toujours faites avec du fromage (le mot vient de “queso”) auquel on ajoute tous les ingrédients que l'on veut. Ici des épinards frais qui amènent une touche de grande légèreté et fraicheur. Sur le côté, des olives, de la « salsa verde », de la « salsa » classique comme expliqué ci-dessus, ainsi qu’un ensemble de légumes frais.
Ces « quesadilla » sont tout bonnement exceptionnelles et l’on appréciera que les « tortillas » ont été préparées sur place. Une sauce additionnelle nous fut apportée, réalisée à base de coriandre fraiche.
Un « must » pour une « quesadilla » !









En met principal, une poitrine de poulet marinée à la plancha, tomate, oignon, coriandre, jus d’orange, piment « Chipotle », vin blanc, accompagné de riz, d’haricots noirs et de guacamole. Le plat arrive avec la volaille tranchée finement et recouvert d’une sauce tout à fait onctueuse et parfumée. Sur le côté de l’assiette, « guacamole », le riz et haricots. Un plat traditionnel vraiment savoureux.




Autre met, le poulet « Adobado », qui est une volaille marinée dans du piment rouge. Le « Adobo » signifie marinade qui est un mélange de piments secs tels que les « Ancho », ail, épices et vinaigre. Les piments « Ancho » sont des « Poblano » séchés présentent une couleur chocolat. Il est à peine piquant et très fruité. Les piments « Ancho » sont parmi les plus utilisés au Mexique. Comme épice on trouvera du cumin, de l’origan, et du clou de girofle.  Un autre plat vraiment magnifiquement réalisé avec les mêmes accompagnements que le plat précédent.



Tout sera accompagné de ces excellentes « tortillas » de maïs réalisées sur place. 


Maria viendra même à notre table nous saluer et échanger quelques mots. Un personnage très souriant, ouvert et ravie que l’on vienne s’intéresser à sa cuisine.


Voici une table culturellement très authentique et qui nous a vraiment séduits. Assurément l’une des meilleures cuisines traditionnelles mexicaines que l’on puisse trouver dans la région.