vendredi 24 avril 2015

Bo.Tic, Corça



C’est en 2012 que j’avais découvert pour la première fois Bo.Tic, une des tables très réputée en Catalogne située à Corça à côté d’un ancien moulin à farine. Cette fois-là nous avions passé une délicieuse et extraordinaire soirée dans le patio de cet établissement qui en cette saison n’est pas encore ouvert.

Albert Sastregener nous proposa à l’époque une cuisine de la région de l’Empordà, contemporaine avec le respect des traditions et qui nous avait  totalement bluffés par sa créativité. Une cuisine parfois un peu ludique car chaque met fut une découverte totale dans le visuel, les textures et les associations.  Un gigantesque travail avec beaucoup d’imagination, un voyage au pays des couleurs et des saveurs ibériques. C’était donc une joie que de pouvoir passer à nouveau une nouvelle soirée dans ce magnifique établissement.


C’est le long de la route entre Gérone et Bisbal d'Empordà que se trouve cette bâtisse un peu étrange qui fut un  moulin et sur laquelle l’on peut encore lire l’inscription de la minoterie. 


Après avoir laissé votre véhicule sur le devant, vous voici arrivé dans un patio où l’on sert les repas l’été, mais ce soir nous mangerons à l’intérieur. 


Une salle plutôt petite donnant dans des tons blancs avec un éclairage assez direct. Non loin du cellier une table pour nombreux convives. Si vous hésitez entre les deux endroits, choisissez en saison le patio qui est fort agréable. 



Comme la première fois, une carte mais aussi deux menus, le premier de dégustation et le second appelé spécial qui est équivalent au premier mais avec une entrée et dessert supplémentaire.

Tout démarre avec « les snacks » qui sont une série de toutes petites bouchées basées sur des jeux de diverses textures. Et ce ne sont pas ceux de la première fois mais une nouvelle palette de saveurs. Un jardin de cailloux dans une boite sur laquelle les snacks sont élégamment déposés et qui donne l’impression d’être proche de la nature avec ces quelques fleurs déposées au milieu.


Un croustillant de riz et morue, une chips soufflée aérienne assez proche de ce que l’on appelle un « Kroepoek » avec sur le dessus une crème fouettée à la morue plus légère qu’une brandade. Croustillant, saveurs marines, très plaisant.


Le Poulet à la Catalane, théoriquement une volaille préparée avec principalement des oignons, poivrons rouges, ail et tomate mais ici totalement déstructuré. Une petite coupelle de peau du poulet croustillante remplie d’une crème de volaille parfumée à l’oignon et tomate.  Une bouchée gourmande et très parfumée.


Le magique Cornetto de maïs et foie gras. J’avais à l’époque un peu comparé le chef à une sorte de Willy Wonka de « Charlie et la chocolaterie » car Il y a toujours plein de couleurs, des plats totalement fous qui auraient pu être fabriqués par si ce dernier « s’était mis au salé » ! Souvent les plats sont des constructions basées sur des ingrédients ibériques mais totalement reconstruits auxquels l’on apporte une touche souvent sucrée et presque enfantine ! Il y a régulièrement des références à des saveurs presque du passé, celles que l’on a enfouies dans sa mémoire d’enfant. Ici un cornet de glace bien appétissant avec une crème glacée au foie gras, douce, onctueuse et gourmande.


Un petit coup d’œil vers l’Amérique centrale ou mêmes les USA avec le Dorito, avocado et langoustine. Doritos est est une marque de chips tortillas assaisonnées qui existe depuis 1914 que l’on mange en regardant la TV aux US… mais ici évidement fabriqué sur place ; une tortilla croustillante de maïs comme aussi au Mexique sur laquelle on a associé de l’avocat pour assurément rappeler un guacamole et probablement le cevice en ajoutant un « cube » de langoustine. Il y a sans paraître beaucoup de travail dans cette bouchée pour obtenir une forme si parfaite et une très belle association de saveurs.


Un ludique champignon réalisé en meringue parfumée, l’Amanite de betterave  et fromage de chèvre. La meringue sent vraiment la betterave et l’intérieur du champignon est lui farci de fromage. C’est croustillant, frais et à nouveau nous surprend.


Un délicieux « Xuxo »,  beignet avec truffe nous arrive en suite. Il s’agit initialement d’une viennoiserie catalane de la région de Gérone qui généralement est consommé soit au petit déjeuner, soir pour le thé. A la base farci avec de la crème catalane et ensuite frit ; ici il est transformé en un fabuleux croissant avec une farce à base de truffe.


Nous poursuivons avec la « section apéritif », avec tout d’abord une Morue « esqueixat i empedrat ». L’ « Empedrat » signifie «pavé» ou «couvert» et est depuis longtemps un plat estival classique en Catalogne. En théorie cette savoureuse salade est constituée de haricots blancs, d’olives, de morceaux de tomates, d’oignons verts émincés et de morceaux de morue mélangés, et assaisonnés d’un peu d’huile d’olive et de vinaigre de vin blanc. L’ « Esqueixat » est une autre salade de morue typique en Catalogne, avec également thon, tomates, oignons, poivrons et olives. J’imagine que l’idée fut de s’inspirer de ces deux salades et l’on retrouvera la plupart des ingrédients mais totalement retravaillés avec un très beau visuel. La morue et le thon sont en mousse, les oignons verts et tomate, poivrons sous forme de sauces ajoutées à une fine gelée. A nouveau une très belle traduction de ces plats typiques en version très modernes.


