jeudi 17 décembre 2015

Maison Premiere, Brooklyn



Voilà un bien joli endroit que « Maison Première » dans le quartier de Williamsburg au nord de Brooklyn. Un lieu pas forcement bien indiqué car l’entrée sur Bedford Avenue est plutôt anodine et la seule indication serait un panneau avec l’inscription « Bar et Oysters ». Impossible de lorgner à l’intérieur et probablement que si l’on ne connait pas le lieu, on passerait devant sans s’arrêter.


« Maison Première » fait surement partie des lieux qui ont le plus de charme dans la ville de New-York car l’on y retrouvera une ambiance feutrée, romantique et presque d’un autre siècle. Il est vrai qu’il y a un côté un peu français car tous les serveurs sont habillés en gilets noirs comme dans des brasseries du siècle dernier mais ce qui est le plus marquant c’est cette douceur qu’il règne avec ces lumières très tamisées à la limite du sombre.




On entre dans un établissement dont la pièce centrale est un magnifique bar autour duquel on vient principalement déguster des produits de la mer et surtout des huitres. Un bar et comptoir en arc de cercle, au centre les barmans qui préparent de savants cocktails et à l’arrière les mareyeurs qui ouvrent toutes sortes d’huitres.



Un lieu avec un côté également un peu colonial avec ces ventilateurs au plafond et ces murs un peu délavés comme si la chaleur moite aurait fait virer la couleur blanche initiale a quelque chose de plus jaunâtre. 
 


Au fond, quelques tables de style bistrot, des lumières en forme de boules, des miroirs un peu irréguliers en raison de leur ancienneté. Une ambiance presqu’un peu magique.


C’est donc face aux mareyeurs que nous prenons place, devant un comptoir avec une plaque de marbre circulaire sur laquelle se trouvent verres et serviettes blanches.


Dans un autre coin, une jolie cheminée avec un vieux portait sur le dessus ; tout est fait pour créer une ambiance presque historique dans en fait une maison de brique de Brooklyn.

La carte des vins est exclusivement française et évidemment les prix ne sont pas des plus bas. Un choix d’un Pouilly Fumé à 15 USD le verre et nous voici ensuite face aux menus des fruits de mer. Coquillages ouverts devant vous et présentés dans des cuves de glace pilée.

Et c’est là que cela se complique car le choix d’huitres est vraiment très large et les espèces totalement inconnues pour les européens. Une douzaines d’huitres avec des « Shooting Point Salts » de Hog Island en Virginie, des « Chesapeake Gold » de Fishing Creek dans le Maryland, des « Wellfleet », des « Duxbury », des « Standish Shore » et des « Cotuit » toutes du Massachusetts. Difficile de vraiment voire les différences peut-être moins marquées que les françaises avec une palette de saveurs plus uniformes allant du peu au fortement iodé. Accompagnées ici avec soit du citron, d’un vinaigre à l’échalote ou de raifort. 


Suite à cela, des « Moonstone » de Point Judith Pond de Rhodes Island. Des huitres plus grosses et plus charnues. On pourra commander également des clams ou alors des plateaux de différentes tailles.


On viendra ici probablement pour déguster une très belle sélection d’huitres plutôt inhabituelle et tout ceci dans un magnifique décor qui pourrait rappeler également la Louisiane des années 1900.

A noter que plus tard dans la soirée, il semblerait que l’on puisse manger un menu de dégustation et en été même manger dans une courette avec son jardin.