mardi 8 mai 2012

Top Hat, Kuala Lumpur


Encore un endroit un peu particulier de KL se trouvant légèrement en dehors du centre touristique ou de Chinatown, non loin du somptueux terrain de Golf de Selangor. Top Hat se trouve dans une villa qui aurait l’air presque privée, une de ces habitations avec un style que je qualifierais de Miamesque; maison blanche, structure un peu seventies, voire un peu art-déco. On y entre au centre, franchis la réception et peut déjà s’assoir au bar ou prendre un cocktail dans un des sofas faisant face à la salle de restaurant.



Une jolie salle toute aussi blanche décorée avec des tableaux, quelques meubles chinois et une vue sur le jardin et ses plans d’eau. Les tables en marbre blanc sont décorées avec des orchidées et de jolis sets de table faits en batik. On se sent tout de suite bien, l’accueil est charmant, et l’on a presque l’impression d’être invité chez des particuliers.







La carte est étonnement séparée en deux sections, la première proposant des plats plutôt européens qui intéresseraient plutôt une clientèle « d’expats » qui se seraient lassé des cuisines locales et la seconde section étant axée sur la cuisine Malaisienne. Les assiettes de la table voisine présentaient des « pie », sûrement une délicatesse pour ces trois convives britanniques, mais ce n’était en aucun cas la raison pour laquelle j’étais venu dans cet établissement réputé pour sa cuisine Nyonya.

Ce qui est proposé sont des menus ou l’on inclut également le dessert. Mon choix s’est porté sur le « Penang Straits Nyonya Cuisine » proposant une belle sélection de plats. Déjà je suis très surpris par le prix de ce menu a 49 RM (ce qui correspond approximativement à 15 CHF/12 EUR) qui me semble très avantageux pour un établissement chic comme celui-ci. Un menu comme l’indique son nom basé sur les recettes des chinois de Malaisie, un savant mélange de techniques chinoises et d’épices Malaisienne.

Je démarre avec une entrée que j’avais déjà dégustée ailleurs, les presque célèbres Top Hats, d’ailleurs du nom du restaurant, des petites coques frites réalisées avec de la farine de riz. Ici déjà remplies de légumes blanchis difficiles à identifier, mais il m’a semblé manger du navet, de la carotte et du soja. En accompagnement une sauce pimentée un peu trop douce à mon goût.


Ensuite c’est un peu surpris que je reçois un plateau avec divers mets. Pas que je sois contre cette approche, mais cela m’a trop fait penser à un plateau d’avion même si évidement le contenu serait différent. Pas que la présentation des mets soit négligée, mais j’aurais préféré que l’on me dépose ces petits plats sur ma table. Dommage également pour les serviettes en papier…

Sans ordre particulier, un agneau au poivre noir avec des petits pois et des tranches d’oignon, plat soigné, avec une viande très fondante et bien parfumée ;


un poulet Kapitan, recette traditionnelle où l’on cuit la volaille dans du lait de coco, une pâte de curry, oignons, ail, échalotes, curcuma, noix de bancoulier, citronnelle, quelques piments secs et du sambal belacan. Parfait, un poulet cuit à la minute dans une belle sauce mais attention aux bulles d’huiles…(il ne faut pas que le lait de coco soit surcuit) ;


une fantastique salade de mangue verte et de goyave. J’ai vraiment adoré cette fraicheur en bouche avec ce coté croquant des fruits associés à un jus de citron vert. Épatant !


Un chap chai aux crevettes ; mélange de légumes et de champignons tels que du choux, des bulbes de lis, du tofu, des champignons noirs le tout dans un bouillon et accompagné de crevettes et vermicelles frits. Agréable et balance bien les saveurs plus prononcées des autres plats.


J’ai particulièrement adoré le poisson assam pedas ; un poisson cuit type maquereau cuit dans un bouillon pimenté, avec de la citronnelle, du curcuma, mais surtout l’ajout de tamarin donnant une saveur acide et citronnée à e plat. Vraiment une très belle recette pleine de saveurs qui pourrait vaguement faire penser au tom yum or tom yam Thaïlandais.


Un simple riz beurré aux noix de cachou, et des très bons lady’s finger avec un sambal belacan.


Appelé parfois okra, des légumes verts croquants des fois un peu « baveux » accompagnés de l’incontournable sambal, à bas de piment, de pâte de crevette (bouchez-vous le nez…), de jus de citron vert, et éventuellement de la tomate. Un légume cuit à la minute très agréable avec ce repas.


Le dessert est à votre choix et j’ai pris quelque chose de très surprenant….Un Chendol maison ! Imaginez-vous une coupe avec diverses strates. Sur le haut un granité au goût peu définissable mais sucré, arrosé de lait de coco et de sirop de sucre de palme ; en dessous une ribambelles de haricots rouges et des sortes de « gélules » vertes (gelée..) de farine de riz colorées à la feuille de pandan, ici plutôt comparées à des vers…. Un dessert de rue amusant…ludique…mais un peu trop sucré à mon goût.


Un endroit vraiment recommandé pour une autre découverte de la cuisine Malaisienne Nyonya dans un cadre reposant, une atmosphère paisible et rafraîchissante. Une autre belle table de KL.