lundi 22 juin 2015

Mes adresses: Le Tram' paysan, Châtillon-en-Michaille



Il suffit d’un peu parcourir la toile pour rapidement s’apercevoir qu’il y a de plus en plus de scandales sur les aliments et produits vendus la plupart du temps en grande surface. Agents conservateurs, exhausteurs de saveurs, produits chimiques divers que l’on trouve sur fruits et légumes, viandes conditionnées de manière peu scrupuleuse, élevages d’animaux absolument effrayants et j’en passe…. Le but n’est pas de dénoncer la malbouffe que l’on trouve dans la plupart des supermarchés, la piètre qualité des aliments comme viandes, poissons et légumes mais d’éveiller une certaine conscience sur les choix qui nous sont offerts.

Certes il y a toute cette vague de magasins bio, de ces débats sur les vins naturels ou nature mais il faut aussi réaliser qu’il y a nos producteurs locaux qui certains sont fort scrupuleux, pas dans une mouvance « trendy », mais simplement respectueux des produits qu’ils élaborent. Certains penseront que d’acheter « bio » est l’apanage des personnes aisées mais si l’on recherche un peu, il est toujours possible de trouver quelques perles rares.

C’est un peu grâce à un repas récemment pris au Resto’rond  que je suis parti un samedi à Chatillon- en-Michaille dans l’Ain à environ 40 minutes de Genève. C’est là que se trouve un magasin de producteurs de la région qui n’ouvre que deux fois par semaine, le vendredi et le samedi.

Niché dans un entrepôt pas franchement attirant d’une zone industrielle classique et coincé justement entre des grandes surfaces, ce n’est pas l’un de ces magasins bio qui souvent ne proposent selon moi pas grand-chose d’intéressant dans les produits tels que viandes ou légumes. C’est un ensemble de producteurs qui amènent leurs produits qui sont effectivement bio et sans OGM mais sans justement mettre en avant ces qualités.


L’intérieur est plutôt bien structuré avec des sections : viandes, pains, produits laitiers, légumes, volailles, alcools, etc…


Les viandes sont conditionnées sous vide et conditionnées dans de grands frigos.


Le porc provient de la ferme des Combettes de Corveissiat où sont élevés en plein air et sans OGM les bêtes. Afin de respecter au mieux la viande ainsi  produite et de garantir une traçabilité sans faille, les produits sont fabriqués à la ferme, sans ajouts de conservateurs, colorants ou phosphates. Pour les préparations telles que pâtés et charcuteries, les ingrédients ajoutés aux recettes (œuf, lait, farine, …) sont choisis avec la même exigence et sont d’origine locale. On trouvera une sélection de charcuteries et autres produits finis comme des terrines ou saucisses à griller.



Les volailles de la ferme Berliet sont élevées dans une volière de 2 ha et le plan d’eau leur offrent un espace agréable. Les animaux sont également nourris avec de l’aliment sans OGM produit sur la ferme.



Une jolie sélection de yaourts et autres produits laitiers, certains au lait de brebis.


Les pains cuits au feu de bois proviennent de la « Le Blanc Méteil » à Clarafond avec ici une jolie présentation. Des pains au levain, des levures biologiques, au blé ancien, à la farine meule de pierre. Pain au pavot, sésame, farine d’épeautre, etc…



Egalement des bières de la brasserie du Plateau à Hauteville-Lompnes. Bières blondes, blanches, ambrées au miel de forêt, non pasteurisées, de fermentation haute. Les saisonnières : la blanche à l'écorce d'orange et la rousse de noël au miel de montagne et houblon sauvage du Plateau. La gamme des bières est brassée avec des malts et des houblons issus de l'agriculture biologique. Pour la rousse de Noël le houblon est sauvage, ramassé dans les paysages préservés du Plateau d'Hauteville. Les miels utilisés sont ceux de Guillaume Ponceau, apiculteur a Mongriffon.


Un rayon de fromages à la coupe avec du bleu de Gex, du Comté, de la tomme de brebis et autres fromages de vache frais.


Un choix de légumes plutôt restreint aujourd’hui qui fait penser qu’une visite le vendredi serait plus judicieux afin de profiter des produits de saison de François Henry de Marlioz. De la culture biologique, une utilisation des chevaux pour une partie des travaux des champs. Normalement un choix de 30 à 40 variétés de légumes cultivés tout au long de l’année.


Voici le type de commerce qu’il faut encourager et qui respecte des chartes rigoureuses et tout cela avec des prix calculés, jamais démesurés comme cela peut-être parfois le cas dans d’autres « surfaces bio ».