mardi 19 mai 2015

Caffè Mulassano, Turin



Italie, évidement pays du café mais Turin fait figure un peu d’ « outsider » dans le sens où l’on y trouvera un certain nombre de cafés historiques devenus des lieux de mémoire. Non seulement ce sont des centres gourmands et culturels, mais aussi de par leur situation, leur architecture et leur décoration intérieure, ils font aujourd’hui partie du patrimoine de la ville. 

Souvent avec un merveilleux goût rétro et des décorations chargées d’histoire, ces  cafés turinois dont la tradition est plus que bicentenaire n’ont peut-être d’équivalents que seuls les cafés de Vienne en Autriche. Parcourir Turin c’est aussi s’arrêter dans ces multiples cafés, peut-être simplement pour quelques minutes au bar où l’on dégustera un mémorable expresso ou autre boisson à base de café mais ce sont aussi des lieux pour une petite faim autour d’un « bicerin » (café chocolat crème de lait comme le buvait Cavour que je décrirai dans un autre billet) ou d’une pâtisserie, voir un chocolat comme le « cuneese » au rhum, des  marrons glacés, ou les « droneresi » à la saveur meringuée chocolatée.

Au 19 ème siècle, ce sont des espaces où l’on se rencontre, discute politique, parle de littérature ou même conspire… Mais ce sont comme décrit précédemment des lieux gourmands !


Le premier visité sera le « Caffè Mulassano » qui sera selon mes goûts celui où nous aurons bu le meilleur expresso. Situé en plein centre face au « Palazzo reale », c’est peut-être le plus petit et le plus charmant de la ville.  La majorité des gens n’y restent que quelques minutes pour prendre ce café mais il est également possible de s’asseoir à l’une des tables sur le côté.




Ouvert en 1907, un minuscule café style art nouveau,  il s’inspire du style Liberty anglais et son plafond en cuir de Madère est superbe. L’art nouveau apparaît en Italie à la fin du 19ème siècle et le nom Liberty s’inspire du magasin londonien.  Il fut le point de rencontre habituel des notables de la cour et des artistes du théâtre Regio voisin et c’est ici qu’a été inventé, en 1925, le « tramezzino », petit encas réalisé avec deux tranches de pain de mie triangulaires entre lesquels l’on peut y trouver diverses chose comme du jambon, du fromage ou d’autres ingrédients. Il peut être servi chaud ou froid ; c’est un peu l’ancêtre du club sandwich. Mais ici ils seront plutôt sophistiqués avec par exemple à la truffe et à l’anchois, au vitello tonnato, tomate et mozzarelle, la liste est longue…. (Comptez 3.5 € le « tramezzino »).



Ici tout est flamboyant ; les boiseries, les miroirs, les dorures et sa somptueuse fontaine. Il y a toujours beaucoup de monde mais je vous conseille tout de même de vous asseoir pour contempler ce lieu quelques instants. Un expresso puis on se laisse tenter les petites viennoiseries et prenons un croissant au chocolat.  Une pâte croustillante et pas trop beurrée mais surtout une délicieuse préparation chocolatée à base de noisettes du Piémont qui sont indéniablement parmi les meilleures qui existent.




Un moment à ne pas manquer lors de la visite du centre historique.