mardi 28 janvier 2014

Brasserie Obstberg, Berne



De retour à Berne et me voici à nouveau à la recherche de quelques endroits sympathiques et c’est en entrant dans la Brasserie Obstberg que je me dis « quel joli endroit » !  Située entre la fosse aux ours et le centre Paul Klee, l’accès est plutôt facile car ne demande pas de trouver du stationnement comme dans la vieille ville, une chose qui peut s’avérer être compliquée. C’est dans un quartier plutôt résidentiel et calme que ce trouve cette table.


Il s’agit d’un bâtiment probablement datant du début du 20ème (1910 plus précisément)  qui semble avoir été joliment rénové lorsque l’on est à l’extérieur. 



Une fois à l’intérieur on est plutôt surpris du charme de l’endroit.

Un lieu qui est tout à fait dans le style de brasserie actuelle avec ces couleurs blanches et anthracites ; ces parquets en vieux bois, ces tables et chaises de bistrots. 



C’est vraiment un très bel endroit avec une partie où les tables sont alignées et une autre partie qui donne sur de grandes fenêtres et un petit jardin avec de grands arbres. Quelques belles photos dans des cadres noirs sur certaines parois, de belles tables bien dressées avec des nappes blanches. Il y a un côté probablement plus français que germanique dans le décor de cette charmante brasserie, ce qui est plus que plaisant. 



D’ailleurs la carte lorsque reçue clairement affiche des tendances françaises dans la cuisine, ce qui n’est pas un problème en soi sachant que la cuisine locale n’est pas toujours des plus variée. Une carte plutôt agréable avec quelques entrées classiques ; salades, foie gras, tartare et autres mets de brasserie soignés.

Une jolie corbeille de pain m’est apportée avec une tapenade pour se mettre en appétit. Le pain de qualité et la préparation à base d’olives plutôt fine. Une première bonne surprise.

 

En amuse-bouche une galette de polenta avec sur le dessus de la ricotta et de fines tranches de magret de canard, un quartier de mandarine. Plaisant et inattendu.


C’est là que je repère une entrée qui me tente vraiment ; un velouté aux marrons et poireaux, crostini au Belperknolle frais. Je me rappelais d’avoir gouté une fois ce fromage Suisse très surprenant car très puissant en bouche et qui a l’apparence d’une truffe. Je me souvenais que sa provenance était justement le canton de Berne. Ce velouté fut une vraie découverte. Des saveurs doueçâtres mélangées intelligemment avec le goût en arrière fond du poireau et quelques filaments de ce légume croustillants sur le dessus. Le velouté est crémeux, les crostini avec le fromage au goût si particulier mais ici frais se marie à la perfection avec le goût du marron.



Et ensuite les spécialités Obstberg dont l’une me tente également : le Coq au vin. Ma première réaction étant de me dire que c’est un plat que l’on mange rarement et en regardant de plus près, il s’agit de poulet fermier Suisse braisé au Bourgogne, garni de champignons, lardons et croutons, accompagné de Taglierini fraiches, sorte de tagliatelles plus fines. Bon va pour le « pseudo coq » !


C’est encore la surprise car je m’attendais à une volaille dans une sauce au goût plutôt fortement vineux avec peu de finesse comme c’est souvent le cas. Eh bien pas du tout… Une assiette joliment dressée de type bistrot avec une volaille cuite à la perfection, une sauce vraiment fine avec « juste ce qu’il faut de vineux », des champignons et lardons qui ont probablement été rissolés indépendamment et quelques légumes tels que des betteraves et carottes fanes encore croquantes. Les pâtes sont cuites à la minute, fraiches et encore « al dente ». C’est un plat remanié et parfaitement repensé en y apportant une certaine légèreté. Je suis à nouveau surpris par autant de justesse dans la préparation de ce met.

 
Pour accompagner, le vin du mois ; un verre de Côte du Rhône Les Briguières 2009 du Domaine Piaugier à Sablet qu j’ai beaucoup apprécié.


C’est tout simplement l’un de mes meilleurs repas à Berne dans un lieu vraiment charmant et qui est une réelle surprise. Je reviendrai assurément.