jeudi 28 mai 2015

Al Bicerin, Turin



J’avais gardé le meilleur pour la fin… Dans la série des cafés historiques, « Al Bicerin » est sans aucun doute un « must » peut-être pas pour le décor mais pour boire un « Bicerin » ! Certes la plupart des anciens cafés proposent tous cette boisson mais l’original a été créé ici. Une boisson turinoise qui est un mélange de café expresso, de chocolat noir chaud, de lait et de crème fleurette servi dans un petit verre appelé « Bicerin »… Trois étages distincts.

La recette fut donc mise au point en 1763 dans ce café-pâtisserie-confiserie et originellement serait une adaptation d’une autre boisson appelée « Bavareisa » où les mêmes ingrédients étaient mélangés au lieu d’être superposés.

A noter que la vraie recette semble être un secret et il se peut qu’il y ait également de la gousse de vanille et du sucre cassonade…

Le « Bicerin » (prononcez "bitchérinn ", signifiant "petit verre" en piémontais) est une boisson baroque parfaitement assortie à l’architecture turinoise.

Depuis l’an 1800, cette boisson se dégustait pour le petit déjeuner dans les cafés historiques de la ville et il était particulièrement apprécié par la bourgeoisie. Alexandre Dumas, Ernest Hemingway et tant d'autres en furent passionnés.

Cette boisson également joua un rôle fondamental dans l'histoire des coutumes de l'époque en consentant aux dames "per bene" qui ne pouvaient absolument pas mettre les pieds dans un café, de faire un écart à la règle. Les cafés se transformèrent en salon mondain pour des conversations entre dames, perdant la caractéristique des lieux exclusivement réservés aux hommes pour y parler de politique. 

Au 18ème, de nouveaux types de biscuits apparurent plus adaptés pour définir l'époque et les coutumes gastronomiques du « Bicerin ». A côté des « torcetti » du le Val d'Aoste et le Piémont, d’anciens biscuits qui se gardent longtemps, légers et croustillants caractérisés par une pâte à pain et... du beurre, enrobée de sucre, les « savoiardi » biscuit à la cuillère, le « garibaldi » petits biscuits aux fruits secs avec leur coté fondant/croustillant et la légère caramélisation. Biscuits qui pourront donc accompagner le fameux breuvage.

C’est donc sur la place della Consolata que vous trouverez le célèbre établissement avec au choix la terrasse ou l’intérieur. A côté l’épicerie-confiserie ou vous pourrez également acheter les « gianduiotto » qui est un chocolat produit avec du gianduja et aussi une liqueur aux saveurs de ce chocolat.



Vous ne serez probablement pas seul car évidement tout le monde veut goûter ce nectar mais malgré que de nombreux touristes fassent la file vous observerez que les locaux n’ont pas du tout fuit le lieu et que les dames à l’intérieure sont d’une extrême courtoisie.

Un tout petit salon boisé où l’on espère qu’une table se libère, ce qui est souvent le cas puisque la plupart de clients ne font que passer pour boire un « Bicerin ».



Petites tables de marbre, banquettes et chaises de bois ; au fond le comptoir où l’on passe commande et la cuisine juste derrière ou le breuvage secret…est concocté.

Pâtisseries et biscuits se trouvant à droite de ce comptoir dans un ancien meuble vitré.


Eh bien la réputation n’est pas surfaite car cette boisson est vraiment délicieuse, à mi-chemin entre un chocolat chaud gourmand et un café bien fort.  Un autre lieu incontournable de la ville pour quelques instants de douceur…