samedi 27 février 2016

Le Gounefay, Pontarlier




Une région un peu inconnue pour moi que celle de la Franche-Comté en ce qui concerne la restauration. C’est en parcourant la toile que j’avais noté une adresse qui me semblait de prime abord plutôt sympathique et non loin de Pontarlier. Une petite route sinueuse vous amenant à une station de ski nordique et au milieu de la nature un bâtiment plutôt moderne presqu’un peu décalé avec une grande terrasse pour l’été. Nous sommes ici dans cadre de mi-montagne avec une belle vue sur le Jura et la ville au loin. Il s’agit en réalité d’un complexe familial dans la montagne du Larmont.



Aujourd’hui il neige, le parking est encombré de skieurs venus profiter du cadre hivernal, mais certains comme nous sommes venus pour déjeuner dans le restaurant qui porte le même nom. Nous entrerons donc dans cette construction qui héberge le restaurant, un logement de fonction, une salle hors sac, un hangar à dameuses, une salle de fartage et de location ski VTT.



Une salle avec un haut plafond, qui ressemblerait plutôt à une grande cantine mais le côté boisé en fait un lieu plus charmant que ce que l’on pourrait s’imaginer de l’extérieur. Un long bar, des tables et de l’ameublement un peu comme le célèbre magasin de meubles suédois. Ambiance très décontractée, accueil souriant et service sympathique.



La carte est plutôt vaste avec des mets au fromage, des plats de charcuteries, des viandes grillées, mais aussi une série de plats bistrotiers qui rappelleraient un peu la cuisine bourgeoise que l’on trouverait un peu partout en France. 

Aujourd’hui nous sommes la Saint-Valentin et l’on propose un menu spécial à 30 euros avec pour démarrer un verre de champagne et mignardises. 


Avec le temps qu’il fait et la région, nous sommes tout d’abord attirés par la très copieuse et sympathique a planche du Larmont.  Une très belle planche comme rarement servie dans d’autres établissement avec du jambon blanc, jambon cru, saucisson de Morteau, terrine, comté, morbier, champignons. D’excellente charcuteries et fromages que l’on accompagne d’un pain tout aussi plaisant sans oublier une belle salade fraiche. Et même en complément sans avoir demandé quoi que ce soit, une cassolette de champignons dans une sauce bien crémeuse et gourmande, avec entre autres des morilles.





Comme première entrée du menu, un Feuilleté d’escargots au Pontarlier. Les escargots sont parfaitement cuits, petits et moelleux, la sauce est toujours à base de crème mais parfumée à un alcool que je ne connaissais pas, évidement local puisque appelé Pontarlier et anisé. Cela donne un plat toujours aussi gourmand et rassurant.
 



En met central, un Filet de bœuf aux morilles et sauce foie gras qui rappellerait d’une certaine manière la sauce Périgueux avec également des chanterelles. Une viande tendre, une sauce toujours dans le même esprit à savoir gourmande et bien assaisonnée. Un accompagnement sans histoire avec quelques haricots entourés d’une tranche de poitrine fumée.



En dessert un « Ivoire passion » qui est une tourte faite de couches avec en socle une pâte type cake, une couche ou plutôt mousse de fruits rouges et pour finir une autre couche à base de fruits de la passion.


Pour accompagner ce repas, un agréable Gigondas Pierre Amadieu de Romane Machotte en 2012.


Un restaurant traditionnel avec de bons produits locaux et frais, un accueil et service chaleureux, avec un excellent rapport qualité-prix dans un endroit des plus charmant car en pleine nature.