jeudi 17 mars 2016

WineArt Vinothek-Lounge, Interlaken



Plusieurs années que j’allais souvent aux mêmes endroits à Interlaken pour un repas plus sophistiqué mais la dernière fois étant une déception en ce qui concerne un des établissements que je ne citerais pas, me voici à la recherche de quelque chose de nouveau et de contemporain. C’est ce « WineArt Vinothek-Lounge” qui attira toute mon attention cette fois-ci. Pas vraiment d’idée lorsque quand cet établissement a été créé mais je ne me rappelais pas de ce dernier à ma dernière visite.

Situé dans le centre-ville dans une rue peut-être un peu moins commerçante, voici un endroit plutôt étonnant. Presque un peu dissimulé derrière un parking en face de l’établissement, vous apercevrez une petite terrasse fermée évidement en hiver et derrière une salle vitrée avec tables et bouteilles de vins. Comme le nom l‘indique nous sommes bien dans une vinothèque.



Ce qui peut aussi prêter à confusion c’est cette rotonde avec un autre nom, le « Renaissance Restaurant Bar Lounge », mais il s’agit bien du même endroit. Peut-être un ancien nom qui n’aurait pas été changé.


L’intérieur est plus que surprenant car déjà très grand. Trois salles les unes plus charmantes que les autres qui semblerait être structurées avec des buts plutôt précis ; une salle vinothèque, un bar et un restaurant. La dernière est plutôt joliment structurée car située dans une sorte de rotonde dont le prolongement mène au bar. Une décoration assez contemporaine avec des tableaux de personnalités connues avec des fonds de couleur plutôt criards. Un Nelson Mandela sur in fond vert comme premier exemple.




Sur la gauche la vinothèque qui probablement sert de salle de réception pour dégustation et soirées de groupe. Une salle donnant sur la terrasse que je mentionnais au départ.


Et de l’autre côté un bar avec quelques tables hautes mais surtout une série de sofas face à la baie vitrée qui donne sur une autre rue. Décoration parfois un peu baroque avec des lustres de cristaux, un cellier dans un coin et un accès sur un magasin de produits fins de l’autre côté.







Des plafonds avec des moulures, de la tuyauterie industrielle apparente et ici un portrait dans le même style que le précédent mais de Ray Charles. Tout pourrait sembler comme cela un peu hétérogène mais pas du tout…il y a une certaine harmonie dans toute cette décoration.

Il vous sera proposé un menu en cinq plats tarifés à 59 CHF, ce qui est plutôt très sage comme prix pour la région avec pour commencer, un fromage de chèvre frais passé au four sur une pierre. Servi avec une petite salade de mâche assaisonnée de vinaigre balsamique, une entrée en matière plutôt plaisante.


Pour suivre une agréable soupe de carottes au gingembre avec graines de courges caramélisées. Une bonne consistance, un assaisonnement équilibré. Un potage classique mais fidèle à ce qu’il doit être. 


Plutôt très emballé par les raviolis au poireau et lard, beurre à la sauge. La pâte est fine, la farce gourmande et le beurre complété par une petite touche ; des tomates avec un peu d’herbes.


En plat principal, une brochette de bœuf, aux courgettes et risotto et safran. Disposé sur une ardoise, la viande est tendre, le risotto cuit à la perfection et vraiment crémeux, bien parfumé au safran ; les légumes sautés et encore croquants. Autour un fond de sauce lui aussi soigné.


En en dessert un très aérien Tiramisu qui change de ce que l’on trouve souvent ailleurs, à savoir souvent trop nourrissant ou sucré.


C’est au début du repas que j’ai eu un peu de peine à comprendre lorsque la serveuse me propose des vins au verre. Souhaitant plutôt une bouteille, elle me signale qu’il n’y a pas de carte de vins… en réalité vous irez vous-même au cellier de l’autre salle choisir votre bouteille, les prix étant affichés sur chacune d’entre elles. La sélection est très belle avec à priori un focus sur l’Espagne.


Sur les recommandations de la patronne, une exceptionnelle bouteille de Vico de chez Raul Perez, un vin de Mencia. Une production très confidentielle (125 caisses) du village de Raul, Valtuile de Abajo. Un nom de vin qui se réfère à son plus grand frère Victor. Un vin d’une grande puissance, réalisé par un personnage considéré par certains comme l’un des meilleurs vinificateurs d’Espagne et dans le monde. Vin bio, élevé sans irrigation et qui peut se garder plusieurs décennies.


Une très jolie table qu’appréciera tout amateur de vin et de cuisine plutôt bistrotière. Un environnement idéal pour des soirées en groupe dans un endroit agréablement décoré. Tout ceci a des prix raisonnables. Une très jolie adresse dans Interlaken.