Le Bloody Mary restera un classique chez Bo.Tic. La première fois il s’agissait d’ « shot » avec un cube de gelée de vodka, une petite sphère de tomate et un fond de céleri mais cette fois-ci on aura changé la recette et l’apparence tout en conservant les éléments de base. Cela explose en bouche ! Vraiment quelque chose d’ingénieux et l’on voit que la créativité du chef n’a pas de limite.


« Section entrées » avec tout d’abord les Moules, coques, escabèche et orange. Le dressage reste élégant, une association des fruits de fruits de mer dans une fine gelée dans laquelle on détecte un léger goût vinaigré et le parfum de la mandarine. Le seul reproche c’est peut-être l’utilisation abusive du probable agar-agar pour le côté gélifiant comme tout précédemment avec la morue.



Très impressionnant Tataki de thon, consommé de légume  et betterave. A nouveau un très beau visuel avec des recherches sur les tons, le thon juste snacké avec la betterave en julienne et sous une forme de gelée.  Par la suite on ajoute le consommé lui aussi subtilement parfumé par la racine. L’association thon-betterave plutôt inattendue fonctionne parfaitement ; le côté vinaigré du tataki est délicat.



Un des plats « signature », le Texture de foie-gras 2010. Je disais il y a deux trois années « Je crois que cela doit être le plat de foie gras le plus inventif que j’ai dû manger depuis des années. Le visuel est incroyable… Une rosace de pain grillé dans laquelle se trouvent plusieurs types de préparation de foie gras : en copeaux, en muffin, en crumble et en glace !! Au tout, une palette de couleurs comme un peintre avec diverses saveurs : pomme verte, pomme cuite, pêche, citrus, tomate, mangue. On associe à chaque bouchée l’une de ces petites sauces et ce sont des explosions en bouche successives, un vrai feu d’artifice ! ». Pas de changement notoire et toujours aussi extraordinaire !



Très impressionné également avec la Coquille Saint-Jacques, infusion de champignon et essence de truffe. Simplement parce que la Saint-Jacques est d’une exceptionnelle qualité, la cuisson un modèle du genre, c’est-à-dire encore presque crue mais chaude. L’infusion est discrète pour laisser la truffe prendre ensuite un peu le dessus. Un plat probablement plus classique mais une perfection.


Quel bonheur que de passer à un poisson et pas n’importe lequel ! Je ne me rappelle pas avoir mangé de la raie autrement que dans des bistrots et toujours préparée au beurre.  La plupart des cuisiniers utilisent plutôt turbot, saint-pierre mais quasiment jamais ce poisson qui est d’une très grande finesse.
Ici la recette est tout bonnement fantastique, à savoir accompagnée d’une sauce verte, coques et agrumes. A nouveau la cuisson est parfaite, le jus d’herbes onctueux et coupé par le côté marin des coquillages et agrumes. Quelques jeunes artichauts sur le dessus. Une magnifique assiette de poisson.


En ce qui concerne la viande, un magret de canard et poires au vin. Une recette plus classique avec des saveurs moins surprenantes mais le tout est irréprochable.


Quelques prédesserts qui donnent un coup de fouet car plutôt dans la gamme acide avec Orange, litchi, mangue et citron vert. Un mélange de texture granitée, mousseuse et solide. Une autre explosion en bouche donnant l’impression de passer de mojito, a des daiquiri ou caiperinha.


Même impression avec Ananas, citron vert, coco et fruit de la passion. C’est très frais, très équilibré en saveurs et à propos à ce stade du repas.


Les desserts avec tout d’abord les œufs à la crème catalane. Visuellement de faux œufs reconstitués et remplis d’une préparation laiteuse et sur le côté la crème. Certes c’est une prouesse technique mais cela m’impressionne un peu moins car les saveurs sont un peu unilatérales.


Même observation avec la Balle de golf qui si je me rappelle bien est confectionnée en chocolat blanc. Quelques éléments plus décoratifs à base de framboise, pistache et violette. C’est un peu doux, une belle pièce technique mais cela ne me plaira pas autant que les prédesserts.


Avec ce repas un excellent blanc appelé Cérvoles 2013 Blanc fermenté en roure français, Costers del Segre. Une association de Chardonnay et Macabeu avec de légers arômes de noix de muscade, pamplemousse et fruits exotiques.


Comme mignardises, une série de très bonnes truffes avec une première comme un « carajillo » mélange de rhum et café, une autre au tiramisu et la dernière aux cacahouètes. 


Comme la première fois cette table est toujours aussi exceptionnelle car on y retrouvera toujours des plats novateurs en termes de texture, de goût et de méthode de cuisson. Souvent des côtés ludiques comme le cornetto, le dorito, ou la balle de golf qui peuvent ou non être de très belles réussites. Une table avec un macaron mais qui en vaut certes plus pour ce que l’on pourra y déguster. Incontestablement une des plus belles tables de Catalogne.