mercredi 24 février 2016

L'Epicurien, Colmar




Petit bistrot en plein centre de Colmar et non loin de la « Petite Venise » qui semble être l’adresse à ne pas manquer en ville surtout qu’un grand nombre de tables sont fermées cette semaine pour raison de vacances scolaires… Aussi un « bar à vins » bien que la priorité me sembla plutôt être la restauration. A un coin de rue, une maison au ton rougeâtre, qui ressemble effectivement plus à un bistrot qu’un winstub.


Pas de doute possible à l’intérieur avec le décor qui n’a rien d’Alsacien mais qui est plutôt traditionnel d’un agréable bistrot avec une décoration forcement axée sur l’exposition de bouteilles de vin. Un bar au centre et un certain nombre de tables le long de la fenêtre et dans le coin à côté des bouteilles exposées. Des lumières un peu de type industrielles pour une touche moderne dans cette salle aux murs de pierres. 




Une carte avec une cuisine plutôt bistronomique comme l’on se plait à le dire avec une touche parfois exotique, avec tout d’abord une demi-douzaine de suggestions ainsi que quelques desserts mais aussi la carte de tous les jours.

Sur le côté gauche du bar, les crus du moment proposés sur une ardoise.



En entrée une salade de Saint-Jacques poêlées, tomates confites, champignons confits, sauce soja, sésame grillé. Les Saint-Jacques sont parfaitement cuites, la salade est un peu « fourre-tout » et semble un peu « décalée ».


Le Foie-gras de canard à l’olive noire et au citron confit, bouquet de salade est vraiment très intéressant car si l’on aurait pu avoir quelques doutes sur cette association, l’olive n’est pas forte et le citron pas astringent mais doux. Une jolie création mais cette salade identique n’est vraiment pas une réussite et semble être le moyen de remplir l’assiette.



En plat principal la Bavette ou Onglet « Black Angus Premium US » pommes frites maison. La viande est de qualité, les frites cuites à la graisse d’oie et fleur de sel un peu molles. Les légumes sur le côté sans intérêts car un peu fades.


Finalement plus ou moins la même assiette mais avec l’émincé de pluma de porc ibérique « patta negra bellota » jus au sweet-chili, pommes frites maison, petits légumes. Viande à nouveau de qualité, accompagnements semblables à l’autre assiette.


Une bouteille de Riesling du domaine Zind-Humbrecht dont la réputation n’est plus à faire.


Même si les produits sont de qualité, on en ressort tout de même avec une impression de « fais à la va vite » avec des accompagnements semblables sur chaque assiette. Concours de circonstance ?  Hasard ? Dans tous les cas, ces accompagnements nécessiteraient un peu plus de soin. Service un peu transparent.