samedi 20 février 2016

Au Raisin d'Or, Zimmerbach



Petit weekend à Colmar et dans ses environs avec quelques tables mais plutôt dans la campagne car un grand nombre de celles-ci sont fermées cette semaine en ville pour raison de vacances scolaires. Que cela ne tienne car ce que j’ai pu observer de ce que j’avais repéré, me sembla plutôt être assez touristique et peut-être avec moins de sincérité que ce que l’on peut trouver dans une quinzaine de kilomètres autour de la cité. Le choix étant plutôt vaste, c’est grâce à l’excellent site le « Blog d’Epicure »  et quelques discussions avec Antoine Mantzer qui en est le propriétaire, que mon choix s’est fait. Une personne que je ne connais qu’à travers la toile mais qui une référence en gastronomie Alsacienne et autre, patron d’une agence de services autour de la gastronomie. « Allez au Raisin d’Or » me dit-il… Bien… Sachant que j’étais plutôt à la recherche d’une table traditionnelle alsacienne pour le déjeuner, l’adresse me sembla être sut photos tout à fait convaincante. De la cuisine gastronomique on peut en trouver un peu partout en France avec souvent des assiettes semblables mais de la cuisine du terroir Alsacien…cela non. Et je ne parle pas de choucroute mais de plats avec des noms qui m’étaient jusque-là inconnus…



Arrivé donc dans le village de Zimmerbach, quelques indications ci et là de ce caveau vous permettront d’arriver à destination. Une maison de village traditionnelle avec colombages mais avec des murs rouges et de gros cœurs qui pendent puisque nous sommes le weekend de la Saint-Valentin. Midi sonne au clocher de l’église et tout à coup, tout le monde déboule presqu’en même temps… Réservation obligatoire car l’établissement sera plein en quelques minutes et selon la serveuse « c’est comme cela »…midi et soir, ce qui est plutôt bon signe.


A l’extérieur, le menu du jour affiché sur ardoise tarifé très sagement à 14.50 Euros pour celles et ceux venus pour un déjeuner rapide…quoi que…


L’intérieur est des plus traditionnel et un peu comme une maison de « Hansel & Gretel » avec ces poutres, ces lumières intimes et cette décoration « pour l’évènement »… Et dans cette première salle, un chariot avec une impressionnante collection d’eaux de vie de la région.
 

Et à droite de l’entrée le comptoir comme dans tout « Winstub ».


Notre table se trouvant au premier, nous montrons par la rampe d’escalier pour nous retrouver dans une salle un peu similaire, tout aussi joliment décorée et à ce niveau le colombage sera apparent. Petites tables avec chemins de table à carreau, quelques cœurs qui pendent du plafond, une ambiance « cosy » et idéale pour une première table dans la région. Ce qui m’a surpris, c’est de voir cette clientèle d’habitués que finalement l’on ne voit que très rarement dans les grandes villes, ces personnes âgées qui semble connaitre la patronne et qui simplement viennent se restaurer aux heures de midi un peu comme une retrouvaille entre personnes « à qui on ne la fait pas. » et qui ne souhaitent que de retrouver ces plats du terroir rassurants et sans probable surprise. Cela me permettra également de découvrir une langue que je ne connaissais pas, l’Alsacien…et que je pensais initialement être du Suisse Allemand. Mais que nenni, ces personnes alternèrent parfaitement de l’Alsacien à un français impeccable sans accent, ce qui n’est pas vraiment le cas pour mes compatriotes d’outre Sarine.





La carte propose distinctement deux types de cuisine. La première plutôt bistrotière de type classique et la seconde pour laquelle nous sommes venus, une cuisine du terroir alsacien renseignée par des « petits emoticons » représentant une coiffe de la région.


Egalement une sélection du jour avec aujourd’hui le boudin à l’honneur. Cependant nous préférerons choisir des plats de cette carte. Comme le choix d’entrées est plutôt large et que nous hésitons, le plus simple sera de prendre l’assiette gourmande du Raisin d’Or. Une grande et belle assiette avec tout d’abord un mélange de salades bien fraiches composées de mâche, feuilles de chêne et roquette. Sur le dessus un « échantillon » de la plupart des autres entrées proposées comme le foie gras dont je parlerai ensuite, un excellent saumon fumé réalisé sur place, ni trop salé et ni trop fumé, une magnifique terrine campagnarde au gibier aux noisettes et trompettes de la mort, un morceau de presskopf qui est un fromage de tête à base de museau, tête, collet et pied de porc et/ou veau découpés en fin morceaux et mélangés avec des légumes dans une gelée. Du très bon jambon cru et magret de canard. Une parfaite façon de se faire une idée de ce que pourraient être les autres entrées individuelles.



Pour moi le foie gras de canard parfumé au Gewürztraminer. Cela devait faire des années que je n’avais pas mangé ce produit en provenance d’Alsace car souvent celui que l’on achète provient des Landes ou du sud de la France. Et j’avais oublié combien celui-ci est délicieux préparé dans ce vin. Une vraie perfection, parfaitement dosé, ni trop salé ni trop fade, pas de condiments inutiles comme c’est souvent le cas. Pas étonnant qu’il ait obtenu un premier dans un concours. Accompagné si on le souhaite de sel et poivre, d’une gelée gouteuse.



En plat principal, le Fleishkierler ou Fleischkierla, pommes de terre sautées, salade verte. Je n’avais aucune idée de quoi il s’agissait avant ce jour. Une galette de viande bœuf réalisée également avec du porc, du lard, pain, oignon, persil et épices, que l’on accompagne donc de ces pommes sautées et de salade. Un plat simple mais très bien réalisé.




Idem avec le Schwinazengla, pommes de terre sautées, sauce rémoulade. Il s’agit ici de langue de porc cuite dans un bouillon et servie entière avec la traditionnelle rémoulade. On sert souvent de la langue de veau et de bœuf mais rarement celle de cochon. Tout aussi bonne que les deux précédentes, très appréciable avec la sauce et les accompagnements. 



Avec ce repas un excellent Riesling Grand Cru Sommerberg 2012 de chez Justin Boxler. Très aromatique et floral, un vin qui accompagna parfaitement ce repas.


Une cuisine sincère et authentique dans un lieu plein de charme, une parfaite entrée en matière pour découvrir quelques assiettes traditionnelles que probablement on ne trouvera pas en dehors de cette région.