lundi 15 septembre 2014

Sekiz, Istamboul



Ce ne sont pas les restaurants qui manquent à Istamboul mais il faut reconnaitre que la plupart d’entre eux servent plus ou moins la même chose mais avec de grands écarts de qualité et une palette de prix plutôt large. Heureusement que depuis quelques années, certains restaurateurs souhaitent voir cette cuisine évoluer er l’on peut maintenant trouver une nouvelle génération d’établissements que l’on pourra qualifier de créatifs. « Sekiz » fait partie de cette catégorie.

Situé dans le plein centre de Beyoglu non loin de la commerciale rue Istiklal, c’est dans une rue parallèle que vous devrez vous rendre. Une ruelle un peu particulière car très animée avec un certain nombre de cafés où l’on voit certaines personnes jouer au backgammon. Rien ne laisse supposer que se trouve un restaurant dans cet endroit.

En fait, « Sekiz » n’a pas pignon sur rue mais se trouve au premier étage de l’une de ces maisons historiques du 19ème. Il faudra trouver tout d’abord une enseigne qui indique une résidence appelée « Misafir Suites » et s’apercevoir que l’entrée est identique mais que l’escalier sur la gauche permet de rejoindre le restaurant.



C’est donc au premier que vous découvrirez une très charmante salle vraiment bien agencée avec un grand bar en longueur et une série de tables en bois face à celui-ci. Un joli bar où l’on peut évidemment commencer sa soirée avant de passer à table.





Juste en face, les cuisines ouvertes sur la salle qui sont plutôt modernes, assez semblables à ce que l’on trouve dans beaucoup de nouveaux établissements dans les grandes capitales.



L’ambiance est vraiment très agréable avec un fond sonore un peu jazzy et un côté presqu’un peu colonial probablement lié à ces fenêtres à barreaux qui entourent la pièce. Le service est chaleureusement mené par de jeunes femmes qui sont tout à votre écoute.

La carte propose un nombre de plats plutôt très intéressants où l’on identifie qu’il ne s’agit pas de simples préparations comme partout ailleurs mais un des assiettes avec de la créativité. Les entrées étant plus originales que les plats principaux, nous choisirons quatre entrées et un plat principal que nous nous partagerons. Il s’agit principalement de plats turcs revisités par le chef Maksut Aşkar.

Sur la table vous sera apportée en début de repas une coupelle d’huile d’olive dans laquelle se trouve un mélange de poisson fumé finement découpé et d’oignons. On y trempera son pain selon envie.


Une première entrée avec des petits « köfte » aux noix, sauce chaude au miel et à la cannelle. Ces boulettes de viande hachées sont frites et d’une très grande légèreté. Les noix sont finement hachées et incorporées à la viande que l’on trempe dans une excellente sauce sucrée.



Ensuite des « Börek » à la queue de bœuf avec une sauce au yogourt et menthe. Les « Börek » forment une grande famille de la gastronomie turque. On en trouve avec plein de formes et garnitures différentes: toutes les variations sont possibles avec les ceux-ci selon les régions du pays, le choix de garniture, la forme donnée, la cuisson...Le point commun entre tous les « Börek » est leur pâte, qui est en général à base de « yufka », feuille ressemblant à de la pâte « filo », que l'on peut faire à la main ou acheter toute prête. On peut manger du « Börek » à tout moment de la journée, au petit-déjeuner, en accompagnement de repas, au goûter, avec le thé...Ici la garniture est vraiment délicieuse avec cette viande bien goûteuse et cette sauce au yoghourt.



Nous poursuivrons avec l’os à moelle, sel de mer fumé et paprika, concombres vinaigrés à la manière suédoise. Un bel os coupé en deux qui est saupoudré des épices. On prend une petite crêpe et ajoutons un peu de moelle, du concombre… C’est simple mais excellent avec la petite touche vinaigrée et sucrée du concombre.






Dernière entrée avec de délicieux cakes de poisson, salade de choux avec une vinaigrette au « sumak » et raki. Superbe idée que d’utiliser des ingrédients tels que le « sumak » avec son goût d'acidulé  unique en son genre et une saveur de citron. Le raki amenant une petite saveur anisée. Sous chaque cake, une fine tranche de citron légèrement cuite qui ajoute également une touche citronnée au tout.



Le plat principal est une épaule d’agneau cuite sous vide 48 heures avec une purée d’aubergines. La viande fond dans la bouche, la sauce sous la souris d’agneau est très onctueuse et l’on détecte un arrière-goût très plaisant de fromage qui relève le tout. Il s’agissait d’une étonnante adjonction de parmesan.


N’ayant pas prévu de dessert, l’un des chefs de la cuisine vient nous parler et nous propose de malgré tout prendre un dessert. Nous nous sommes vus offrir  une crème caramel accompagnée de prunes fraiches cuites dans un sirop. Le caramel qui entoure le flan est simplement parfait car celui-ci a un très fin goût de sucre brulé comme je l’apprécie.


Pour accompagner ce repas, une bouteille de vin blanc Seneler 2012,un chardonnay de Cappadoce plutôt léger et plaisant.


Voici un endroit vraiment charmant avec une superbe ambiance pour passer une soirée où l’on découvre une cuisine turque repensée, retravaillée et de plus allégée. On sent beaucoup de motivation de l’équipe soit en cuisine ou en salle et l’on ne peut que terminer sa soirée au sympathique bar. Une belle nouvelle adresse en plein Beyoglu.